Caudecoste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caudecoste
Blason de Caudecoste
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Arrondissement d'Agen
Canton Canton d'Astaffort
Intercommunalité Agglomération d'Agen
Maire
Mandat
Jean-Jacques Plo
2014-2020
Code postal 47220
Code commune 47060
Démographie
Gentilé Caudecostois
Population
municipale
928 hab. (2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 07′ 04″ N 0° 44′ 15″ E / 44.1178, 0.7375 ()44° 07′ 04″ Nord 0° 44′ 15″ Est / 44.1178, 0.7375 ()  
Altitude Min. 46 m – Max. 120 m
Superficie 17,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Caudecoste

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Caudecoste

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caudecoste

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caudecoste

Caudecoste est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine d'Agen située dans le Brulhois sur la Garonne. C'est une commune limitrophe avec le département de Tarn-et-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Caudecoste
Sauveterre-Saint-Denis Saint-Jean-de-Thurac Saint-Nicolas-de-la-Balerme
Saint-Sixte
Layrac Caudecoste Dunes
(Tarn-et-Garonne)
Fals Cuq

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants du site qui s’organisèrent furent les gallo-romains, ils habitaient au bord du fleuve, des vestiges de poteries, de tuiles et un four ont été mis au jour dans une gravière au lieu-dit « Berty ».

1096 : Communauté de Caudecoste

Le Pape Urbain II reconnut la communauté de Caudecoste. Mais les caprices du fleuve dont le cours était encombré de petits îlots et de bois, rendait cet habitat assez précaire, aussi ils se déplacèrent vers ce léger promontoire bien situé au bord de la première terrasse qui dominait toute la plaine. On y accédait par une côte courte mais âpre... Où l’on avait très chaud en arrivant au sommet : d’où son nom Costo Caudo.

Pour se défendre des bandes de pillards qui convoitaient les réserves des paysans et même des Vikings qui firent des incursions en Agenais, ils entourèrent le village de palissades. Au village, étaient implantés les commerces et les notables, en plaine, les paysans, les serfs cultivaient des céréales, et de la vigne sur les hauteurs.

Vers 1270, une crue de la Garonne que certains historiens toulousains donnent comme la plus importante jamais enregistrée, dévasta une grande partie des abris et des cultures situés dans la plaine. Le petit village, entouré de palissades, ne pouvant accueillir tous ces gens qui ne voulaient plus construire si près du fleuve, il est permis de penser que les consuls de l’époque décidèrent à ce moment-là de construire une bastide plus importante et mieux défendue.

C’est donc entre 1273 et 1300 que fut menée à bien la plus grande partie de la construction de la Bastide de Caudecoste.

Construction de la Bastide[modifier | modifier le code]

La Bastide : une place carrée, entourée de maisons avec un passage couvert appelé Cornière ou Arcades. Les rues se recoupent à angle droit. Certaines maisons possèdent un jardin sur l’arrière. Sur la place, 2 puits qui existent toujours. Le tout fut entouré de remparts, murs de pierres et de cailloux, de plus d’un mètre d’épaisseur et de 4 mètres de haut dont des vestiges se voient encore de nos jours. Une église fut construite sur l’emplacement de l’actuelle qui, elle, n’a que 100 ans.

Sur la place, des commerces, du moins sous les arcades : boucher, débit de boissons, échoppes de sabotier, tailleur, marchands d’étoffes et sur cette place, un marché où s’échangeaient et se vendaient toutes les productions agricoles de l’époque : œufs, volailles, légumes, vins...

À l’extérieur, le Foirail où se tenait la foire : on y vendait le bétail de trait, les chèvres et les moutons - foire importante : Caudecoste étant le centre géographique de ce qui allait devenir le canton.

  • Sur cette place - autour de laquelle fut dessinée et construite la bastide, il y a des maisons qui ont été entretenues et quelquefois restaurées mais dont le gros-œuvre est originel à leur construction, soit entre 1270 et 1300.
  • Ces cornières ont des piliers et des poutres en châtaignier, bois qui abondait dans les alentours. Les maisons plus modernes sont des constructions qui ont été réalisées après des destructions et incendies durant le siège de Caudecoste, en 1651 où presque toute la population fut massacrée.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Victimes des nazis le 23 juin 1944 :

  • Armand Casse, réfugié chez sa grand-mère. Membre du Corps Franc Pommiès, domicilié à Puymirol où une stèle est à sa mémoire place du Foirail.
  • Marcellin Serret, 42 ans, pendu à la treille du cordonnier.
  • Roger Dublin, 32 ans, amené dans le village de Dunes (Tarn-et-Garonne), pendu avec 10 autres victimes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Caudecoste Blason D’or au mont de trois coupeaux d’azur mouvant de la pointe[1].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 René Capus    
juin 1995 mars 2008 Paul Rogale    
mars 2008 2009 Jean-Pierre Audoire SE  
avril 2009 en cours Jean-Jacques Plo    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 928 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 230 1 069 1 133 1 166 1 186 1 131 1 116 1 103 1 098
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 050 1 044 1 040 991 1 012 940 940 864 831
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
808 814 843 747 758 750 731 714 794
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
779 768 776 832 855 910 911 893 933
2011 - - - - - - - -
928 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Bastide du XIIIe siècle, Caudecoste conserve de sa riche histoire de nombreux vestiges de maisons à pans de bois, la place des Cornières avec ses passages couverts, des remparts,
  • École Jules-Ferry

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]