Cathédrale Notre-Dame de Fribourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre-Dame.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg.
Cathédrale Notre-Dame de Fribourg
Image illustrative de l'article Cathédrale Notre-Dame de Fribourg
Cathédrale de Fribourg
Présentation
Nom local Freiburger Münster
Culte Catholicisme
Début de la construction 1120
Style dominant Architecture gothique
Site web www.freiburgermuenster.info/
Géographie
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Région Bade-Wurtemberg
Commune Fribourg-en-Brisgau
Coordonnées 47° 59′ 44″ N 7° 51′ 08″ E / 47.995556, 7.85222247° 59′ 44″ Nord 7° 51′ 08″ Est / 47.995556, 7.852222  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Cathédrale Notre-Dame de Fribourg

La Cathédrale Notre-Dame (Freiburger Münster) est la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau, dans le Land de Bade-Wurtemberg en Allemagne. Elle a été construite en trois étapes, la première débuta en 1120 sous le règne du duc Conrad de Zähringen, la seconde débuta en 1210, et la troisième en 1230. Il ne reste de la construction d'origine que les fondations. L'église devint le siège de l'archidiocèse de Fribourg-en-Brisgau en 1827.

Architecture[modifier | modifier le code]

L’historien suisse Jacob Burckhardt est souvent cité pour avoir dit que la tour de l’église de 116 mètres de haut est la plus belle de toutes les tours de l’architecture chrétienne.

La tour est presque carrée à sa base, se prolonge en son centre par une section à 12 côtés, par dessus cette section, la tour devient octogonale et en forme de fuseau, et au-dessus de cela, se prolonge par une flèche.

Elle constitue la seule église gothique allemande dont la tour a été achevée au Moyen Âge (1330), et a miraculeusement été préservée jusqu’alors, survivant aux bombardements de novembre 1944, qui détruisirent beaucoup des maisons environnantes. Au cours du bombardement, la tour devait résister à de lourdes vibrations, sa survie à ces vibrations est attribuée à son ancrage principal qui relie les sections de la flèche. Les vitraux avaient à l’époque été enlevés de la flèche et de ce fait ne subirent aucun dommage.

Avant 1827, la cathédrale était une simple église paroissiale. C'est pourquoi, contrairement aux autres cathédrales gothiques, la cathédrale de Fribourg n'a qu'une seule tour, seules les églises étant siège épiscopal ayant habituellement deux tours en Allemagne.

Depuis peu, on sait que l'architecte auteur du plan de la tour est Erwin von Steinbach, déjà réputé pour être le concepteur de la façade de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.

Le côté arrière de la cathédrale n'a jamais été entièrement fini, il contient simplement le strict minimum : aucune statue ni gargouille ne sont présentes.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Vitraux de la cathédrale de Fribourg

La cathédrale comprend deux autels principaux : le grand autel de Hans Baldung, et un autre autel de Hans Holbein le Jeune dans une chapelle latérale.

Les vitraux sont des dons de guildes, et comprennent des symboles les représentant. La couleur profondément rouge de certains des vitraux n'est pas la conséquence d'un colorant, mais plutôt le résultat de la suspension de nano-particules d'or[1]. Ils représentent les différents corps de métiers.

En 2003, la tenture de Carême a été restaurée et remise en place avec un nouveau matériel de suspension. Elle pèse désormais plus d'une tonne et doit être déplacée de l'atelier avec de lourds appareillages pour son utilisation pendant le Carême.

Le clocher renferme une horloge monumentale de Jean-Baptiste Schwilgué datant de 1851.

Les cloches[modifier | modifier le code]

Les cloches de la cathédrale

Le beffroi de la cathédrale contient un ensemble de cloches impressionnant, l'un des plus grands d'Allemagne. La plus ancienne cloche encore en place est la vénérable "Hosanna" datant de 1258, sonnant en mi bémol 3 et pesant 3 290 kg. Cette cloche peut être entendue le jeudi soir après l’Angelus, le vendredi à 11 heures pour commémorer la Crucifixion (ce qui valut à la cloche le surnom de "Spätzleglocke", les Fribourgeoises préparant traditionnellement les pâtes à cette heure-là), le samedi soir, et chaque année le 27 novembre, en souvenir du raid aérien sur la ville.

En 1959, quinze nouvelles cloches pesant ensemble pas moins de 21 381 kg ont été coulées à Heidelberg par le maître-fondeur Friedrich Wilhelm Schilling. La plus grande sonne en sol2 et pèse 6 859 kg. La plus petite, sonnant en ré5, pèse 79 kg.

En 2008, deux vieilles cloches jusqu'alors hors d'usage ont été réinstallées dans le beffroi, portant à dix-huit les cloches se trouvant dans la tour. Une dix-neuvième cloche, destinée à sonner les baptêmes, est installée dans le clocheton dressé au-dessus du croisillon sud du transept.

Les orgues[modifier | modifier le code]

La cathédrale possède également un ensemble imposant de quatre orgues, totalisant pas moins de 144 jeux, répartis sur quatre claviers et un pédalier. C'est donc l'un des plus grands orgues d'église du monde.

L'orgue principal, appelé "Marienorgel" ou orgue de la Vierge Marie, se trouve dans le bas-côté nord, date de 1965 et comprend 62 registres. L'orgue de la nef principale, installée en "nid d'hirondelle", date également de 1965 et comprend 21 registres. L'orgue Saint-Michel ou "Michaelsorgel", installé sur la tribune, a été reconstruit en 2008 et comporte 36 registres. Enfin, l'orgue de chœur date de 1990 et comprend 25 jeux. Les quatre orgues peuvent être jouées séparément ou toutes ensemble à partir d'une unique console.

L'organiste anglo-américain E. Power Biggs a réalisé dans les années 1960 des enregistrements spectaculaires de grandes œuvres de Bach en utilisant les 4 orgues simultanément.

Situation légale[modifier | modifier le code]

À l'époque de la construction, la cathédrale n'était pas la propriété de l'Église, mais celle des citoyens de Fribourg. Au Moyen Âge, la situation se modifia de sorte que le bâtiment devint son propre propriétaire et il fut administré par un curateur désigné par la population de la ville. Plus récemment on créa l'association Münsterbauverein, qui désormais possède la cathédrale.

Conservation[modifier | modifier le code]

Pour la conservation de la cathédrale, la Freiburger Münsterbauverein (Association fribourgeoise pour la construction de la cathédrale) a été fondée. Chaque année, cette association investit plusieurs millions d'euros dans le soin et la maintenance du bâtiment et de son intérieur. L'architecte actuellement en charge est Yvonne Faller et la présidence de l'association est tenue par Sven von Ungern-Sternberg. Pendant toute l'année, 16 personnes sont payés pour entretenir et maintenir la conservation de la cathédrale.

Représentations picturales[modifier | modifier le code]

L'une de ses rosaces a inspiré le peintre Odilon Redon pour son tableau Le Vitrail, peint vers 1907[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nanoparticles - Minute Particles with a Huge Effect
  2. Pinchon P, Odilon Redon, Le vitrail, L'Objet d'art, hors série n° 77, avril 2014, p48-49

Liens externes[modifier | modifier le code]