Cathédrale Notre-Dame d'Anvers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre-Dame.
Cathédrale Notre-Dame d'Anvers
Image illustrative de l'article Cathédrale Notre-Dame d'Anvers
Présentation
Nom local Onze-Lieve-Vrouwekathedraal
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse d'Anvers
Début de la construction 1352
Fin des travaux 1521
Style dominant Gothique
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Commune Anvers
Coordonnées 51° 13′ 14″ N 4° 24′ 02″ E / 51.220556, 4.40055651° 13′ 14″ Nord 4° 24′ 02″ Est / 51.220556, 4.400556  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Cathédrale Notre-Dame d'Anvers

Géolocalisation sur la carte : Anvers

(Voir situation sur carte : Anvers)
Cathédrale Notre-Dame d'Anvers

La cathédrale Notre-Dame (en néerlandais Onze-Lieve-Vrouwekathedraal) à Anvers (Antwerpen) en Belgique, dédiée à la Vierge Marie, est la cathédrale du diocèse du même nom. Construite de 1352 à 1521 elle est un des cinq monuments religieux majeurs de la ville d'Anvers (Belgique) avec l’église Saint-Charles-Borromée, l’église Saint-André, l’église Saint-Jacques et l’église Saint-Paul.

Le clocher de Notre-Dame d’Anvers fait partie d’un groupe de 56 beffrois et clochers de Belgique et de France inscrits sur la liste du patrimoine mondial ID 943-016 de l’UNESCO.

Historique[modifier | modifier le code]

Intérieur de la cathédrale d'Anvers. Hendrik van Steenwijk I

L’église actuelle, achevée en 1521, après 170 ans de construction, remplace une ancienne chapelle romane construite au Xe siècle au même endroit, dédiée à Marie, transformée en église romane en 1124 à l’occasion de la fondation de la paroisse[1]. De 1350 à 1520, les Anversois élèvent la plus grande église gothique des Pays-Bas[2] (5 nefs originellement, qui furent portées au nombre de 7).
L’empereur Charles Quint aura l’ambition de construire une église beaucoup plus vaste. Le projet, appelé nieuw werck, prévoyait de construire une église trois fois plus grande que l'édifice existant et dotée de cinq tours, mais l’incendie dans la nuit du 5 au 6 octobre 1533 mit fin à ce rêve.

En 1559, lors de la création du diocèse d'Anvers, l'église est consacrée avec un statut de cathédrale. Elle reste cathédrale de 1559 à 1801, date à laquelle le diocèse fut supprimé par le concordat conclu entre le Premier Empire napoléonien et le pape Pie VII.

Elle est pillée et dégradée le 19 août 1566 puis à nouveau en 1581 par les iconoclastes. En 1585, après la prise d'Anvers par Alexandre Farnèse, elle est rendue au culte catholique et en partie réaménagée dans le style baroque, puis en style néoclassique au XVIIIe siècle. Elle pâtit ensuite des réquisitions imposées par les révolutionnaires venus de France en 1794. De nombreux tableaux furent transportés à Paris.

Au rétablissement du diocèse d'Anvers (1961) elle récupère son statut de cathédrale, et à la fin du XXe siècle elle fait l'objet d'une grande restauration sur des bases scientifiques, d'abord de la façade ouest, puis des portails et de la tour avant que les restaurateurs n’entament leur travail à l'intérieur du monument (nef, et chœur, puis chapelles périphériques (travail en cours)

Description générale[modifier | modifier le code]

Vue de la cathédrale depuis la Grand Place.

C’est une église gothique en forme de croix latine, dont la construction dura presque deux siècles: de 1352 à 1521. La cathédrale est un des sommets de l’art gothique brabançon, mais représente un type particulier au sein de ce style. Ainsi on ne retrouve pas dans la nef les colonnes cylindriques surmontées de chapiteaux à double rangée de feuilles de chou comme à Bruxelles ou Malines, mais bien des piliers complexes dont les colonnettes s’élancent d’un seul jet du sol jusqu’aux voûtes d’ogives. De plus les grandes arcades situées entre le vaisseau central et les bas-côtés, sont exceptionnellement larges et le triforium a été abandonné. À sa place on retrouve une frise qui surmonte le niveau des grandes arcades.

Enfin le bloc-façade occidental (Westbau) avec ses trois portails et ses deux tours, inspiré de la cathédrale de Bruxelles, est de style français, mais sans rosace.

Le joyau de la cathédrale est sa tour nord de style gothique flamboyant qui mesure 123 mètres de haut. Une partie du mobilier et des peintures intérieures est de style néogothique. De nombreuses pierres tombales sont insérées dans le dallage.

Quelques dimensions[modifier | modifier le code]

Vue de la nef centrale de la cathédrale
Façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame d'Anvers
  • la nef comporte sept vaisseaux
  • longueur intérieure : 119 mètres (cathédrale Notre-Dame de Paris : 123 mètres pour la tour nord)
  • largeur maximum intérieure de la nef : 53,50 m
  • longueur intérieure du transept : 76 mètres (Paris : 48 mètres)
  • hauteur sous voûte de la nef : 28 mètres (contre 33,5 mètres pour Notre-Dame de Paris, 36 pour le chœur de Notre-Dame de Tournai et 42,3 pour Notre-Dame d'Amiens)
  • hauteur de la voûte au niveau de la coupole de la croisée du transept : 43 mètres
  • hauteur de la tour nord : 123 mètres (contre 142 mètres pour la cathédrale de Strasbourg et 151 pour celle de Rouen)
  • hauteur de la tour sud inachevée : 65,30 mètres
  • superficie intérieure totale : plus ou moins 8 000 m2 (soit plus que la cathédrale Notre-Dame d'Amiens, la plus vaste de France)
  • surface du toit : plus de 10 000 m2
  • nombre de piliers et colonnes : 125
  • nombre de baies vitrées : 128 (dont 55 vitraux).
  • la cathédrale peut accueillir quelques 25 000 personnes
La grande tour nord, vue de la rive gauche de l’Escaut

Les tours[modifier | modifier le code]

La cathédrale d'Anvers comporte trois tours.

La tour nord, qui mesure environ 123 mètres de haut, fut financée par la ville. Remarquable de légèreté et d'élégance, elle constitue un beau chef-d'œuvre du style gothique flamboyant. Elle est la plus haute tour de toutes les églises du Benelux.

La tour sud, qui mesure 65 m, était prévue de même hauteur et symétrique par rapport à la tour nord. Elle devait être financée par la paroisse. Elle reste inachevée parce qu'il y avait des plans pour une église encore plus grande[3]. Aucune des deux tours n'a d'ailleurs atteint la hauteur prévue dans les plans.

En 2010, la ville a organisé un concours pour imaginer une manière d'achever la tour sud[4] avec afin « de jouer avec l'idée d'absence, générer l'intérêt ». Le concours reposait sur l'idée qu'« en mettant l'accent sur l'absent, on met en valeur la structure ». Le règlement du concours ne demandait pas forcément un projet réalisable : les productions reçues constituaient le plus souvent des variations sur le thème de l'absence de cette tour qu'un véritable projet.

Enfin la cathédrale possède une tour-lanterne à trois étages de fenêtres, surmontée d'un énorme bulbe. Elle s'élève au-dessus de la croisée du transept. Elle est destinée à améliorer l'éclairage du vaste édifice rendu sombre par l'éloignement du vaisseau central et du chœur par rapport aux baies latérales.

L'Élévation de la croix, de Pierre Paul Rubens - Cathédrale Notre-Dame d'Anvers

Œuvres d'art majeures[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

La cathédrale abrite quelques chefs-d'œuvre majeurs de la peinture flamande, dont 8 tableaux monumentaux peints par Pierre Paul Rubens spécialement pour la cathédrale ;

  • L'Érection de la Croix - triptyque de Rubens (huile sur panneau de 4,60 m × 3,40 m pour le panneau central et 4,60 m × 1,50 m pour les panneaux latéraux). Ce tableau a été conçu pour le maître-autel de l'ancienne église Sainte-Walburge près du Steen, et transférée à la cathédrale en 1816.
  • Assomption de la Vierge - de Rubens ; huile sur toile peinte (en grande partie dans la cathédrale même) en 1625-1626 sur un format de 4,90 m × 3, 25 m. Ce tableau a été disposé à la place de l'ancien retable ôté en 1581.
  • Descente de la croix - du même Rubens, peinte en 1612 sur un panneau monumental de 4,21 m × 3,11 m, agrémentés de deux panneaux latéraux de 4,21 m × 1,53 m). C'est l'un des tableaux les plus célèbres du maître, commandé par la corporation des arquebusiers dont le patron est Saint Christophe.
  • La Résurrection du christ a été terminée en 1612 par Rubens sur un panneau (triptyque) de taille plus modeste (panneau central de 138 × 198 cm et deux panneaux latéraux (de 138 × 40 cm). Ce tableau est une épitaphe à Jan Mortetus et Martina Plantin, deux membres de la famille de Plantin Moretus (riche imprimeur anversois de l'époque), les commanditaires étant figurés sur les panneaux latéraux.

On y admire encore aussi :

  • Les restes d'une fresque murale (L'Homme des douleurs) anonyme du début du XVe siècle (en hauteur, sur le mur de l'ancienne chapelle de la circoncision, à l'entrée de la cathédrale)
  • La Dormition de la Vierge (Marie est la patronne de la cathédrale). Ce tableau est accroché au fond de l'église, derrière le maître autel. Il a été réalisé par Abraham Matthyssens (en 1633) sur une toile monumentale (5 m × 3,25 m) dans le cadre d'une série consacrée à Marie (avec L'Assomption de Rubens (au-dessus du maître-autel) et L'Assomption dans la coupole de Cornelis Schut).
  • La Face du Christ dite Vera effigies, peinture à l'huile sur marbre blanc, peut-être de l'école germanique, datée de la fin XVIIe siècle (38 × 32 cm).

Exposition « Les Chefs-d'oeuvre du Musée Royal réunis dans la Cathédrale »[modifier | modifier le code]

Depuis le 5 juin 2009, la cathédrale a retrouvé et expose une série de retables qui avait été enlevée lors de l'occupation française au début du XIXe siècle. Ces œuvres font partie des collections du Musée royal des beaux-arts[5] d'Anvers depuis 1815.

  • Christ à la paille, (1618), de Pierre Paul Rubens, épitaphe de Jan Michielsen et Maria Maes.
  • Adoration des Bergers, (1568), de Frans Floris, retable de la corporation des jardiniers.
  • Le combat des anges rebelles, (1554), de Frans Floris, retable de la guilde des hallebardiers.
  • Adoration des Mages, (ca.1615), de Artus Wolffort, retable pour la corporation des tailleurs.
  • Saint Luc peignant la Vierge, (1602), de Maarten de Vos, Otto van Veen et Ambrosius Francken, retable de la guilde de Saint-Luc.
  • La prédication de saint Jean-Baptiste, (ca.1622), de Hendrick van Balen, triptyque de la corporation des menuisiers.
  • La déploration du Christ, (1509), de Quentin Metsys, retable de la corporation des menuisiers.
  • La prédication de saint Éloi, évêque de Noyon, (1588), de Ambrosius Francken, retable de la corporation des forgerons.
  • Jugement dernier avec les sept oeuvres de Miséricorde, (ca.1517-1524/25), de Bernard van Orley, retable des aumôniers de la chambre des pauvres.

Sculptures[modifier | modifier le code]

Entre 1682-1683, les prélats commandent à Guillielmus Kerricx une nouvelle enceinte autour de l'« autel des tonneliers »[6]. cette œuvre contient d'abondantes références à la tonnellerie et au vin ou au raisin.
En 1798, lors de la période de domination française, l'enceinte fut vendue aux enchères et dispersée en différents éléments, avec une partie du mobilier de la cathédrale.
En 1991, cinq des reliefs de marbre ont été rachetés lors d'une vente chez Christie's à Londres, dont 2 achetées par la province d'Anvers. Un sixième relief a été acheté en 1996.

Une dévotion particulière est portée à une sculpture ancienne dite Notre-Dame d'Anvers (noyer polychrome, datée du XVIe siècle, haute de 1,80 mètre, qui aurait échappé à la phase iconoclaste de 1568. Elle est accompagnée d'une représentation des quatre Évangélistes et surmonte aujourd'hui un globe terrestre et un croissant de lune.

Orgues[modifier | modifier le code]

Deux orgues ornent la cathédrale et ses messes :

  • Le grand orgue symphonique Schyven de 1891, dont le buffet (1657) a été conçu par le peintre Érasme II Quellin et orné de statues de Pieter I Verbruggen, compte 4 claviers manuels, un pédalier, 90 jeux et 5 770 tuyaux.
  • Le nouvel orgue de 1993, construit par la firme suisse Metzler dans le style néo-baroque allemand, comporte 3 claviers, un pédalier, 45 jeux et 3 322 tuyaux.

Visites[modifier | modifier le code]

L'édifice est visité par environ 320 000 visiteurs chaque année. Son entretien nécessite 1,5 million d'euros par an, pour partie fournis par le prix payé pour les visites.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick De Rynck, La cathédrale Notre-Dame d'Anvers, Ludion, 2005, p. 5
  2. Patrick De Rynck, La cathédrale Notre-Dame d'Anvers, Ludion, 2005, p. 8
  3. Patrick De Rynck, La cathédrale Notre-Dame d'Anvers, Ludion, 2005, p. 6
  4. http://designingabsence.com/
  5. Exposition "Réunis", de Quentin Metsys à Pierre Paul Rubens, du 5 juin 2009 jusqu'à la réouverture du Musée Royal des Beaux-Arts.
  6. Contrat daté du 8 avril 1682, citant une maquette en argile cuite (pour partie conservé). L'artiste touchera pour 1825 florins

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]