Catherine Langeais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Langeais (homonymie).

Catherine Langeais

Nom de naissance Marie-Louise Terrasse
Naissance
Valence
Nationalité France Française
Décès (à 74 ans)
Mantes-la-Jolie
Profession speakerine, présentatrice

Catherine Langeais, de son vrai nom Marie-Louise Terrasse, est une présentatrice de la télévision française, née le à Valence (Drôme), décédée le à Mantes-la-Jolie[1].

Morte à l'âge de 74 ans des suites d'une sclérose en plaque, elle repose dans le cimetière de Valmondois.

Enfance[modifier | modifier le code]

Elle s'installa à Paris avec sa famille à partir de 1933.

François Mitterrand[modifier | modifier le code]

Le , elle rencontre François Mitterrand, avec qui, malgré son très jeune âge, elle fut fiancée[2]. Ils sont séparés par la captivité de François en Allemagne. Leur histoire durera jusqu'au . Catherine Langeais se marie finalement avec un comte polonais avec qui elle aura deux enfants, Jean-Michel et Élisabeth.

François Mitterrand, après avoir été élu président de la République française, la distingue en la faisant chevalier de la Légion d'honneur, en raison de l'empreinte indéniable qu'elle a laissée dans l'histoire de la télévision en France. Elle est d'ailleurs nommément citée dans la chanson Et moi et moi et moi de Jacques Dutronc.

La télévision[modifier | modifier le code]

Initialement recrutée pour présenter les émissions du nouveau réseau national 819 lignes de la RTF en 1949 (Jacqueline Joubert continuant d'officier principalement sur l'émetteur parisien en 441 lignes), Catherine Langeais fut probablement la speakerine la plus populaire de la télévision française, depuis la fin des années 1950 jusqu'en 1975.

Ce fut elle qui accueillit en direct les téléspectateurs de la BBC lors de la première émission internationale de télévision en direct, la semaine franco-britannique de juillet 1952 réalisée grâce au tout nouveau « convertisseur de standard » (qui permettra, un an plus tard, la diffusion internationale du Couronnement d'Élisabeth II, puis la mise en place de l'Eurovision).

En parallèle à l'annonce des programmes, avec le jeudi des émissions destinées aux jeunes enfants, Catherine Langeais participa à diverses émissions de divertissement dans les années 1950-1960, telles que 36 chandelles ou la Séquence du spectateur (rebaptisée plus tard la Séquence du téléspectateur), ainsi que l'émission culinaire Art et magie de la cuisine au côté du chef Raymond Oliver.

Atteinte d'une sclérose en plaques diagnostiquée en 1954 qu'elle cacha longtemps et qui lui rendit la tâche très difficile, elle continuera de travailler. Bien que malade, elle continua son métier, ses interventions (À vous de juger, La séquence du téléspectateur et quelques émissions pour enfants le jeudi).

Elle restera la speakerine principale de la première chaîne jusqu'en septembre 1971. A partir de cette date, son époux Pierre Sabbagh devient directeur de la deuxième chaîne télévision de l'ORTF, aussi elle quitte la première chaîne pour exercer son métier de speakerine sur la deuxième chaîne. Elle y restera jusqu'à la fin de l'ORTF et ce fut elle qui, le dimanche , clôtura avec beaucoup d'émotion les émissions de la deuxième chaîne ORTF, remplacée le lendemain par la nouvelle société publique Antenne 2.

A partir de 1975, elle n'assura plus que les commentaires, en voix off, de la Séquence du téléspectateur sur TF1.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Catherine Langeais, Le Courrier de mon cœur, Paris, Solar, 1968
  • Pierre Sabbagh, Encore vous, Sabbagh, Paris, Stock,‎ (ISBN 9782234017757)
  • Jean-Marc Terrasse, Catherine Langeais, la fiancée des Français : biographie, Paris, Fayard,‎ (ISBN 978-2-2136-0962-1)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Catherine Langeais s'est éteinte », sur humanite.fr, 24 avril 1998
  2. Des Lettres Maison d'édition (25/05/2014) Lettre de François Mitterrand : « Ma petite pêche, j’aime beaucoup ton corsage » - rue89.com