Cathédrale Saint-Martin de Lucques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Saint-Martin.
Dôme de Lucques
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Martin de Lucques
Vue d'ensemble
Présentation
Nom local Duomo di Lucca
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Début de la construction XIe siècle
Style dominant Roman, Gothique
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Toscane
Commune Lucques
Coordonnées 43° 50′ 26″ N 10° 30′ 23″ E / 43.840597, 10.5064543° 50′ 26″ Nord 10° 30′ 23″ Est / 43.840597, 10.50645  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Dôme de Lucques

Le Dôme de Lucques est la cathédrale de la ville de Lucques, en Toscane, en Italie.

Elle est dédiée à saint Martin de Tours.

Histoire[modifier | modifier le code]

Détail de la façade : Saint Martin partage son manteau avec un pauvre.

Fondée au VIe siècle, la cathédrale est reconstruite au XIe siècle. L'édifice actuel fut consacré en 1070 et achevé au XIIIe siècle par une large reconstruction. L'intérieur a été refait aux XIVe et XVe siècles. Elle mesure 84 m de long par 27 m de large et 27,50 m de hauteur.

Architecture[modifier | modifier le code]

Vues d'ensemble[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

L'édifice est de style roman pisan. La riche façade joue sur le rythme des colonnettes de trois galeries aveugles superposées, sur la sculpture (dont le Cortège des rois mages de Nicola Pisano) et sur la richesse de marqueteries de pierre. Elle est asymétrique (à cause du campanile voisin). Le campanile est en brique à la base, et en marbre dans les parties hautes. Comme il est classique dans ce type d'édifice, les fenêtres à chaque étage sont divisées en plusieurs sous-fenêtres, soit une ouverture au premier niveau, deux ouvertures au deuxième niveau, trois au troisième, etc.

Les trois niveaux de colonnade, détails architecturaux sous la triple colonnade[modifier | modifier le code]

La vie de Saint Martin en quatre bas-reliefs au-dessus des portes d'entrée du duomo[modifier | modifier le code]

En légende, les inscriptions latines figurant sous chaque bas-relief.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Labyrinthe[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Lucques comporte un des plus petits labyrinthes d'église. Il est gravé sur sur un des piliers du portique de la façade, et mesure environ 50 cm de large. Les fidèles suivaient le parcours du doigt : c'est un labyrinthe digital. L'inscription latine gravée au droite du labyrinthe dit : « Hic quem Creticus edit Daedalus est laberinthus de quo nullus vadere quivit qui fuit intus ni Theseus gratis Ariane stamine jutus », ce qu'on peut traduire par : « Ceci est un labyrinthe que bâtit Dédale le Crétois, duquel personne, y ayant pénétré, ne put sortir sauf Thésée, grâce au fil d'Ariane ».

Intérieur[modifier | modifier le code]

Le sol est entièrement couvert de marbre, avec notamment des marqueteries de motifs géométriques. De robustes piliers rectangulaires soutiennent la nef. Au niveau supérieur se développe une galerie (triforium) plus légère, avec de belles arches.

Œuvres abritées[modifier | modifier le code]

Le tempietto et son Volto Santo di Lucca[modifier | modifier le code]

Le tempietto

Le tempietto, kiosque octogonal en marbre réalisé en 1484 par Matteo Civitali (it) et le Volto Santo (« saint visage »), abrite un crucifix byzantin en bois de cèdre du XIIIe siècle, qui attirait au Moyen Âge de nombreux pèlerins qui le croyaient sculpté par un disciple du Christ, saint Nicodème et sa face par un ange.

Le tombeau d'Ilaria del Carretto[modifier | modifier le code]

Une salle latérale abrite le tombeau d'Ilaria del Carretto, de Jacopo della Quercia, finement sculpté vers 1405. Son style évoque dans sa facture comme dans sa symbolique (le chien aux pieds, symbole de fidélité) les œuvres semblables qu'on peut trouver en France. Le monument a été transporté dans la sacristie en 1995 lors de travaux dans le transept nord.

Dans la même salle, on retrouve plusieurs œuvres, dont une Vierge à l'enfant de Domenico Ghirlandaio, La Circoncision de Jacopo Ligozzi, Le Christ mort de Filippino Lippi, Saint Martin et le mendiant de Girolamo Scaglia et le Triptyque de Francesco Anguilla.

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Réparties autour de la cathédrale, on retrouve des ouvrages de Giambologna, Fra Bartolomeo, Le Tintoret, Giovanni Battista Paggi, Alessandro Allori, etc.


Musée associé[modifier | modifier le code]

À côté de la cathédrale, dans l'ancien archevêché du XIVe siècle, un musée abrite des œuvres religieuses provenant de la cathédrale : vêtements ecclésiastiques, statuaire, antiphonaires, orfèvrerie, peintures de primitifs italiens, crosse de l'archevêque encore utilisée de nos jours pour des processions, ornements pour le Volto Santo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]