Cathédrale d'Ani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Sainte-Mère-de-Dieu
Image illustrative de l'article Cathédrale d'Ani
Vue générale de l'édifice ; l'église du Saint-Sauveur se dresse à l'arrière-plan.
Présentation
Nom local Սուրբ Աստուածածին Եկեղեցի
Culte Église apostolique arménienne
Type Cathédrale
Début de la construction 989
Fin des travaux 1001
Architecte Tiridate
Style dominant Arménien
Géographie
Pays Turquie
Région Anatolie orientale
Province Kars
Localité Ani
Coordonnées 40° 30′ 22″ N 43° 34′ 23″ E / 40.5062, 43.57340° 30′ 22″ Nord 43° 34′ 23″ Est / 40.5062, 43.573  

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Cathédrale Sainte-Mère-de-Dieu

La cathédrale Sainte-Mère-de-Dieu est une ancienne cathédrale située dans les ruines de l'ancienne capitale arménienne d'Ani, en Turquie.

Nom[modifier | modifier le code]

L'église est dédiée à la Sainte Mère de Dieu ; en arménien : Սուրբ Աստուածածին Եկեղեցի (Surp Asduadzadzin Egeghets’i). Elle est également appelée Մայր Եկեղեցի (Mayr Egeghets’i), Mère Église.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La cathédrale occupe un emplacement au centre du site d'Ani, capitale de l'ancien royaume d'Arménie vers l'an 1000. Le site est situé dans l'extrême est de la Turquie, sur la province de Kars, au contact de la frontière avec l'Arménie ; la cathédrale n'est située qu'à 200 m de cette frontière.

L'édifice est une église à dôme à plan cruciforme, à l'intérieur d'un plan rectangulaire. Elle mesure 30 m de long pour 20 m de large. La cathédrale est architecturalement complexe : une petite arcature aveugle à fines colonnes orne le monument sur tout son long ; des arcs plus importants parent les fenêtres, assez petites ; les grandes ouvertures entourent des grands bandeaux d'entrelacs. L'intérieur de l'édifice peut faire penser à l'architecture gothique, car la totalité des arcs et des piliers dessinent des sortes de demi-colonnettes. Des fresques décorent les murs.

Historique[modifier | modifier le code]

La construction de la cathédrale d'Ani débute sous le règne du roi Smbat II, vers 989, sous la directionde l'architecte Tiridate. Elle est terminée en 1001, sous le patronage de la femme du roi Gagik Ier, la reine Katranide. L'église est dédiée à la Vierge Marie.

Tiridate innove architecturalement en élargissant la nef principale et en diminuant l'espace des petites nefs latérales. Selon certains historiens de l'architecture, dont Josef Strzygowski, la composition des éléments intérieurs aurait influencé le développement de l'architecture gothique européenne entre les XIIe et XIVe siècles[1].

En 1064, à la suite des victoires seldjoukides en Anatolie orientale, le sultan Alp Arslan fait démonter les croix de la cathédrale après son entrée dans Ani ; en 1071, l'édifice est converti en mosquée[2].

En 1319, un séisme détruit la coupole. En 1988, lors du séisme de Spitak, l'angle nord-ouest est totalement détruit.

La cathédrale est répertoriée sur la liste des édifices en dangers du Fonds mondial pour les monuments en 1996, 1998, 2000 et 2002[3] ; elle fait actuellement l'objet d'un projet de conservation dirigé par le ministère turc de la Culture.

Le 19 septembre 2010, la cathédrale arménienne Sainte-Croix d'Aghtamar (lac de Van) reçoit sa première messe chrétienne en 95 ans. En protestation, un groupe de nationalistes turcs, conduit par le chef du Parti d'action nationaliste Devlet Bahçeli, se rassemblent le 1er octobre 2010 dans la cathédrale d'Ani pour y réciter des prières musulmanes[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ani Cathedral », Index of Armenian Art: Armenian Architecture
  2. Adrian Fortescue, Lesser Eastern Churches, Gorgias Press,‎ 2001 (ISBN 0-9715986-2-2), p. 387
  3. (en) « Ani Cathedral », Fonds mondial pour les monuments
  4. (en) « Turkish nationalists rally in Armenian holy site at Ani », BBC News Online,‎ 1er octobre 2010