Catherine Pogonat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pogonat.
Catherine Pogonat par John Londono

Catherine Pogonat (1976 - ) est une animatrice québécoise de radio et de télévision à Montréal. Selon le journal Voir, elle est surtout connue pour son rôle dans la diversité musicale et culturelle du Québec[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Catherine Pogonat (août 2010).

Catherine Pogonat est née d'un père roumain, Grigore Pogonat, et d'une mère québécoise Odette Arsenault. Elle est la sœur aînée de Brigitte Pogonat. Après avoir étudié quelque temps à l'Université du Québec à Montréal, elle décide de déménager à Moncton, au Nouveau-Brunswick, pour faire un baccalauréat en communication à l'Université de Moncton[1].

Animatrice à la radio étudiante de l'université, elle est remarquée par les producteurs de l'émission Bande à part, enregistrée dans la même ville. Elle auditionne pour remplacer l'animateur durant ses vacances et rejoint l'équipe en 1998[1].

Aux alentours de l'an 2000, elle déménage à Montréal en même temps que l'émission. Chroniqueuse et animatrice à temps plein, elle a fait connaître de nombreux artistes émergents durant 4 ans[1].

Sur la chaîne télévisée ARTV, elle anime un temps la version télévisuelle de Bande à part ainsi que Silence, on court !, une émission consacrée aux courts métrages du monde entier. En août 2005, elle anime une nouvelle émission, Mange ta ville, un magazine culturel télévisé sur les artistes non conventionnels et les endroits peu connus de Montréal[2].

En 2009, elle anime une émission sur les nouvelles musiques d'ici et d'ailleurs le vendredi sur la chaîne radiophonique Espace Musique.

Elle a également animé de nombreux événements spéciaux en direct, comme Sacré talent !, La nuit blanche de Montréal en lumière, Le tapis rouge des Jutras et L'autre gala de l'ADISQ.

Elle fait un passage à l'émission Tout le monde en parle le 4 octobre 2009[3].

La même année, elle pose nue pour le calendrier de la chaîne ARTV[4],[5]. Catherine Pogonat anime ensuite une émission musicale quotidienne en cavale, Espace public, à la radio de Radio-Canada.

En 2011, elle anime son magazine culturel quotidien à MusiquePlus, Ste-Catherine[6].

En 2013-2014, Catherine Pogonat signe son premier documentaire, Sous les étoiles [7], une série sur l'impact de la célébrité avec Marc Labrèche, René Simard, Véronique Cloutier, Julie Snyder, Xavier Dolan, Cœur de pirate, Michèle Richard, etc sur les ondes de Ici Radio-Canada Première

Elle anime présentement l'émission Pogopop sur Ici Musique [8], est animatrice-conceptrice à la Première Chaîne de Radio-Canada et signe une chronique dans le magazine Elle Québec.

Distinction[modifier | modifier le code]

Catherine Pogonat à l'animation de la Nuit Boréale à la fête de la musique à Paris. Esplanade des Invalides - juin 2013

En 2009, lors du gala des prix Gémeaux, Catherine Pogonat reçoit une statuette dans la catégorie « Meilleure animation magazine », en l’occurrence, Mange ta ville[9]. Mange ta ville a raflé 6 fois le trophée de « Meilleur magazine culturel» aux Prix Gémeaux

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Steve Proulx, « Autre fréquence », sur www.voir.ca, Voir,‎ 11 novembre 2004 (consulté le 9 septembre 2009)
  2. Paul Cauchon, « Mange ta ville à Artv - «Un projet de rêve» pour Catherine Pogonat », Le Devoir,‎ 23 août 2005 (consulté le 9 septembre 2009)
  3. Tout le monde en parle, « Résumé de l'émission du 4 octobre 2009 », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada (consulté le 4 octobre 2009)
  4. Nathalie Petrowski, « Pogonat, l'animatrice nue » », La Presse,‎ 19 décembre 2009.
  5. Bombe.tv, « Catherine Pogonat nue de mange ta ville », sur www.bombe.tv, Bombe.tv,‎ 15 décembre 2009 (consulté le 15 décembre 2009)
  6. « Musique Plus - St-Catherine »
  7. « Sous les étoiles »
  8. « La playlist de Catherine Pogonat », Nightlife,‎ 2014 (lire en ligne)
  9. La Presse canadienne, « Les principaux gagnants du gala des Gémeaux », Le Journal de Québec,‎ 20 septembre 2009 (consulté le 2 décembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[1][modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

http://www.myvirtualpaper.com/doc/magazine-m/magazinem_septembre11_2/2011090701/6.html#0

  1. « Classe à part », Magazine M,‎ 2011 (lire en ligne)