Cathédrale du Sacré-Cœur d'Oran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cathédrale d'Oran)
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale du Sacré-Cœur
Image illustrative de l'article Cathédrale du Sacré-Cœur d'Oran
Présentation
Nom local كاتدرائية وهران
Culte Église catholique romaine
Type Cathédrale
Début de la construction 1904
Fin des travaux 1913
Architecte Albert Ballu
Style dominant Style romano-byzantin
Géographie
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Wilaya d'Oran
Commune Oran
Coordonnées 35° 42′ 01″ N 0° 38′ 47″ O / 35.700235, -0.646321 ()35° 42′ 01″ Nord 0° 38′ 47″ Ouest / 35.700235, -0.646321 ()  

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Cathédrale du Sacré-Cœur

La cathédrale du Sacré-Cœur d'Oran (Algérie), de style romano-byzantin, fut édifiée de 1904 à 1913. L'architecte est Albert Ballu, architecte du gouvernement d'Algérie, et le constructeur est la société des frères Auguste et Gustave Perret, appelés pour renforcer la construction en brique Cottancin de Ballu, qui entraînait un affaissement des voûtes d'un centimètre par jour. Les frères Perret expérimentèrent ici des procèdes de fenêtrage[Quoi ?]. Le grand orgue Cavaillé-Coll-Mutin fut inauguré le 3 février 1918[1]. Elle fut transformée en bibliothèque régionale en 1984, puis en bibliothèque communale en 1996.

Construction et consécration[modifier | modifier le code]

Monseigneur Cantel, évêque d'Oran de 1899 à 1910, trouve à son arrivée une ville abritant près de 80 000 Européens, et la cathédrale Saint-Louis, située à l'extrémité occidentale de la ville ancienne, ne peut plus répondre aux besoins d'une population s'installant dans les vastes quartiers de la ville nouvelle qui s'édifient à l'est de la vieille ville. Il entreprend de faire bâtir une nouvelle cathédrale.

Un très bel emplacement réservé depuis 1875 par l'administration des Domaines est affecté par décret du 11 septembre 1899 à un édifice de culte catholique, mais le gouvernement stipule qu'il ne contribuera pas à son édification, et oblige, s'agissant d'une cathédrale, à accepter les plans de l'architecte-directeur des Monuments Historiques pour l'Algérie.

Le projet ne fait guère l'unanimité chez les connaisseurs et chez les fidèles, mais cela ne décourage pas l'évêque qui lance une campagne de conférences à travers la France, la Belgique et la Hollande afin de recueillir les fonds nécessaires. L'Oranie aussi donne beaucoup, et s'en étonne ! L'évêque lui-même, décédé en 1910, lègue toute sa fortune pour l'achèvement du chantier.

Le chantier débute le 20 avril 1903, et après les multiples péripéties liées à des faillites d'entrepreneurs, des éboulements, une interruption faute de financement, une première tranche est inaugurée le 11 novembre 1906: il s'agit de la vaste crypte. Finalement, la cathédrale est livrée au culte le 9 février 1913 sous le vocable du Sacré-Cœur de Jésus[2].

La consécration a lieu le 30 avril 1930, et si l'édifice tout entier peut être consacré, le maître-autel construit en ciment ne peut l'être, et ne le sera jamais, n'étant pas construit dans l'un des matériaux prévus par le droit canon[3]. La structure de l'église elle-même est en béton armé, ce qui en fit la première église construite grâce à cette technique en territoire français[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Souvenirs et soupirs d'Algérie et du Sahara, Père Roger Duvollet, vol XV p. 61, 70360 Scey-sur-Saône
  2. Églises d'Oranie, par Jacques Gandini -1992- pp. 89-90
  3. Églises d'Oranie, opus cité, p.91
  4. Le livre d'or de l'Oranie, par édition de l'Afrique du nord illustrée 1925, p. 127