Casuistique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La casuistique est une forme d'argumentation utilisée en théologie morale, en droit, en médecine et en psychologie. Elle consiste à résoudre les problèmes posés par l'action concrète par une discussion entre d'une part des principes généraux (règles) ou des cas similaires (jurisprudence), et de l'autre la considération des particularités du cas étudié (cas réel). De la confrontation entre les perspectives générales, passées et particulières est censée émerger la juste action à mener en ce cas-ci.

Le mot « casuistique » vient du latin casus qui signifie: un événement, ou 'cas' particulier. Dans l'usage moderne, le terme casuistique est généralement employé péjorativement pour qualifier un mode d'argumentation jugé spécieux ou sophistique.

Historique[modifier | modifier le code]

Le philosophe Blaise Pascal.

La casuistique fut utilisée comme une méthode de recherche adoptée dans l'enseignement de la religion et de la psychologie en vue d'inculquer un code moral. Elle fut également adoptée pour l'étude de faits particuliers afin d'aboutir au dégagement de lois générales. Elle s'inscrira dans les textes philosophiques grecs (Socrate, les Cyniques et les Stoïciens), puis dans le confucianisme, le judaïsme talmudique, l'islam et dans le christianisme.

Jésus de Nazareth y aurait eu recours lors de ses discussions avec les Pharisiens (Sermon sur la Montagne) mais aurait condamné également son emploi excessif (Sermon sur la Montagne). Les deux traités d'Augustin d'Hippone abordent la question de savoir si une bonne intention excuse une faute, et s'il est mal de dire un mensonge en plaisantant en guise de figure rhétorique.

De plus, la casuistique ne peut atteindre l'action immédiate dans sa singularité, ne pouvant prescrire que les solutions toutes faites, elle doit se borner à l'état de questions, les plus complètes possibles. La casuistique ne peut donc se substituer au jugement de la conscience personnelle. Certains voudraient limiter son application à la détermination des fautes graves ou légères, mais alors, cela conduirait au minimalisme [pas clair].

Le XVIIe siècle marque l'apogée de la casuistique chez les catholiques et chez les protestants. À cette époque, des penseurs cherchant un moyen sûr d'éviter les péchés, avaient tendance à proposer une éthique minimaliste. Pour répondre aux discussions sur l'utilisation du probabilisme dans les décisions morales, le philosophe français Blaise Pascal écrivit ses Provinciales en 1656, dans lesquelles il attaquait les Jésuites, en particulier la morale libérale dont ils faisaient preuve dans leur casuistique.

L'intention et la faute[modifier | modifier le code]

Appliquée à l'éthique, la casuistique se préoccupe des devoirs de l'homme et du citoyen dans sa vie en société. Les conclusions morales doivent être immuables parce qu'elles sont la déduction de vérités révélées, mais leur application pratique peut varier selon les circonstances. Par exemple dans L'Ingénu de Voltaire, le fait de savoir si la belle Saint-Yves commet un péché en succombant aux avances du ministre Saint-Pouange pour sauver l'Ingénu, relève de la casuistique : il s'agit de déterminer si la pureté de l'intention excuse la faute.

L'art de la subtilité[modifier | modifier le code]

Comprise comme 'Étude de cas de conscience' la casuistique a surtout été employée par les jésuites. Lors des attaques portées contre eux, on a évoqué leur art subtil de trancher les cas de conscience dans le sens d'une grande liberté personnelle de jugement, facilement comprise par d'autres, notamment les jansénistes, comme 'morale laxiste' en contradiction avec les principes de la théologie morale pouvant aller jusqu'à la restriction mentale, souvent associée aux jésuites.

La polémique entre Jésuites et Jansénistes[modifier | modifier le code]

Les Jésuites[modifier | modifier le code]

Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus

Pendant 150 ans, les Jésuites dominèrent l'enseignement européen. Vers 1740, ils dirigeaient plus de 650 collèges en Europe, avaient la charge de 24 universités et quelques 200 séminaires et maisons d'étude.

Des cours de « cas de conscience » sont inscrits aux programmes et les étudiants et futurs prêtres ont pour manuels les institutions morales dont le jésuite Jean Azor éditera la première en 1600. Ces ouvrages comportent les principes pratiques empruntés souvent au droit et des applications casuistiques; ils sont très nombreux (600) et traitent plus de 20 000 cas. Certaines résolutions de "cas" qui donnaient une grande prépondérance à la liberté individuelle - ce que l'on appela le 'jésuitisme' - furent considérées comme laxistes. Les réactions furent virulentes, en particulier, celles venant des Jansénistes.

Les Jansénistes[modifier | modifier le code]

Les Jansénistes, surtout sous la plume du sympathisant Pascal, attaquaient non seulement le laxisme, mais aussi l'idée même de casuistique. Selon Pascal et le jansénisme, la casuistique introduite dans la raison humaine est une source d'erreurs et de péchés car un chrétien doit, en effet, réguler sa conscience uniquement d'après la volonté de Dieu. Deux papes interdirent ce laxisme et la casuistique demeura la méthode de théologie morale catholique jusqu'au XXe siècle. La direction d'intention est notamment l'objet d'attaques de Pascal dans sa VIIe lettre des Provinciales : elle permet de justifier les péchés en leur trouvant une intention pure.

Et les limites qu'elle rencontre d'aujourd'hui…[modifier | modifier le code]

Depuis 1950, les morales dites de situations ont forcé la casuistique à définir ses limites, et à rendre plus précise sa perception du réel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La casuistique classique : genèse, formes, devenir, sous la direction de Serge Boarini, 2009