Catocala nupta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Catocala nupta, la Mariée, la Lichénée mariée, Lichénée du saule ou Lichénée rouge est une espèce de lépidoptères de la famille des Noctuidae.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Le nom vernaculaire français, « la Lichénée rouge », peut prêter à confusion puisque plusieurs espèces du genre Catocala ont les ailes postérieures rouges. Les noms « la Mariée » ou « la Lichénée du saule » semblent plus appropriés[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Toute l'Europe jusqu'en Scandinavie, l'extrême nord excepté, Asie. En France, c'est une espèce commune, un peu moins fréquente dans le sud, les imagos visibles de juin à septembre.

Description[modifier | modifier le code]

Catocala nupta prête à l'envol
Catocala nupta, as du camouflage

Elle ressemble à Catocala elocata mais la ligne médiane foncée de ses ailes postérieures rouges forme un angle droit au milieu. Au repos, en cachant ses ailes postérieures, elle est très bien camouflée sur l'écorce des arbres ; dérangée elle s'enfuit en dévoilant ses ailes rouges et s'abat au sol pour échapper au prédateur éventuel.

Chenille[modifier | modifier le code]

La larve est munie d'excroissances ressemblant à des bourgeons ; appliquée à un rameau, elle est particulièrement mimétique. Ses plantes hôtes : saules et peupliers.

Habitat[modifier | modifier le code]

Colonise les forêts de feuillus humides, les bords des cours d'eau, étangs, forêts alluviales[2]. Forêts claires, haies, jardins et parcs urbains[3]. On peut souvent observer le papillon en journée sur les murs des maisons.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif d'entomologistes amateurs, Guide des papillons nocturnes de France, Paris, Delachaux et Niestlé,‎ 2007, 288 p. (ISBN 978-2-603-01429-5), p. 102 n° 911
  2. L.N. Perette, F. Spill et M. Rauch, Les Papillons de la Réserve de la Biosphère des Vosges du Nord, Eguelshardt, Cicogna, 33 (N. sp.),‎ 2009, 324 p. (ISBN 978-2-9533006-1-1), p. 209-210
  3. Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion,‎ août 2012, 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 168-169

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]