Cateri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cateri
Vue sur Cateri
Vue sur Cateri
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Arrondissement de Calvi
Canton Canton de Belgodère
Intercommunalité Communauté de communes de Calvi Balagne
Maire
Mandat
Dominique Andréani
2014-2020
Code postal 20225
Code commune 2B084
Démographie
Population
municipale
216 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 34′ 21″ N 8° 53′ 33″ E / 42.5725, 8.892542° 34′ 21″ Nord 8° 53′ 33″ Est / 42.5725, 8.8925  
Altitude 300 m (min. : 157 m) (max. : 732 m)
Superficie 3,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte administrative de Haute-Corse
City locator 14.svg
Cateri

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte topographique de Haute-Corse
City locator 14.svg
Cateri

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cateri

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cateri

Cateri (I Cateri en langue corse), est une commune française située dans le département de la Haute-Corse en région Corse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cateri est une petite commune de Balagne, l'un des « villages balcons » de la plaine d'Aregno avec vue sur mer, dans l'ancienne piève d'Aregnu.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lavatoggio, Aregno Aregno, Sant'Antonino Sant'Antonino, Feliceto Rose des vents
Lavatoggio N Aregno
O    Cateri    E
S
Montegrosso Avapessa Muro, Feliceto

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village

Cateri se situe dans la Corse occidentale ancienne, dite encore « Corse cristalline ». Celle-ci, constituée pour l'essentiel de roches granitiques, est séparée de la Corse orientale où dominent les schistes, par une dépression centrale, un sillon étroit constitué pour l'essentiel de terrains sédimentaires secondaires et tertiaires qui coupe l'île du nord-ouest au sud-est, depuis l'Ostriconi jusqu'à Solenzara. La commune se situe à l'ouest de cette ligne où s'élèvent les plus hauts sommets de l'île et qui constitue une véritable barrière entre les deux départements actuels.

Cateri est une petite commune d'à peine 318 ha, sans façade maritime. Son territoire se présente en une bande de terre latérale, s'étalant sur les flancs septentrionaux d'un petit chaînon montagneux dominé par Capu di Bestia (804 m), sommet « à cheval » sur Montegrosso et Avapessa, deux communes limitrophes. Ce chaînon sépare la plaine d'Aregno de la vallée du Regino avec un petit col où a été bâti le hameau de San Cesareo. Le village implanté au milieu-même du territoire, est en exposition nord. La partie orientale de la commune est dominée par une colline de 431 m - lieu-dit Carco. La partie occidentale, pentue, est traversée par la route D151 qui descend du col de Salvi (Bocca di Salvi - 509 m) jusqu'au col de San Cesareo.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le réseau hydrographique est faible. Seul le ruisseau de Péri[Note 1] nait sur le territoire communal. Ses eaux alimentent le fiume di Regino.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Comme dans toute la Balagne, le territoire de la commune est essentiellement planté d'oliviers. Beaucoup ont été détruits en 2005 par un grand incendie parti de Calenzana et qui avait ravagé près de 1 500 hectares.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Cateri n'est desservi que par route. Cateri se situe à un carrefour stratégique de la Balagne. À San Cesareo se situe la jonction des routes D71 dite « route corniche de Balagne » et D151.

Un distributeur de carburants se trouve à San Cesareo.

Transports[modifier | modifier le code]

Cateri est distant de[1] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le haut du village. En arrière, le hameau de San Cesareo

Cateri village[modifier | modifier le code]

Le village de Cateri est niché à flanc d'une petite montagne, en contrebas de la D71, dominant la plaine d'Aregno. Il est l'un des remarquables villages « en balcon » de la Balagne, desservi par la D71 encore appelée « route corniche de Balagne ». Il est construit à une altitude moyenne de 330 m, presque à l'extrémité d'une arête de montagne s'articulant sur Cima Caselle 1 622 m du massif du Monte Grosso, et déclinant via Capu Avazerri 751 m et Capu di Bestia 804 m, jusqu'au lit du fiume Mulinu (ruisseau de Teghiella en aval)[2] sous le village d'Aregno.

Les habitations sont couvertes de tuiles rouges ; nombreuses sont celles aux murs crépis ; certaines présentent encore des murs en pierres apparentes. La circulation en automobiles y est très difficile. Aussi, des parkings ont été aménagés à ses abords. Des ruelles comportent des passages voûtés. Sur la petite place centrale, est allumé chaque veille de Noël le fucone, gros bûcher traditionnel.

Au cœur du village, se trouve l'église baroque Santa Maria Assunta du XVIIe siècle dotée d'un remarquable clocher absidial à arcades, unique en Corse. Au nord-ouest, le quartier de Marcasso où se situe le couvent du même nom.

San Cesareo[modifier | modifier le code]

Situé à un col avec vue sur la plaine d'Aregno et la vallée du Regino, San Cesareo est le principal hameau de Cateri. Il se trouve à un carrefour important de la Balagne intérieure, celui de la jonction des route D71 et D151. Le col (366 m) est dominé par la petite chapelle romane San Cesareo.

Le Fango[modifier | modifier le code]

Le paesolo du Fango est un hameau de construction récente, situé au sud du village, entre les routes D71 et D151. Il comporte essentiellement des logements sociaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le site était déjà occupé il y a près de 2 300 ans comme l'attestent les découvertes de fouilles effectuées sur les sites de Carcu et Modria (structures d'habitat, poterie, meules, etc.).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle vers 1520, la Balagne était une province génoise de la République de Gênes. Elle était composée des pievi de Tuani, Aregnu, Santo Andrea, Pino et Olmia[3]. Cateri était une communauté de la pieve d'Aregnu qui avait pour lieux habités : l’Arpagiola (o Gabiola), la Corbaia, lo Monticello, Santo Antonino, Santa Riparata, Piaza, Pragola, le Torre, Regno, li Catari, lo Lavatogio, lacona, Spano, Hogio, Aquapessa, et qui comptait environ 1 350 habitants[3]. La pieve d'Aregnu relevait de la juridiction d'Algajola et Calvi.

L’Arpagiola était la capitale administrative de la province d'Algajola.

Au XVIIIe siècle l'île passant sous administration française en 1769, Avec la Révolution, celles-ci deviendront en 1790, respectivement les cantons de L'Île-Rousse et d'Algajola.

  • 1768 - L'île passe sous administration militaire française. Aregnu disparaît, laissant place à la pieve de Sant'Angelo et à celle de Regino dans laquelle se situe Cateri.
  • 1789 - La Corse fait partie du Royaume de France. Avec la Révolution française, est créé en 1790 le département de Corse, puis en 1793, celui de El Golo (l'actuelle Haute-Corse).
  • 1790 - L'île devient le département de Corse.
  • 1793 - La pieve de Regino devient le canton de Regino (chef-lieu Muro). (An II) La commune qui se nomme Catteri se trouve dans le canton de Regino, dans le district de Calvi, dans le département d'El Golo (l'actuelle Haute-Corse).
  • 1801 - Toujours dans le canton de Regino, Catteri passe dans l'arrondissement de Calvi.
  • 1811 - Les deux départements de l'île sont fusionnés pour le seul département de Corse.
  • 1826 - Catteri passe dans l'arrondissement de Bastia
  • 1828 - Catteri passe dans le canton de Muro.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • 1943 - Cateri bascule dans le canton de Calvi
  • 1954 : le canton de Muro est composé avec les communes de Algajola, Aregno, Avapessa, Cateri, Feliceto, Lavatoggio, Muro, Nessa et Speloncato. Cateri comptait alors 212 habitants.
  • 1973 - Cateri bascule dans le canton de Belgodère.
  • 1975 - La Corse est à nouveau divisée en deux départements : Corse-du-Sud et Haute-Corse dans lequel se retrouve Cateri.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Dominique Andréani    
mars 2008   Dominique Andréani UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 216 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
393 482 494 510 518 521 603 607 600
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
549 568 523 504 506 507 456 525 524
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
516 512 317 320 267 259 242 217 184
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
184 191 251 210 219 205 211 214 216
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école primaire publique existe à Aregno. Les collège (collège Pascal Paoli) et lycée (lycée de Balagne) publics les plus proches se situent à L'Île-Rousse, distants de 13 km.

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecins ni d'infirmiers à Cateri ; le médecin le plus proche est établi à 3 km, à Aregno, et l'infirmier le plus proche à 5 km, à Pigna. Le centre hospitalier de Calvi-Balagne, ex antenne médicale de Balagne (AMU de Calvi), le plus proche hôpital, est distant de 17 km.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le seul culte pratiqué est le catholicisme. L'église paroissiale (Santa Maria Assunta) relève du diocèse d'Ajaccio.

Économie[modifier | modifier le code]

  • « A Lataria », une boutique d'artisanat à Cateri : Confitures, huiles d'olives et pâtisseries corses.
  • « Chez Léon », un restaurant connu pour être une bonne table de la région. Il est situé en contrebas de l'intersection du chemin menant à Marcassu.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de l'Assomption[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale de l'Assomption, (Ghjesgia di Santa Maria Assunta), baroque du XVIIIe siècle, à double fronton, est un édifice classé[6]. Plan en croix grecque : haute façade baroque dite « façade harmonique », dotée d'une coupole éclairant la nef et d'un clocher absidial à arcades unique en Corse.

Elle renferme des œuvres classées monuments historiques :

  • trois tableaux :
    • « Vierge à l'Enfant avec sainte Lucie et un évêque église paroissiale[7] »,
    • « L'Assomption de la Vierge avec saint Servant, saint Quilicus, sainte Catherine et deux autres martyrs[7] »,
    • « La Donation du Rosaire[8] »
  • L'autel (maître autel) en marbre polychrome[9]
  • la clôture de chœur en marbre polychrome[10]

Dans la chapelle de confrérie se trouvent des stalles en bois taillé, classées MH[11] ».

Ancienne Confrérie Sainte-Marcelle[modifier | modifier le code]

(Antica confraterna Santa Marcella), fin du XVIIe siècle. Dans la chapelle de la confrérie, un tableau « Le Sacrifice d'Isaac » (de Sainte-Croix) du XIXe siècle, monument historique en 1995.

Couvent de Marcassu[modifier | modifier le code]

L'église du Prieuré

Le cunventu di Marcassu (Marcasso en français) est situé en contrebas de la route de Lavatoggio. Édifié en 1608 sur les ruines du castello de Marcassu datant du Xe siècle, il est occupé par des religieux bénédictins de la Congrégation Notre-Dame d'Espérance. Les voyageurs peuvent y faire retraite.

Les tableaux suivants, tous propriétés de la commune, ont été classés Monuments historiques en 1992 :

Les stalles du chœur en bois taillé, ciré[18], ainsi que les meubles et lambris de revêtement (boiseries) de la sacristie[19] sont également classés.

Chapelle San Cesario[modifier | modifier le code]

(Cappella rumanica di San Cisariu) au hameau San Cesareo. Cette petite chapelle romane a été édifiée au XIIe siècle, sur un mamelon de l'arête montagneuse séparant la vallée du Regino de la plaine d'Aregno. Elle n'est pas classée.

Carcu et Modria[modifier | modifier le code]

Sites archéologiques.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La commune de Cateri est concernée par une ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique) de 2e génération :

Oliveraies et boisements des collines de Balagne

La commune fait partie des 18 communes de Balagne concernées par la ZNIEFF 940004142 - Oliveraies et boisements des collines de Balagne (2e génération), zone répartie sur trois des principales vallées de la Balagne : la vallée du Fiume Seccu, le bassin d'Aregno et la vallée du Regino[20].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Le 25 juillet 2001, Cateri a été le théâtre de la finale d'un festival de musique médiéval. Le festival du Thoronet[21] ouvert le 18 juillet sur des messes et des motets tout à tour monodiques et polyphoniques à l'abbaye cistercienne du Thoronet, s'était achevé à Marcassu sur des messes traditionnelles corses chantées par l'ensemble A Cumpagna. Des chants à trois voix à l'expression âpre comme l'est le pays corse, firent de ce concert un moment fort.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le ruisseau de Péri prend le nom de ruisseau de Piano en aval, dès l'emprunt du territoire communal d'Avapessa
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. ViaMichelin.fr
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Teghiella (Y7700500) » (consulté le 12 mai 2013)
  3. a et b ADECEC Eléments pour un dictionnaire des noms propres
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Notice no PA00099187 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. a et b « Notice no PM2B000685 », base Palissy, ministère français de la Culture
  8. « Notice no PM2B000513 », base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Notice no PM2B000576 », base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Notice no PM2B000577 », base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « Notice no PM2B000578 », base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Notice no PM2B000295 », base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « Notice no PM2B000296 », base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Notice no PM2B000297 », base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « Notice no PM2B000298 », base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « Notice no PM2B000514 », base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « Notice no PM2B000515 », base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Notice no PM2B000299 », base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « Notice no PM2B000300 », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. Voir la fiche ZNIEFF 940004142 - Oliveraies et boisements des collines de Balagne à l'INPN
  21. Site de Altamusica