Catherine Vidal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Catherine Vidal

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Catherine Vidal au Forum européen de bioéthique,
Strasbourg, en janvier 2014.

Nationalité Drapeau de la France Française
Diplôme Doctorat d'État en neurophysiologie (université Pierre-et-Marie-Curie)
Distinctions Prix de l’Académie des sciences morales et politiques (2006)

Catherine Vidal est une neurobiologiste française, directrice de recherche à l’Institut Pasteur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Catherine Vidal est titulaire d’un doctorat d'État en neurophysiologie (Paris 6, 1986). Elle est depuis 1997 directrice de recherche à l’Institut Pasteur[1].

Ses travaux de recherche ont porté sur l’étude des mécanismes de la douleur, le rôle du cortex cérébral dans la mémoire, l’infection du cerveau par le virus du Sida. Dorénavant ses recherches concernent la mort neuronale dans la maladie de Creutzfeldt-Jakob et les infections par les prions.

Féministe engagée, elle est également particulièrement active en vulgarisation scientifique, notamment concernant le déterminisme en biologie, la plasticité cérébrale et les liens entre société et science (notamment la construction des genres) : nombre de ses ouvrages et de ses interventions rappellent les travaux de chercheurs en neurobiologie qui suggèrent que les différences observables entre hommes et femmes sont les produits d'une construction sociale genrée et non pas d'un déterminisme biologique. Elle contribue activement à promouvoir l’égalité des chances entre les femmes et les hommes dans l’éducation, la vie professionnelle et la vie civile.

Elle est membre du conseil scientifique de la mission pour la place des femmes au CNRS, des comités scientifique et d’orientation de l’Institut Émilie du Châtelet, du Laboratoire de l'Egalité, de l’association « Femmes et Sciences » et du collectif « Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans ». Elle a été promue chevalier de la Légion d’honneur en 2009[2]. Elle a été nommée au comité d'éthique de l'INSERM en 2013.

Au niveau international, elle est co-fondatrice du réseau « International Network « Neuro-Culture/ Neuro-Gendering ». Elle est experte scientifique dans le programme « US/EEC project "Gendered Innovation in Science Health & Medecine and Engineering Project ».

Catherine Vidal a cependant fait l’objet de certaines critiques dans la presse, certains de ses pairs lui reprochent, à titre personnel, des prises de positions idéologiques sur les différences sexuelles au niveau du cerveau, ils invoquent des biais scientifiques dans ses affirmations, l'absence d'étude de sa part sur les différences sexuelles au niveau du cerveau et enfin sa surmédiatisation sur ces questions[3],[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix de l’Académie des sciences morales et politiques, 2006
  • Chevalière de la Légion d’honneur, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Catherine Vidal », sur Librairie dialogues (consulté le 31 août 2012)
  2. « Biographie de Catherine Vidal », sur Babelio (consulté le 31 août 2012)
  3. Nicolas Gauvrit, Franck Ramus, « Le sexe du cerveau : pourquoi Catherine Vidal a tort », sur http://www.scilogs.fr/raisonetpsychologie/le-sexe-du-cerveau/ (consulté le 28 juin 2014)
  4. A Catherine Vidal, par le professeur Jacques Balthazart, courrier des lecteurs du Nouvel Observateur, 18 mars 2014