Catherine d'Amboise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armoiries de la maison d'Amboise.

Catherine d'Amboise, née en 1481 et morte le 1er janvier 1549, est une poétesse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Catherine d'Amboise, dernière des six enfants de Charles Ier d’Amboise, seigneur de Chaumont et de Catherine de Chauvigny, était la nièce du cardinal Georges Ier d'Amboise, premier ministre de Louis XII.

Catherine est aussi la sœur de Charles II d’Amboise, maréchal de France, et de Louis II d'Amboise, évêque d'Albi.

Elle se maria trois fois :

En mars 1525, après la mort de son neveu Georges III d'Amboise, à la bataille de Pavie, elle recueillit, au château de Lignières, près de Bourges, son autre neveu, Michel d'Amboise, (fils naturel de Charles II d'Amboise)

Catherine d'Amboise.

. C'est dans ce château qu'elle véctu la plupart du temps après son second mariage ; elle s'y adonnait à l'écriture et à la méditation[1].

Elle hérita de tous les biens (Chaumont, Meillant, Sagonne, Charenton, Ravel, Dampierre, etc.) de la famille d'Amboise.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Complainte de la dame pasmée contre fortune, 1525, Bibl. nationale, n° 19738s
    Catherine d'Amboise et sa nièce Antoinette d'Amboise
  • Chant royal, 1541, Recueil de poésies ; Bibl. nationale. no 2282 (18 feuillets)
  • Les dévotes épîtres de Catherine d’Amboise publiées et préfacées par l’abbé J. J. Bourassé, Tours, Mame et Cie, 1861
  • Les Dévotes Épistres, Éd. Yves Giraud, Fribourg, Éditions universitaires Fribourg, 2002 ISBN 978-2-8271-0923-4
  • Poésies, Éd. Catherine M Muller, Montréal, CERES, 2002 ISBN 978-0-919089-63-1

Ses œuvres sont pour la plupart autobiographiques, comme celles de son neveu Michel d'Amboise imprimées entre 1529 et 1547.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Alban de Moisai, Vie de Michel d'Amboise- Ed. Les sentiers du livre - Nantes (2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Réault-Crosnier