Cathédrale de Sienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption
Image illustrative de l'article Cathédrale de Sienne
Vue générale
Présentation
Nom local Cattedrale di Santa Maria Assunta
Culte Catholicisme
Type Cathédrale
Début de la construction XIIIe siècle
Style dominant Architecture gothique
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Toscane Toscane
Commune Sienne
Coordonnées 43° 19′ 04″ N 11° 19′ 45″ E / 43.317731, 11.32909343° 19′ 04″ Nord 11° 19′ 45″ Est / 43.317731, 11.329093  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption
Plan de la cathédrale :
1) Acquasantiere di Antonio Federighi
2) S. Francesco di Sales di Raffaello Vanni
3) S.Caterina di Pier Dandini
4) Torre campanaria
5) Cappella della Madonna del Voto di Bernini
6) San Crescenzio di Luigi Mussini
7) Natività di Alessandro Casolani
8) Coro ligneo
9) Vetrata di Duccio da Buoninsegna
10) Altare maggiore di Baldassare Peruzzi
11) Lastra tombale di Giovanni Pecci di Donatello
12) Angelo portacero di Domenico Beccafumi
13) Pulpito di Nicola Pisano
14) Sant'Ansano di Francesco Vanni
15) San Giovanni Battista di Donatello
16) Libreria Piccolomini
17) Altare Piccolomini di Andrea Bregno
18) Pavimento
19) Sagrestia.

La Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption ou Santa Maria Assunta en italien, appelée couramment Duomo di Siena est la cathédrale de Sienne, en Toscane (Italie). Elle domine une ville déjà perchée et concentrée entre ses remparts.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de la cathédrale est incertain. Selon la tradition, une première église dédiée à saint Boniface aurait été construite sur le sommet de la colline où se trouvait l'agglomération romaine Castelvecchio. Au IXe siècle, l'église prend le nom de Sainte-Marie. En 1058, le synode qui élit Nicolas II se tient à cet endroit. Durant le XIIIe siècle, la Biccherna, l'office financier de la Commune de Sienne, consigne plusieurs actes financiers qui témoignent de l'avancement de la construction. Plusieurs artistes sont sollicités pour divers ouvrages, dont Nicola Pisano pour la chaire.

La coupole est terminée en 1264. La lanterne construite en 1664 est surmontée d'une sphère en cuivre doré portant une croix datant de 1385.

Vers 1280, Giovanni Pisano est chargé de revoir la façade. Les travaux s'échelonnent jusqu'au XIVe siècle durant lesquels la façade subit plusieurs remaniements. La cathédrale compte alors 3 nefs et 5 travées, ainsi que le campanile. Cependant, jugeant l'édifice trop petit, il est décidé le 23 août 1339 de lancer le projet très ambitieux de nouveau dôme, soit un agrandissement perpendiculaire au mur latéral du côté sud-est. Les travaux menés rondement par Giovanni d'Agostino sont interrompus en 1348 en raison de la peste. Cependant, des déficiences apparaissent dans la fondation et dès 1350, il est recommandé d'abandonner le projet, ce qui est fait en 1355. On trouve trace de ce gigantisme non abouti dans le facciatone, un des murs, en arcade, élément porteur laissé sans objet et absorbé depuis par le Museo dell'Opera Metropolitana del Duomo. L'accès à son sommet permet d'avoir une vue totale sur Sienne et la place du Campo.

André Suarès, le note ainsi dans son ouvrage Voyage du condottière :

« Quelle grandeur, quelle flamme d’amour dans ces petits Siennois. Si ardents, si riches qu’ils fussent au début du XIVe siècle, il leur faut une audace passionnée pour oser concevoir, au plus haut d’une ville et d’un terrain si difficile, l’exaltation d’un tel colosse. »

Les travaux sur la façade principale reprennent en 1376 sous la direction de Giovanni di Cecco. Les nombreuses sculptures de la façade sont remplacées au XIXe siècle par des copies, les originaux étant conservés au Musée de l'Œuvre.

La cathédrale est caractéristique d'un art gothique italien.

Extérieur[modifier | modifier le code]

  • La façade de marbres blanc, noir et rouge, et les trois portails à décors sculptés très fins sur les colonnes et les architraves.
  • Le campanile en marbre noir et blanc à base hexagonale romane et à lanterne polygonale, des architectes Agnolo di Ventura et Agostino di Giovanni.
  • Le parvis accessible par un escalier à volée de marches qui donnera son nom à l'hôpital qui lui fait face Santa Maria della Scala.
  • Les trois mosaïques dorées récentes des pinacles, la Presentazione di Maria al Tempio (Présentation de Marie au temple), L'Incoronazione della Vergine (Couronnement de la Vierge) et La Natività di Gesù (Nativité de Jésus), exécutées à Venise en 1878 sur les cartons d'Alessandro Franchi[1].

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur de la cathédrale est célèbre par son utilisation du marbre noir et blanc et par son pavement. Il contient également nombre d’œuvres importantes.

  • Le vitrail circulaire du chœur date de 1288 et représente les Évangélistes, les saints patrons de Sienne, l'Ensevelissement, l'Assomption et le Couronnement de la Vierge, sur les dessins de Duccio di Buoninsegna.
  • Le vitrail de la façade, également circulaire, est de la main de Pastorino de' Pastorini sur des dessins Perin del Vaga. Il date de 1549 et représente la Cène.
  • La chaire de Nicola Pisano et ses disciples, à colonnes de porphyre et marbre vert (quatre reposent sur des lions stylophores), à arcs trilobés et sept panneaux racontant des épisodes de la vie du Christ. Elle a été créée entre 1265 et 1268. De plan octogonal, le balcon est soutenu par neuf colonnes. À la base, le piédestal de la colonne centrale est orné des sept figures des Arts libéraux et de la Philosophie. Les arches qui soutiennent le balcon représentent les vertus chrétiennes, les Évangélistes et les Prophètes. Le pourtour du balcon est sculpté en bas-relief. Les scènes illustrent la Nativité, l'Adoration des mages, la Présentation de Jésus au Temple, le Massacre des Innocents, la Crucifixion et le Jugement dernier.
  • L'autel Piccolimini pour Francesco Todeschini Piccolomini, le pape Pie III, chef-d’œuvre d'Andrea Bregno datant de 1485 et où dans quatre des niches on retrouve des statues de Michel-Ange : Saint Paul, Saint Pierre, Saint Pie et Saint Grégoire.
  • Les bénitiers d'Antonio Federighi.
  • Les huit anges porte-candélabres en bronze de Domenico Beccafumi.

Le dôme a été construit entre 1215 et 1270.

Peintures[modifier | modifier le code]

Outre les sculptures, de nombreux tableaux ont orné la cathédrale. La plupart d'entre eux ont cependant été transférés ailleurs lors des travaux de rénovation au XVIIe siècle. Parmi les œuvres importantes, mentionnons :

Chapelle du Vœu[modifier | modifier le code]

La chapelle Chigi (1661) est consacrée à la Vierge du Vœu (del Voto) à l'instigation du pape Alexandre VII de la famille Chigi. Elle fut construite par Jean-Paul Schor sur un dessin de Gian Lorenzo Bernini. Le nom de la chapelle évoque le vœu fait par les Siennois à la veille de la bataille de Montaperti le 4 septembre 1260 et qui consacra la ville à la Vierge.

De forme circulaire et soutenue par huit colonnes sous une coupole dorée, la chapelle est fermée par une grille de Giovanni Artusi. À l'intérieur, quatre niches abritent des sculptures : Saint Bernardin d'Antonio Raggi, Sainte Catherine de Sienne d'Ercole Ferrata, Saint Jérôme et Sainte Marie-Madeleine de Bernini.

Derrière l'autel, des anges en bronze doré de Farrata encadrent le tableau de la Vierge du Vœu datant du XIIIe siècle.

Chapelle San Giovanni[modifier | modifier le code]

Cette chapelle est consacrée à saint Jean Baptiste. C'est là qu'est installé le Saint Jean Baptiste de Donatello. Sur les murs, des épisodes du saint sont été peints par Alberto Aringhieri, Francesco Rustici, Cesare Maccari et Pinturicchio. C'est également dans cette chapelle qu'on retrouve le puits sculpté par Antonio Federighi.

Librairie Piccolimini[modifier | modifier le code]

La Libreria Piccolomini est la bibliothèque du cardinal Francesco Piccolomini (futur Pie III). Alors archevêque de Sienne, il fait construire la bibliothèque entre 1492 et 1502 dans les locaux du vieux presbytère pour honorer la mémoire de son oncle Pie II et pour abriter son important patrimoine bibliographique.

Lieux annexes[modifier | modifier le code]

Vues[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Timothy Verdon, La facciata del duomo di Siena, Silvana Editoriale, 2007.p. 17-74

Source[modifier | modifier le code]

  • Enzo Carli, Le Dôme de Sienne et le Musée de l'Œuvre, SCALA Group S.P.A.,‎ 1999, 95 p. (ISBN 978-888117377-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :