Catholicisme au Nigeria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le catholicisme est une minorité au Nigeria, où les catholiques sont environ 18 millions[1]. Beaucoup d'entre eux vivent dans l'Ouest du pays, dont une grande partie des Igbo. Ils font l'objet de persécutions, se traduisant notamment par des destructions d'églises[2]. Le cardinal Francis Arinze est originaire du Nigeria.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1884 qu'arrivèrent, dans le Delta du Niger, les premiers prêtres évangélisateurs des Missions Africaines de Lyon. Ils furent suivis, en 1889, par les Pères du Saint-Esprit qui, eux, se basèrent dans la région du Biafra. À partir de là et au travers leurs voyages, les missionnaires enseignèrent la foi catholique aux différents peuples nigérians. C'est à l'époque de Mgr Paul Pellet (1859-1914) que le P. Aimé Simon entreprit en 1902 la construction de la cathédrale Sainte-Croix à Lagos.

Finalement, le 11 avril 1961, le pape Jean XXIII proclama officiellement la Vierge Marie « sainte patronne du Nigeria » (avec pour titre exact de « Reine du Nigeria »). Le même jour, saint Patrick fut désigné protecteur secondaire du pays.

Liste des diocèses[modifier | modifier le code]

(*archidiocèse, **diocèse)

Liste des vicariats apostoliques[modifier | modifier le code]

Traditionalisme[modifier | modifier le code]

La branche traditionaliste de l'Église catholique existe aussi au Nigeria et est incarnée par la présence de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, avec le prieuré Saint-Michel à Enugu[3], mais aussi par la présence de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre avec la chapelle Nne Enyemaka à Umuaka (État d'Imo).

Autres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]