Catastrophe de Nedelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 58′ 31″ N 63° 39′ 35″ E / 45.9754, 63.6598 ()

La catastrophe de Nedelin, ou désastre de Nedelin, est un accident survenu le 24 octobre 1960 au cosmodrome de Baïkonour, dans la République socialiste soviétique kazakhe, en Union soviétique. L'allumage prématuré des moteurs du second étage provoqua l'explosion d'un prototype de la fusée R-16. Cette explosion tua entre 78 et 126 personnes selon les sources, dont le maréchal des forces stratégiques soviétiques Mitrofan Ivanovitch Nedelin, dont le nom fut donné à la catastrophe.

Contexte[modifier | modifier le code]

Conçue par l'ingénieur Mikhaïl Yanguel, la fusée R-16 avait été commandée par le maréchal des forces stratégiques de l'Union soviétique Mitrofan Nedelin. En octobre 1960, l'achèvement de la fusée approchant, Nedelin et Yanguel commencèrent à espérer un lancement réussi avant le 7 novembre 1960, 43e anniversaire de la Révolution d'Octobre.

23 octobre[modifier | modifier le code]

Le 23 octobre 1960, le prototype de fusée R-16 se trouvait sur l'aire de lancement no 41 en attente des derniers tests. La fusée était alimentée par un mélange hypergolique (1,1-diméthylhydrazine - acide nitrique) extrêmement corrosif et qui produit un gaz toxique quand il brûle. Par ailleurs, les procédures de remplissage n'avaient pas été respectées, car les membranes pyrotechniques du premier étage avaient été rompues. Bien que ne mettant pas en danger directement le lancement, cet incident eut de graves conséquences. En effet, le carburant était tellement corrosif que son stockage à moyen terme dans les réservoirs de la fusée aurait entraîné des dégâts irréversibles. Aussi le lancement devait-il être effectué le lendemain au plus tard, sinon les réparations imposées par le stockage du carburant dans les réservoirs de la fusée auraient imposé un report du lancement au-delà du 7 novembre. Nedelin informa l'état-major du lancement à venir.

24 octobre[modifier | modifier le code]

En raison des problèmes de la veille, d'autres procédures de sécurité furent abandonnées et des préparatifs de lancement ajournés pour gagner du temps. Au cours des opérations de pré-lancement, un système de contrôle se dérégla. Ce système était vital dans le fonctionnement de la fusée puisqu'il contrôlait l'allumage, l'alimentation et l'orientation des moteurs du second étage. Lorsqu'un ingénieur régla à nouveau ce système, cela provoqua accidentellement l'allumage du second étage de la fusée, ce qui entraîna l'explosion des réservoirs du premier étage. En quelques secondes, une boule de feu de 120 m de diamètre s'éleva sur l'aire de lancement no 41. Entre 78 et 126 techniciens et ingénieurs soviétiques ainsi que le maréchal Nedelin périrent dans cette explosion. Mikhaïl Yanguel fut sauvé car, au moment de l'explosion, il se trouvait dans un bunker pour fumer — ce qui était interdit sur l'aire de lancement[1].

Conséquences[modifier | modifier le code]

La catastrophe fut immédiatement considérée comme secret d'État par Nikita Khrouchtchev. On annonça rapidement la mort de Nedelin dans un accident d'avion. Une commission d'enquête dirigée par Léonid Brejnev rapporta que les mesures de sécurité n'avaient pas été respectées et qu'il y avait trop de personnel sur l'aire de lancement au moment de l'explosion. Selon Sergueï Khrouchtchev, la commission rapporta même que les responsables « avaient été eux-mêmes punis ». Le secret ne fut levé qu'en 1990.

Le programme de la fusée R-16 reprit en janvier 1961, avec un premier vol réussi en novembre 1961. Mais le retard accumulé par le programme d'ICBM soviétique conduisit l'Union soviétique à rapprocher les aires de lancement de leur cible. Cela fut indirectement à l'origine de la crise des missiles de Cuba.

Un mémorial a été érigé à Baïkonour et les techniciens de l'Agence spatiale fédérale russe s'y recueillent avant chaque lancement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]