Cathédrale de Santo Domingo de la Calzada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale
de Santo Domingo de la Calzada
Image illustrative de l'article Cathédrale de Santo Domingo de la Calzada
Présentation
Nom local Catedral de Santo Domingo de la Calzada
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Évêché de Calahorra et La Calzada-Logroño (cosiège)
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Style dominant Roman
Gothique
Renaissance
Baroque
Protection Monument historique (1931)
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Région La Rioja La Rioja
Département La Rioja La Rioja
Commune Santo Domingo de la Calzada
Coordonnées 42° 26′ 27″ N 2° 57′ 12″ O / 42.44083, -2.95333 ()42° 26′ 27″ Nord 2° 57′ 12″ Ouest / 42.44083, -2.95333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Cathédrale de Santo Domingo de la Calzada
Saint Dominique de la Chaussée.

La cathédrale de Santo Domingo de la Calzada, communauté autonome de La Rioja en Espagne, est dédiée à Saint Dominique de la Chaussée.

Depuis 1959, elle a le titre de concathédrale avec celle de Logroño et de Calahorra.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’église primitive était placée sous l'invocation d’El Salvador (le Sauveur] et Santa María, pour laquelle le roi Alphonse VI a fait don d'un terrain en 1098.
Elle a été consacrée en 1106 par l'évêque Don Pedro Nazar. Elle a été Collégiale jusqu’en 1158 et Cathédrale depuis 1232, étant le siège de l'évêché de Calahorra-La Calzada.

Les travaux de l'église romane actuelle ont commencé en 1158, en conservant une grande partie de l'ancienne. Ils ont été dirigés par maître Garçion. Au XVIe siècle, une partie du transept a subi une importante modification avec l'extension du côté gauche pour la tombe de Saint Dominique. Organisée comme une église de pèlerinage, modèle existant le long du Chemin de saint Jacques de Compostelle et qui a comme caractéristique la prolifération de chapelles et l'existence d'un déambulatoire dans son chevet qui permet la circulation intérieure.

L’extérieur[modifier | modifier le code]

On doit noter principalement l’abside romane avec ses beaux modillons et ses baies vitrées, la tour baroque et les deux portails.

Le portail sud[modifier | modifier le code]

Le Portail sud ou du Saint, avec un grand arc d'un demi-point qui abrite des statues dans des niches et oculus circulaires. C'est une œuvre tardive du XVIIIe siècle.

Le portail occidental[modifier | modifier le code]

Il est de transition romano gothique, de la fin du XIIIe siècle, avec des archivoltes soulignés par des colonnes qui descendent jusqu’au sol.

L’abside[modifier | modifier le code]

Outre sa structure architectonique, il faut remarquer les chapiteaux. Certains sont très détériorés, mais on devine le travail d'un grand maître. Les têtes des différents personnages et des animaux sont d’un grand réalisme, ainsi que des scènes des pèlerins qui sont les protagonistes de l'iconographie romane de la cathédrale.

La Tour baroque[modifier | modifier le code]

La cathédrale a eu tout au long de son histoire trois tours. La primitive romane a été détruite par un orage en 1450. La seconde gothique a dû être démontée, elle menaçait ruine. Et la troisième celle qui est conservée.
Elle est l’œuvre de Martín de Beratúa, sur commande de l'évêque Andrés Porras y Temes en 1762. Elle est de style baroque et a soixante-dix mètres de hauteur, une base carrée de 9 mètres. À cause des caractéristiques du terrain, elle a dû être construite à l’extérieur de la cathédrale, dans une zone appropriée pour son emplacement, étant donné les eaux souterraines. Les fondations ont été faites par une masse compacte dure, composée de chaux et de cornes écrasées afin que l’humidité ne l’affaisse pas et déséquilibre les alentours.
Elle possède huit cloches et une horloge, toutes en fonctionnement. L'horloge utilise deux clochetons, le plus petit marque les quarts d’heures et le plus grand les heures.
Elle est la tour la plus haute de la Rioja.

L’intérieur[modifier | modifier le code]

À l’intérieur il convient de souligner le retable, œuvre du sculpteur Renaissance Damián Forment. Le chœur plateresque d'Andres Nájera et de Guillén de Hollanda. Le retable hispano-flamand de maître Belorado. Et l'ensemble roman formé par le chevet et le presbyterium du style roman le plus pur. Une potence conserve le souvenir du pèlerin injustement pendu, en logeant un coq et une poule vivants, comme ceux qui rapporte la tradition qu'ils ont ressuscitée en manifestant l'innocence du pèlerin de Compostelle... Cette histoire constitue le Miracle du pendu-dépendu.

La nef[modifier | modifier le code]

C’est un des meilleurs exemples espagnol d'architecture proto-gothique avec des critères romans en coexistant avec des voûtes en berceaux croisées.
Organisée comme église de pèlerinage, à trois nefs, la centrale de largeur double et de hauteur supérieure, coupées par une croisée de transept et un chevet roman, et trois chapelles absidiales.

Le retable.

Le Retable[modifier | modifier le code]

Le sculpteur Renaissance, valencien, Damián Forment a laissé dans la cathédrale une de ses œuvres les plus grandioses, celle du Retable. C’est la seule de ses réalisations qu'il a effectuées en bois, les autres étant en albâtre (retable du Pilier de Saragosse, retable du Monastère de Poblet, etc.) de neuf mètres large et de treize mètres de haut. Bien qu'il soit décédé en 1540 dans cette ville, il a laissé pratiquement terminée son œuvre.
La polychromie est l’œuvre d'Andres de Melgar.
Dans sa partie centrale la statue d'El Salvador, titulaire de la cathédrale. En haut l’Ascension de la Vierge. Le tout entouré de scènes comme l'Annonciation, l'Adoration des Bergers, l'Adoration des Rois, la Présentation, la Résurrection, Pentecôte, la Chute du Christ, la Cinquième Angoisse et la Flagellation. Il y a en outre vingt statues entre lesquelles Saint-Dominique de la Chaussée.

Le Chevet roman[modifier | modifier le code]

Quand en 1995 l'atelier diocésain de restauration des œuvres d'art a démonté le retable Renaissance et l’a transféré dans la chapelle de la croisée du transept, côté de l'Évangile (sud) on a découvert un chevet des plus originaux. Un des meilleures de l'architecture romane hispanique, un espace qui intègre la chapelle, l'abside, et la tribune avec la même perspective que les pèlerins pouvaient la contempler. La libération des piliers qui étaient occultés par le retable, permet d’admirer le plus grand ensemble iconographique roman de toute la Rioja.
Après une polémique dans laquelle ont pris part les meilleurs experts en Histoire de l'Art, il a été choisi de laisser le chevet de la Cathédrale découvert.

Des quatre pilastres décorés vers la chapelle, deux présentent une décoration exclusivement végétale. Dans le troisième une Trinité entourée des quatre tétramorphes. Et dans le quatrième le roi David.
La chapelle est la seule conservée des trois de l’église primitive romane.
Le chevet à remarquer les chapiteaux dans lesquels sont représente l'Apothéose du Christ, la Résurrection, Jésus sur les eaux, l’Annonciation et le Couronnement de la Vierge, l’Ascension, etc.
Une illumination superbe a été le complément à cette restauration extraordinaire.

le Chœur[modifier | modifier le code]

Le chœur plateresque occupe la partie centrale de la cathédrale, et permet d’isoler totalement les moines du reste de l’église.
Il a été effectué sur commande de l'évêque Juan de Castellanos. Il a été réalisé par Andres de Nájera en 1527, et qui a exécuté la superbe chaise épiscopale. Et c’est Guillén de Holanda qui a exécuté les extraordinaires sièges.
Le chœur est composé de deux ordres de sièges. La partie haute est composée par 33 sièges et dans ses soutiens des bas-reliefs des saints et des prophètes. Dans la partie basse sont intégrés 26 sièges, dans ses soutiens des saintes et des vierges.
Il est effectué en noyer. Avec une grande profusion éléments décoratifs grotesques, végétaux, etc. Il communique avec les deux nefs latérales à travers cinq superbes escaliers.

La chapelle de Saint Dominique[modifier | modifier le code]

Le sépulcre de saint Dominique est conçu comme l'élément central d'une chapelle de la cathédrale, elle se trouve à l'ouest du Poulailler.
Sur le couvercle le gisant du saint est roman fin du XIIe siècle. Saint-Domingue apparaît avec ses vêtements reposant sa tête sur des coussins et accompagné de six petits anges, deux à la tête, deux à la hauteur de la ceinture et deux aux pieds. L'œuvre était polychromé dont il ne reste que des traces.
Les scènes qui entourent le sépulcre ont été parrainées par l'évêque Diego López de Zúñiga et ont été effectuées vers 1440 en style gothique. Elles racontent les miracles du Saint.
Il est surmonté d'un baldaquin en albâtre, sur des dessins de Vigarny, et réalisé par Juan de Rasines en 1513. Il est décoré de bas-reliefs relatant la vie du saint.

Le Poulailler[modifier | modifier le code]

Construit vers 1460, c'est une œuvre gothique en pierre polychrome qui loge un couple de gallinacé : un coq blanc et une poule de même.
Il est situé dans le bras droit de la croisée du transept, dans le côté de l'Epître (nord) face à la tombe de Saint Dominique. C'est le témoignage vivant et permanent de l'aide du Saint aux pèlerins. Et rappelle le célèbre miracle qui a propagé le nom de Santo Domingo de la Calzada sur tous les chemins du pèlerinage avec ce célèbre dicton qui dit : « Santo Domingo de la Calzada donde cantó la gallina después de asada ». (Santo Domingo de la Calzada, où a chanté une poule après avoir été cuisinée.)

Il existe un document dans les Archives de la Cathédrale, daté de 1350, de l'existence des gallinacés. C’est une bulle du pape d’Avignon, Clément VI (1342-1352) par laquelle on accordait des indulgences aux fidèles qui aideraient au culte de la cathédrale, et assisteraient à leurs offices divins ou « miransen al gallo y a la gallina que hay en la iglesia » .
Les gallinacés sont mensuellement remplacés, tâche qu'effectuent les bénévoles de la confrérie de Santo Domingo.

Le Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur le Camino frances du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.
On vient de Cañas ou de Azofra, la prochaine commune est Grañon, et l'église Saint Jean Baptiste.

D’après le Guide du Pèlerin d’Aimery Picaud le corps saint qu’il faut honorer est Saint Dominique de la Chaussée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]