Cathédrale de la Sainte-Croix de Boston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Sainte-Croix.
Cathédrale de la Sainte-Croix de Boston
Image illustrative de l'article Cathédrale de la Sainte-Croix de Boston
Présentation
Nom local Cathedral of the Holy Cross
Culte Catholique
Type Cathédrale
Début de la construction 1866
Fin des travaux 1875
Style dominant Néo-gothique
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Région Drapeau du Massachusetts Massachusetts
Commune Boston
Coordonnées 42° 20′ 26″ N 71° 04′ 11″ O / 42.340556, -71.06972242° 20′ 26″ Nord 71° 04′ 11″ Ouest / 42.340556, -71.069722  

Géolocalisation sur la carte : Massachusetts

(Voir situation sur carte : Massachusetts)
Cathédrale de la Sainte-Croix de Boston

Géolocalisation sur la carte : Boston

(Voir situation sur carte : Boston)
Cathédrale de la Sainte-Croix de Boston

La cathédrale de la Sainte-Croix de Boston (en anglais : Cathedral of the Holy Cross) est l'un des principaux sanctuaires catholiques de la ville de Boston, dans l'état américain du Massachusetts. Ses dimensions font d'elle la plus grande église de Nouvelle-Angleterre[1].

Siège épiscopal de l'archevêché catholique de Boston, sa construction fut achevée en un peu moins de dix ans, les travaux s'étalant de 1866 à 1875.

La cathédrale est située dans le quartier de South-End, au 1400 Washington Street[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le développement de la communauté catholique détermine les autorités paroissiales à édifier une église dès 1800. Celle-ci est achevée trois ans plus tard et consacrée sous le vocable de « Sainte-Croix ».

En 1808, le pape Pie VII fait de Boston un diocèse, ce qui entraîne de fait la transformation de la nouvelle église en cathédrale[3].
Jean Lefebvre de Cheverus, un ecclésiastique français ayant émigré aux États-Unis pour échapper à la terreur en devient le premier titulaire.

L'accroissement rapide de la population de confession catholique, notamment du fait de vagues d'immigration successives en provenance d'Irlande, détermine l'évêché à agrandir la cathédrale dès 1825. Cependant dès 1860, l'exiguïté de l'édifice pousse l'évêque John Bernard Fitzpatrick à envisager l'édification d'un nouveau bâtiment. Le projet est interrompu quelques mois plus tard suite au déclenchement de la guerre de Sécession. Lorsque le conflit s'achève, le prélat n'a guère le temps de s'intéresser au projet de reconstruction de la cathédrale : malade, il décède quelques mois plus tard, au matin du 13 février 1866.

Son successeur à la tête du diocèse est John Joseph Williams, lequel fait du projet de son prédécesseur une priorité.
Les travaux du nouveau sanctuaire sont confiés à l'architecte Patrick Keely.
Ils débutent peu après, le 29 avril 1866.
Moins de dix ans plus tard, le 8 décembre 1875, la cathédrale est officiellement consacrée[4].

Cette même année, Boston devient siège d'archidiocèse.

Le 1er octobre 1979, le pape Jean-Paul II vient se recueillir dans la cathédrale Sainte-Croix. Il participe à un office réunissant près de 2000 prêtres catholiques[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

La cathédrale en 1881

La cathédrale conçue par l'architecte Patrick Keely est un sanctuaire de style néo-gothique, un parti architectural en vogue durant la seconde moitié du XIXe siècle[6].

Reprenant les canons de l'architecture médiévale, la nouvelle cathédrale est basée sur un plan en forme de croix latine, se composant d'une longue nef bordée de bas-côtés, d'un transept et d'une abside éclairée d'une série de trois baies laissant abondamment entrer la lumière. L'ensemble du sanctuaire est bâti en pierre locale issue des carrières voisines de Roxbury (Pierre dite : « Roxbury puddingstone »).

La longueur totale de l'édifice est de 364 pieds, pour une largeur de 90 pieds (nef) allant jusqu'à 170 pieds (transept). La capacité totale de la cathédrale est de 2000 places[1].

La façade principale de l'édifice s'ouvre du côté ouest, comme le veut la tradition. Celle-ci se distingue par une rosace accueillant un vitrail daté de 1880 représentant le roi David jouant de la harpe[7]. De part et d'autre de la façade se dressent deux tours, toutes deux inachevées.

À l'intérieur de l'édifice, une tribune supporte les grandes-orgues. Celles-ci ont été réalisées en 1875 par la compagnie Hook and Hastings. L'instrument possède 5292 tuyaux et 100 jeux différents[1].

Le sanctuaire se distingue également par la structure métallique finement travaillée des voûtes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]