Catterino Cavos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Catterino CavosКатери́но Альбе́ртович Ка́вос

alt=Description de l'image Catterino Cavos.JPG.
Nom de naissance Catarino Camillo Cavos
Naissance 30 octobre 1775
Venise
Drapeau de la République de Venise République de Venise
Décès 10 mai 1840 (à 64 ans)
Saint-Pétersbourg
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Activité principale Compositeur, chef d'orchestre et organiste
Style Opéra
Descendants Alberto Cavos (en)

Œuvres principales

  • Ivan Soussanine (1815)

Catterino Albertovitch Cavos (Italiano: Catarino Camillo Cavos; russe : Катери́но Альбе́ртович Ка́вос), né le 30 octobre 1775 à Venise (République de Venise) et mort le 10 mai 1840 (O.S. 28 avril) à Saint-Pétersbourg (Empire russe), est un compositeur, chef d'orchestre et organiste italien installé en Russie. Il a joué un rôle essentiel pour l'opéra russe. Il était le père d'Alberto Cavos (en).

Cavos est connu dans l'histoire musicale russe pour avoir composé l'opéra Ivan Soussanine en 1815, vingt ans avant l'opéra de Glinka inspiré par ce personnage. L'intrigue, basée sur un épisode de l'histoire russe, raconte l'histoire du paysan et héros patriotique russe Ivan Soussanine qui sacrifie sa vie pour le Tsar en égarant dans une forêt marécageuse un groupe de Polonais qui étaient à sa poursuite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et famille[modifier | modifier le code]

Cavos est né à Venise, le 30 octobre 1775. Son père, Alberto Giovanni Cavos, était le Primo Ballerino Assoluto (danseur étoile) et le directeur de La Fenice [1].

Cavos a fait ses études avec Francesco Bianchi[2]. À l'âge de douze ans, Cavos a composé une cantate pour célébrer la venue de Léopold II à Venise[3]. À celui de quatorze ans, on lui a offert le poste d'organiste à la basilique Saint-Marc, mais il a refusé cette proposition, faisant valoir que le poste devait être donné à un musicien plus âgé et plus pauvre[4].

Séjour en Russie[modifier | modifier le code]

À vingt ans, Cavos a accepté le poste de chef d'orchestre pour la compagnie italienne d'opéra Astariti, et a voyagé avec cette compagnie à Saint-Pétersbourg en 1797[4]. La compagnie a été rapidement dissoute, mais Cavos a aimé Saint-Pétersbourg, et est entré au service des Théâtres Impériaux, d'abord comme compositeur pour une troupe d'opéra française avec la charge d'écrire des vaudevilles[5],[4]. En 1803, l'Empereur a nommé Cavos Kapellmeister de l'opéra Italien et Russe, lui confiant la charge du Théâtre Bolchoï Kamenny[5],[4]. Cavos a aussi été professeur à l'École Sainte-Catherine, et plus tard, il a occupé la même place au Couvent Smolny[2].

Cavos a commencé à composer ses propres opéras en 1805[2]. Parmi ceux-ci: Knyaz-nevidimka(Le Prince Invisible) (1805), Ilya Bogatyr (Ilya the Hero) (1807), Zephyre et Flore (1808), Ivan Susanin (1815), et L'oiseau de feu (1822)[6],[7]. Il a aussi contribué à la seconde partie de l'opéra tétralogie Roussalka (1803-1807)[8]. Le Cosaque Poète, un vaudeville en un acte (1812)[7], est resté au répertoire jusqu'en 1852.

L'opéra Ivan Soussanine a été le précurseur d'Une vie pour le tsar de Glinka[6].

Cavos a initié le public russe aux opéras de Cherubini, Méhul, Carl Maria von Weber, et d'autres[9].

Cavos a passé plus de quarante ans en Russie et est mort à Saint-Pétersbourg.

Valeur de Cavos[modifier | modifier le code]

Cavos a dirigé de l'opéra russe impérial de plus de 40 ans.

Il n'était pas un grand compositeur. Il a été un grand talent musical d'un professionnel, et il a apporté ce professionnalisme à la musique russe.

Tous les chanteurs russes d'opéra de cette époque étaient ses disciples. Tout ce qu'il a donné par sa créativité, a grandi en Russie et est devenu la culture russe de musique, qui est jusqu'à présent est une grande partie de la culture mondiale.

Plusieurs de ses œuvres aujourd'hui sont oubliés et très rarement appliquées.

Le plus significatif de l'œuvre de Cavos est un opéra Ivan Soussanine. Sur la forme, il a été le typique française opéra. Mais sur le contenu, il a été le premier opéra russe.

L’opéra Ivan Soussanine[modifier | modifier le code]

L'opéra de Cavos Ivan Sousanin est considéré comme le premier opéra russe: l'intrigue est basée sur le réel historique russe fait, il a inclus dans la musique, le russe mélodies folkloriques, pour la première fois un paysan russe est devenu le personnage principal sur la scène de l'Opéra - n'est pas un personnage mythique, pas un tsar ou un commandant. Pour la première fois, une tentative a été faite d'entrer dans le théâtre de la scène de l'opéra de la spécificité de la vie en russie.

Cependant, dans la littérature russe de la musique, l'analyse de cet opéra sont consacrées à seulement deux articles (jusqu'à présent) de Abram Gozenpud et de Viktor Korchikov).

La russe critique musical Abram Gozenpud (1908 - 2004) a estimé que cet opéra a été un échec, car on n'est pas indiqué l'idée principale: l'exploit du héros. Réel Ivan Soussanine a été tué par les ennemis, et l'opéra de Cavos mais laissait lui en vie et a eu une fin heureuse (l'auteur du libretto est Alexandr Shakhovskoï, ru: Александр Александрович Шаховской)[10].

Viktor Korshikov est pleine de sarcasme: “Shakhovskoy changé la finale: son Susanin n'est pas mort héroïquement, il se promène avec le polonais détachement à travers les bois d'arbre en arbre dans des parties différentes de la scène et attend, quand le russe détachement vient de tuer les ennemis et le libère. Soussanine de Shakhovskoy l'explique aux les villageois lui-même pendant ce promenade : „Je vais marcher avec les invités, et vous appelez soldats russes, ils vont venir, tuer tous les ennemis et puis ils l'emmènent chez moi à la maison". Et Susanin a été allé avec très sympathique et poli ennemis à travers la scène. Bien sûr, ce naïf interprétation des héros et les ennemis ne pouvaient satisfaire les sens de patriotisme de la conscience, il n'a pas atteint l'attend tragique, le pathétique. Par conséquent, une nouvelle création musicale sur le même sujet a été nécessaire”"[11].

Mais ces deux critiques marquent les succès musicaux de l'opéra, en particulier dans le chœur des mélodies[10]. Viktor Korshikov écrit: “Le chant choral des paysans dans l'opera de Cavos a marqué le début du russes style choral, qui a ensuite été utilisé Glinka, Rimski-Korsakov et Borodine et atteint son apogée dans les travaux de Moussorgski. Dans cet extrait Cavos introduit les principes de folk soutenir la voix, la basse, qui auparavant étaient considérés comme ornement pour la chorale, la led de la mélodie principale. C'est un cas unique pour le début du XIX siècle”[11].

Mikhaïl Glinka a apporté sa création Une vie pour le tsar (l'autre nom de cet opéra est Ivan Soussanine aussi) dans le théâtre Impérial de Pétersbourg, dans lequel le département de l'opéra est dirigé par Cavos. Cavos a adopté un nouvel opéra immédiatement. En outre, Cavos dirigea lui-même l'orchestre lors de la première de l'opéra "Une Vie pour le Tsar" 9 décembre (le 27 novembre) 1836[12].

Les deux opéras, avec la même histoire - de Cavos et de Glinka - ont été inclus dans le répertoire du Bolchoï Kamenny théâtre à Saint-Pétersbourg pendant de nombreuses années, simultanément. Le chanteur Osip Petrov (un élève de Catterino Cavos) a chanté le rôle d'Ivan Soussanine dans les deux opéras (le premier chanteur d'Ivan Soussanine dans l'opéra de Cavos a été Piotr Zlov, un élève de Catterino Cavos)[10].

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Soliman second, ou Les Trois sultanes vaudeville en un acte d'après Charles-Simon Favart, 7 juin 1798 (O.S. 26 mai) Saint-Pétersbourg. (existe aussi avec un livret russe: Souliman vtoroi, ili Tri sultanshi – Сулиман второй или три султанши, 1813)
  • Les Trois bossus
  • L'Alchimiste
  • L'Intrigue dans les ruines
  • Le Mariage d'Aubigny
  • Lesta, dnieprovskaïa roussalka (17 mai 1804 (O.S. 5 mai), Saint-Pétersbourg, Théâtre Bolchoï Kamenny), la redaction d'opéra de Ferdinand Kauer; la redaction de musique de Cavos et Stepan Davydov.
  • Knyaz nevidimka, ili Litcharda volchebnik (Князь-невидимка – Le Prince Invisible, livret de Lifanov, en 4 actes 17 mai 1805 Saint-Pétersbourg)
  • Lyoubovnaïa potchta (Любовная почтаLa Lettre d'amour, livret d'Alexandre Chakhovskoï 1806)
  • Ilya Bogatyr (Илья-Богатырь – Ilya le chevalier, livret d'Ivan Krylov, 12 janvier 1807 Saint-Pétersbourg)
  • Tri brata gorbouna (Три брата-горбуна, 1808) [révision de Les trois bossus]
  • Kazak-stikhotvorets (Казак-стихотворецLe Cosaque Poète 27 mai 1812, Saint-Pétersbourg)
  • Ivan Soussanine (Иван Сусанин, livret d'Alexandre Chakhovskoï (ru), 30 octobre 1815 (O.S. 19 octobre), Saint-Pétersbourg)
  • Dobrynya Nikititch (Добрыня Никитич, 1818) [avec F. Antonolini]
  • Tsar-ptitsa (Царь-ПтицаL'Oiseau de feu, 1823)

Ballets[modifier | modifier le code]

  • "Flore et Zéphire" (1808)
  • "Don Quichotte", le chorégraphe est Charles Didelot (1808)
  • "Amour et Psyché", le chorégraphe est Charles-Louis Didelot (1809)
  • "De la milice, ou de l'Amour pour la Patrie", les chorégraphes sont Ivan Valberkh et Auguste Poireau (ru: «Ополчение, или Любовь к отечеству» // "Opolchenie sg lioubov' k Otechestvu") (1812 ou 1813)
  • "Le triomphe de la Russie, ou les Russes à Paris", les chorégraphes sont Ivan Valberkh et Auguste Poireau (ru: «Торжество России, или Русские в Париже») (1814)
  • "Acis et Galatée" (ru: «Ацис и Галатея»), le chorégraphe est Charles Didelot (1816)
  • "Carlos et Rozalba" (ru: «Карлос и Розальба»), le chorégraphe est Charles Didelot (1817)
  • "La Jeune paysanne, ou Leon et Tamaida" (ru: «Молодая крестьянка, или Леон и Тамаида»), le chorégraphe est Charles Didelot (1818)
  • "Laura et Heinrich, ou le Troubadour" (ru: «Лаура и Генрих, или Трубадур»), le chorégraphe est Charles Didelot (1819)
  • "Raul de Kreki", le chorégraphe est Charles Didelot (1819)
  • "Le prisonnier du Caucase, ou l'Ombre de la mariée (ru: Кавказский пленник, или Тень невесты // Kavkazsky plennik sg dix" nevesty"), le chorégraphe est Charles Didelot (1822)
  • "Le Diable à quatre ou la Double Métamorphose" (ru: «Сатана со всем прибором, или Урок чародея») (1825)
  • "Sumbeka, ou la Conquête du Royaume de Kazan" (ru: Сумбека, или Покорение Казанского царства) (1830). En lien avec le licenciement de Charles Didelot pour la mise en scène par un autre chorégraphe Alexis-Scipion Blache compositeur Hippolyte Sonneau (Sonneu, Sonneux ?) a composé sa musique.

Des descendants[modifier | modifier le code]

Parmi les descendants de Catterino Cavos il y a beaucoup de gens célèbres:

  • Ivan Cavos – son fils – le compositeur russe
  • Albert Cavos – son fils – l’architecte russe
  • Cesar Cavos - son petit-fils - l’architecte russe
  • Alexandre Nikolaïevitch Benois – son arrière-petit-fils - le peintre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ardoin, John. (2001). "Valery Gergiev and the Kirov: A Story of Survival", pp. 10-11 Portland, OR: Amadeus Press.
  2. a, b et c Randel, Don Michael. (1996). "Catterino Cavos." The Harvard biographical dictionary of music, p. 147 Cambridge, MA: Harvard University Press.
  3. (en) Benois, Alexandre. (1960). ""Memoirs", Vol. 1, p. 37. London: Chatto & Windus
  4. a, b, c et d (en) Grove, Sir George (1904). "Grove's dictionary of music and musicians," Vol. 1 p. 485 London: MacMillan & Co.
  5. a et b (en) Figes, Orlando (2002). "Natasha's Dance: A Cultural History of Russia" p. 485 New York: Metropolitan Books
  6. a et b Taruskin, Richard (1996). "Stravinsky and the Russian Traditions: A Biography of the Works Through Mavra, Volume 1" p. 426 Oxford: Oxford University Press
  7. a et b (en) Abraham, Gerald (1982). "The New Oxford History of Music: The Age of Beethoven, 1790-1830" pp. 530-1 Oxford: Oxford University Press
  8. (en) Abraham, Gerald (1982). "The New Oxford History of Music: The Age of Beethoven, 1790-1830" p. 531 Oxford: Oxford University Press
  9. Maximovitch, Michel (1987). "L'Opéra russe" p. 39 Lausanne: L'Age d'Homme
  10. a, b et c Cavos opéra "Ivan Susanin" // ru: Опера Катарино Кавоса «Иван Сусанин», автор А. Гозенпуд
  11. a et b Victor Korchikov. Voulez-vous, je vais vous apprendre à aimer l'opéra. À propos de la musique, et pas seulement. La maison d'édition ЯТЬ. Moscou, 2007 // ru: Виктор Коршиков. Хотите, я научу вас любить оперу. О музыке и не только. Издательство ЯТЬ. Москва, 2007
  12. ru: Кавос