Cathédrale Saint-Jean de Belley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Saint-Jean-Baptiste.
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste
Extérieur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Belley
Extérieur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Belley
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Belley-Ars
Début de la construction XIXe siècle
Fin des travaux 1850
Style dominant Néo-gothique
Protection Logo monument historique Classée MH
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Belley
Coordonnées 45° 45′ 27″ N 5° 41′ 21″ E / 45.7575233, 5.6891048 ()45° 45′ 27″ Nord 5° 41′ 21″ Est / 45.7575233, 5.6891048 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Belley est une cathédrale catholique située à Belley, dans l'Ain, dans le diocèse de Belley-Ars. Malgré ce statut, l'évêque du diocèse, qui recouvre le département de l’Ain, réside à Bourg-en-Bresse depuis 1978. La collégiale Notre-Dame-de-Bourg a été d’ailleurs érigée en co-cathédrale en 1992. Enfin, c’est en 1988 que le nom Ars a été ajouté au nom du diocèse. La cathédrale Saint-Jean-Baptiste constitue un bel exemple d’édifice religieux néo-gothique du XIXe siècle.

Histoire de l'édifice[modifier | modifier le code]

L'existence de l'évêché est attestée depuis le Ve siècle. La première mention d'une cathédrale remonte au  : l'édifice abrite alors une relique de Saint-Jean-Baptiste, constituée d'une partie de sa main droite. Au XIIe siècle est édifié une église romane dont la nef subsistera jusqu’au XIXe siècle. Les chapelles absidiales sont reconstruites dans un style gothique et sont terminées en 1520. La cathédrale souffre durement pendant la Révolution française : elle perd ses reliques, ses deux clochers sont détruits. Elle est transformée en temple de la raison. Le tremblement de terre de 1822 fragilise un peu plus l'édifice.

De 1835 à 1853, l'église est presque entièrement reconstruite sous l'impulsion de Mgr Alexandre Devie. L'architecte lyonnais Antoine-Marie Chenavard réalise un édifice dans le style néo-gothique, ne conservant de l'ancien que les chapelles absidiales et une partie du portail Nord, ancienne entrée principale de la cathédrale.

Historique depuis 1878[modifier | modifier le code]

  •  : consécration de la nouvelle cathédrale par Mgr Jean Marchal.
  •  : l'édifice est classé Monument Historique[1].
  • 1992-1996 : restauration de l'ensemble de la décoration, vitraux et décors peints.
  • 2008 : inauguration du nouveau mobilier liturgique réalisé par Dominique Kaeppelin.

Description de la cathédrale[modifier | modifier le code]

La cathédrale présente trois nefs de quatre travées, prolongées par un transept et par le chœur de cinq travées. Le déambulatoire de l'abside présente cinq chapelles rayonnantes. Deux autres chapelles s'ouvrent des deux côtés du transept. L'ensemble de l'édifice s'étend sur 78,40 m de long, 32,10 m de large, 17 m de haut pour la nef principale et 9,50 m pour les nefs latérales.

Extérieur[modifier | modifier le code]

La façade principale à l'ouest se caractérise par un simple clocher-porche : la tour de 40 m de haut est flanquée de murs de façade des bas-côtés sur lesquels s'appuient des arcs-boutants. Un seul portail présentant un gâble ajouré d'une rose permet l'accès à l'édifice. La décoration de la façade se caractérise également par sa modestie : une statue de Saint-Jean-Baptiste, œuvre d'un tailleur local, orne le tympan et 16 statues de saints et d'évêques ont pris place dans les quatre clochetons au sommet de la tour.

Le portail de la façade nord du transept, ancienne entrée principale de l'édifice, garde la trace de l'édifice de XIIe siècle. Fortement restauré, il présente une archivolte à voussures reposant sur des colonnettes à chapiteaux de feuillage.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur présente une ampleur certaine et une grande harmonie. L'architecte Chenavard a en effet réussi à unifier les parties anciennes gothiques du chœur avec la nef nouvellement construite. La décoration est sobre, les chapiteaux sont tous identiques et une coursière fait le tour de l'édifice.

Intérieur de la Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Belley

Œuvres d'art[modifier | modifier le code]

L'intérieur est riche d'œuvres d'art :

  • dans la chapelle axiale, statue de la Vierge Marie par le sculpteur Joseph Chinard (1756-1813). Commandée par Mgr Gabriel Cortois de Quincey, dernier évêque avant la Révolution qui est aussi à l'origine du palais épiscopal, la sculpture a été terminée en 1789. Elle trouve son inspiration dans un dessin de Canova et dans la statue Livie adorante du musée Pio-Clementino à Rome. Ressemblant plus à une dame romaine qu'à la Vierge, l'œuvre a été respectée par les révolutionnaires qui l'ont peut-être utilisée comme représentation de la déesse Raison ;
  • un ensemble important de fresques et de peintures murales réalisées de 1869 à 1875, notamment par le peintre Antoine Sublet.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Cattin et Jacques Paul-Dubreuil, « La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Belley » dans Cathédrales de Rhône-Alpes, Art et archéologie en Rhône-Alpes, Lyon, Cahiers René de Lucinge, no 4, 1988.
  • Collectif, Richesses touristiques et archéologiques de la ville de Belley, Pré-inventaire, éd. Département de l'Ain, 2007 (ISBN 2-90765-638-4).
  • Madeleine Rocher-Jauneau, « La Madonne de la cathédrale de Belley de J. Chinard », dans Le Bugey, revue, no 80, 1993.

Articles connexes[modifier | modifier le code]