Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Pise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Pise
Cattedrale di Santa Maria Assunta
Image illustrative de l'article Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Pise
Présentation
Culte Catholicisme
Type Cathédrale
Début de la construction 1063
Fin des travaux 1118
Style dominant style roman
Protection 1987
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Toscane
Commune Pise
Coordonnées 43° 43′ 24″ N 10° 23′ 43″ E / 43.723269, 10.3954 ()43° 43′ 24″ Nord 10° 23′ 43″ Est / 43.723269, 10.3954 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de PiseCattedrale di Santa Maria Assunta

La cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Pise (en italien : Cattedrale di Santa Maria Assunta) se trouve aux côtés de la Tour Penchée (ou Campanile) et d'un cimetière sur la Piazza dei Miracoli (Piazza Del Duomo), à Pise en Italie. Le baptistère lui fait face.

Ce bâtiment de style roman fut construit à partir de 1063 sous la direction de l'architecte Buscheto, avec le dixième du butin ramené de Palerme par les pisans lors de leurs expéditions contre les musulmans. Les travaux furent poursuivis par Rainaldo, et le monument fut consacré en 1118 par le pape Gélase II.

Architecture[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

L'édifice de style roman avec des influences byzantines est construit avec un appareillage alterné de marbre clair et sombre. Son plan d'ensemble est celui d'une croix latine.

Le Duomo et le campanile, la tour penchée.

La façade due à Rainaldo, comme l'indique l'inscription Rainaldus prudens operator au-dessus de la porte centrale, est une superposition de quatre galeries à colonnettes.

Des portes de bronze, fondues en 1602 d'après les dessins de Jean de Bologne, remplacent celles existant à l'origine et détruites dans un incendie en 1595. Les fidèles empruntent la Porta di San Ranieri, construite vers 1180 par Bonanno Pisano.

Au-dessus des portes, on retrouve quatre galeries superposées. Le sommet est couronné d'une statue de la Vierge à l'Enfant tandis que des figures des évangélistes reposent sur les coins.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur est constitué de cinq nefs d'une longueur de 100 mètres, agrémenté d'un plafond à caissons datant du XVIIe siècle, recouvert de dorure et illustré des armoiries des Médicis. Les colonnes corinthiennes en granit situées entre la nef et l'abside proviennent de l'ancienne mosquée de Palerme, ramené comme butin lors de l'expédition de 1063. Les murs sont recouverts de marbre noir et blanc. Les fresques originales de la Renaissance ont été remplacées après leur destruction dans l'incendie de 1595.

Mosaïque de l'abside

La grande mosaïque de l'abside représentant le Christ en majesté, entouré par la Vierge et de saint Jean l'évangéliste a été achevée par Cimabue en 1302, et a miraculeusement survécu à l'incendie de 1595. Le saint Jean l'évangéliste est la dernière œuvre de l'artiste avant sa mort et l'une des rares possédant un document certifié.

La chaire sculptée par Giovanni Pisano entre 1302 et 1311, repose sur six colonnes de porphyre et cinq piliers, représentant des figures allégoriques et religieuses. Œuvre majeure de la sculpture médiévale, elle a été épargnée par l'incendie et entreposée durant les travaux de restauration. Ce n'est qu'en 1926 qu'elle fut redécouverte et remise en place.

La cathédrale abrite les tombes de Rainier de Pise et de Henri VII du Saint-Empire, sculptée par Tino di Camaino en 1315. On retrouve également des reliques ramenées des Croisades, celles de Gamaliel l'Ancien, de Joseph Abibos et de Nicodème.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

Galilée observant la lampe, de Luigi Sabatelli

Galilée aurait élaboré sa théorie du mouvement en observant une lampe suspendue dans la cathédrale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :