Catépanat d'Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Italie du sud vers l'an 1000

Le catépanat d'Italie (ou catépanat de Bari ou encore catépanat des Pouilles) a été, au Moyen Âge, la dernière dépendance de l'Empire byzantin en Italie méridionale.

En 898, les Byzantins vainquirent et chassèrent les Sarrasins de l'Italie méridionale. Il s'établirent de nouveau à Bari, qui avait été le siège du dernier exarque de Ravenne. Ils y dirigèrent le thème de Lombardie sous l'autorité d'un officier plénipotentiaire appelé « patrice » puis « catépan ». Le catépanat comprenait principalement des territoires d'Italie méridionale situés au sud d'une ligne reliant Monte Gargano au golfe de Salerne. Amalfi et Naples, bien que situées au bord de cette ligne, maintinrent leur soumission à Constantinople dans le cadre du catépanat.

En 1017, quelques aventuriers normands, lors d'un pèlerinage à Monte Sant'Angelo sul Gargano où était honoré saint Michel, prêtèrent main-forte aux cités lombardes d'Apulie en lutte contre les Byzantins. Jusqu'en 1030, ils se comportèrent en simple mercenaires, prêtant leurs bras et leurs épées aux plus offrants, soit Lombards, soit Byzantins. Mais en l'an 1030, Serge de Naples leur octroya un premier domaine en attribuant à leur chef Rainulf la forteresse d’Aversa. Les Normands commencèrent alors une politique de conquête systématique.

Cette même année arrivèrent de Normandie Guillaume, dit « Bras de Fer » et Drogon de Hauteville, les deux fils aînés d'un hobereau du Cotentin, Tancrède de Hauteville. Les deux frères se joignirent à l'attaque organisée pour libérer l'Apulie de la domination byzantine. En 1040, les Grecs avaient perdu la presque totalité de la province. Bari fut enlevée en avril 1071, puis les Byzantins furent complètement chassés d'Italie.

C'était la fin définitive de leur présence dans cette partie de leur ancien empire. Quant aux Normands, c'était le début d'une domination durable qui allait connaître son apogée à la fondation du royaume de Sicile.

Liste des patrices[modifier | modifier le code]

  • 876 - 880 : Grégoire
  • 880 - 882 : Procope
  • 882 - 885 : Stefanos Massenzios
  • 885 - 886 : Nicéphore Phocas l'Aîné
  • 886 - 887 : Theophylactos
  • 887 - 888 : Constantin
  • 888 - 891 : George (1)
  • 891 - 892 : Symbatikios Protospatarios
  • 892 - 894 : George (2)
  • 894 - 895 : Barsacios
  • 896 - 905 : Melissenos
  • 905 - 911 : Joannice Protospatarios
  • 911 - 915 : Nicolas Picinglios
  • 915 - 921 : Orsoleos
  • 922 - 936 : Anastasios
  • 937 - 939 : Basile Kladon
  • 940 - 943 : Limnogalactos
  • 943 - 950 : Pascalios Protospatarios
  • 950 - 955 : Malakinos
  • 950 - 962 : Marianos Argyros
  • 963 - 969 : Nicephoros Hexakionitas
  • 969 – 970 : Eugenios

Liste des catépans[modifier | modifier le code]

  • 970 – 975 : Michel Abidelas
  • 975 – 982 : Romanos (1)
  • 982 – 985 : Kalokyros Delphinas
  • 985 – 988 : Romanos (2)
  • 988 – 998 : Jean Ammiropoulos
  • 999 – 1006 : Grégoire Tarchaneiotes
  • 1006 – 1008 : Alexis Xiphias
  • 1008 – 1010 : Jean Courcouas
  • 1010 – 1016 : Basile Mesardonites
  • 1017 – 1017 : Léon Tornikios
  • 1017 – 1027 : Basile Boioannes
  • 1027 – 1029 : Christophoros Burgaris
  • 1029 – 1031 : Pothos Argyros
  • 1031 – 1033 : Michel Protospatharios
  • 1033 – 1038 : Constantin Opos
  • 1038 – 1039 : Michel Spondyles
  • 1039 – 1040 : Nicephoros Doukeianos
  • 1040 – 1041 : Michel Doukeianos
  • 1041 – 1042 : Exaugustos Boioannes
  • 1042 – 1042 : Synodianos
  • 1042 – 1042 : George Maniaces
  • 1042 – 1042 : Pardos
  • 1042 – 1045 : Basile Theodorokanos
  • 1045 – 1046 : Eustathios Palatinos
  • 1046 – 1049 : Jean Raphael
  • 1050 – 1058 : Argyros
  • 1059 – 1060 : Miriarchos
  • 1060 – 1061 : Marulos
  • 1062 – 1063 : Sirianos
  • 1063 - 1064 : Abulchares
  • 1064 – 1066 : Perennos
  • 1066 – 1069 : Michel Maurex
  • 1069 – 1071 : Avartuteles
  • 1071 – 1071 : Stephanos Pateranos

Articles connexes[modifier | modifier le code]