Cathédrale Saint-Marc du Caire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Saint-Marc
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Marc du Caire
Le coupole en haut de la cathédrale
Présentation
Culte Église copte orthodoxe
Fin des travaux 1968
Architecte Michel Bakhoum
Géographie
Pays Drapeau de l'Égypte Égypte
Commune Le Caire
Coordonnées 30° 04′ 20″ N 31° 16′ 32″ E / 30.0722, 31.27556 ()30° 04′ 20″ Nord 31° 16′ 32″ Est / 30.0722, 31.27556 ()  

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
Cathédrale Saint-Marc

La cathédrale Saint-Marc est située à Abbassia ou Abbaseiah près du Caire, en Égypte. Elle est le siège primatial de l'Église copte orthodoxe. Elle a été construite sous le primatiat du pape copte Cyrille VI d'Alexandrie qui l'a inaugurée en 1968.

Historique[modifier | modifier le code]

Pour construire le palais du calife Al-Muizz li-Dîn Allah à proximité du Caire la nouvelle capitale, les Coptes sont expropriés d'un terrain qu'ils possèdent. En compensation, le général Jawhar al-Siqilli donne en 969 à l'Église copte le terrain où s'élève maintenant la nouvelle cathédrale[1].

Les Coptes utilisent ce site comme cimetière pendant plusieurs siècles. Ils y érigent notamment l'ancienne église Anba Rouis. Au XIIe siècle, douze églises s'y élèvent. Sous le règne de Qalawun, les églises sont détruites par les persécuteurs des Coptes, le 18 février 1280. Deux églises sont ensuite construites sur le même site, sous le règne du fils de Qalawun[1].

Le gouvernement du Caire voulant en 1943 exproprier l'Église copte, il se heurte à l'opposition du Conseil général de la Congrégation de l'Église copte et de sa secrétaire, Iris Habib Elmasry. L'Église copte conserve le contrôle du site, à condition d'y élever un bâtiment à usage non commercial dans les cinquante années suivantes. La construction de la nouvelle cathédrale découle de cette condition[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le site de la cathédrale Saint-Marc présente l'évolution architecturale de sept églises successives d'intérêt majeur comme l'église Anba Rouis (ou Anba Ruweis) située tout en bas, unique vestige de l'ancien monastère[3]. Elle montre le rapide développement de l'art architectural copte[4].

La cathédrale a une structure conçue par l'ingénieur Michel Bakhoum (en). Elle peut accueillir 5 000 fidèles[5]. Cette cathédrale copte est de loin la plus grande cathédrale d'Afrique et du Moyen Orient – la basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro n'étant pas une cathédrale.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Reliques de saint Marc[modifier | modifier le code]

Avant la fin de la construction de la cathédrale, le pape catholique Paul VI restitue en juin 1968 à l'Église copte les reliques de saint Marc, qui avaient été subtilisées et amenées à Venise en 828. Ces reliques sont déposées dans la nouvelle cathédrale du Caire, sous l'autel, dans une chapelle brillamment décorées d'icônes coptes, en présence des plus hautes autorités et d'une foule considérable[6].

Inauguration[modifier | modifier le code]

Tombeaux et reliques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « دير الأنبا رويس », Coptichistory.org (consulté le 28 septembre 2012)
  2. « Monastère Saint Abraam » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24.
  3. « Anba Ruweis au Caire », Bibliothèque d'études coptes, volume 15, Institut français d'archéologie orientale du Caire, 1979.
  4. (en) « Memphis tours », Memphis tours (consulté le 28 septembre 2012)
  5. (en) « Old Cairo and Roda Island », Footprinttravelguides.com (consulté le 28 septembre 2012)
  6. « L'origine de l'Église Copte », sur Orient chrétien (consulté le 7 décembre 2011)

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :