Castelnau-d'Auzan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castelnau.
Castelnau d'Auzan
Mairie
Mairie
Blason de Castelnau d'Auzan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Condom
Canton Montréal
Intercommunalité Communauté de communes du Grand-Armagnac
Maire
Mandat
Philippe Beyries
2014-2020
Code postal 32440
Code commune 32079
Démographie
Gentilé Auzanais, Auzanaise
Population
municipale
1 065 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 57″ N 0° 05′ 11″ E / 43.9491666667, 0.0863888888889 ()43° 56′ 57″ Nord 0° 05′ 11″ Est / 43.9491666667, 0.0863888888889 ()  
Altitude 203 m (min. : 82 m) (max. : 186 m)
Superficie 43,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Castelnau d'Auzan

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Castelnau d'Auzan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castelnau d'Auzan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castelnau d'Auzan

Castelnau d'Auzan (Castèthnau d'Eusan en gascon) est une commune du Sud-Ouest de la France en Gascogne, située dans le département du Gers et la région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Auzanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Castelnau-d'Auzan se situe dans le canton de Montréal et dans l'arrondissement de Condom, immédiatement au nord d'Eauze dans le nord-ouest du département du Gers. Elle se trouve à 10 km de Montréal, 25 km de Condom et 63 km d'Auch. Elle est à la fois frontalière avec les départements des Landes et du Lot-et-Garonne. Historiquement, la commune fait partie de l'Eauzan[1].

Communes limitrophes de Castelnau-d'Auzan
Escalans Saint-Pé-Saint-Simon
Parleboscq Castelnau-d'Auzan Labarrère
Eauze, Bretagne-d'Armagnac Montréal

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief de Castelnau-d'Auzan est constitué d'un plateau divisé par plusieurs petites vallées.

Les sols de la région sont de nature sableuse, de types sables fauves ou sables des landes, tous deux de l'époque du miocène. Des dépôts marins sableux de l'helvétien et du tortonien sont venus s'y superposer sur la majeure partie du territoire de la commune[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La petite ville est bordée par deux ruisseaux: la Gélise et l'Izaute, qui sont également les frontières naturelles avec les départements des Landes et du Lot-et-Garonne. La commune possède de nombreux affluents: Ruisseau du Coucut, de Caillauvert, de Herré, de Vidalon, de la Bartuche, de la Motte, de Lichail.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Auzan est traversée par :

Transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Castelnau-d'Auzan signifie "château neuf dans le pays d'Eauze".

Histoire[modifier | modifier le code]

Les environs de la Gélise et de l'Izaute ont livré de nombreux vestiges préhistoriques (paléolithique, néolithique et chalcolithique), prouvant la présence de l'homme à cette époque en ce lieu. Au Jaulé, un couteau biface a été trouvé en 1868 et plusieurs haches et autres outils en 1918. Des fragments de tuiles et de poteries au lieu-dit Pichegu prouvent une présence durant l'antiquité[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959
1970
Jean Desangles    
1970
1977
Daniel Broca    
1977
2001
Georges Lalanne    
2001 en cours Philippe Beyries[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 065 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 285 1 815 1 825 1 516 1 665 1 629 1 658 1 684 1 680
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 827 1 842 1 800 1 792 1 871 1 809 1 831 1 964 1 891
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 885 1 660 1 573 1 625 1 619 1 459 1 382 1 326 1 295
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
1 291 1 207 1 109 1 062 1 036 1 085 1 101 1 067 1 065
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Comme tant d'autres villages, la commune est touchée par l'exode rural.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Lundi de Pâques : vide grenier toute la journée et course Landaise.
  • Avant-dernier week-end de juillet : fêtes locales avec repas, concerts, course landaise, vide grenier, concours de quilles, pétanque.
  • 1er week-end d'août : fêtes d'Arèch avec repas, bals et nombreuses animations.
  • 3e week-end d'août : fêtes d'Houeillères, repas, bals et nombreuses animations.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Un centre de loisirs propose aux enfants des activités individuelles et collectives, atelier nature, sorties à thèmes durant toutes les vacances scolaires.
  • La base de loisirs quant à elle, offre aux vacanciers une panoplie de distractions dans un cadre de verdure: piscine, pataugeoire, aire de jeux pour enfants, deux terrains de tennis, un terrain de beach-volley, un parcours de santé, un lac de pêche de 3 hectares, une aire de pique-nique, deux parcours de randonnées pédestres ou à bicyclette.
  • Equitation

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les vignes du village.
  • Mairie.
  • Arène pour la Course landaise.
  • Base de loisirs avec ses nombreuses activités: piscine, pataugeoire, tennis, lac de pêche, aire de jeux pour enfants, parcours de santé, parcours de randonnée, terrain de pétanque, terrain de beach-volley, ping-pong, aire de pique-nique.
  • Anciens Chais d'armagnac.
  • Église Sainte Marie-Madeleine:
Située au centre de Castelnau, l'église néogothique du XIXe siècle, était autrefois situé au centre. Aujourd'hui, elle est un des seuls vestiges avec la place à cornières qui ait résisté au temps. Son clocher a été récemment restauré. Elle est éclairée d'un vitrail représentant la Synagogue (XIXe siècle) à droite de l'autel en opposition, à gauche, au vitrail représentant l'Église.
  • Église Saint Jean de Béziey:
Église rurale du XIe siècle située à l'orée d'un bois en bordure d'une rivière, la Gélise, dans la région de l'Armagnac à Castelnau d'Auzan dans le Gers. Elle était également réputée pour sa source miraculeuse pour les yeux. C'est le monument le plus ancien de Castelnau.
  • Église Saint Martin d'Arèch:
Site historique classé, daté du XVe siècle, elle se dresse au milieu du plateau, son site est classé. Sa particularité : son clocher cylindrique.
  • Église de Rieupeyroux:
Un autre témoignage de l'ancienne vitalité du quartier de Houeillères. Sa particularité : sa croix forgée.
  • Notre-Dame de Pibèque:
Centre de pèlerinage régional. L'église actuelle, de style XVe siècle finissant, en pierre d'Angoulême tient du bijou architectural, mais un bijou sans faste, d'une grande pureté de lignes, pleinement accordé à son cadre champêtre. L'ensemble dû à l'architecte Dubarry de Lasalle et aux bons soins d'une pieuse dame: Juliette Gairal date de 1898 et a remplacé la modeste chapelle qui se trouvait un peu plus bas, vers la source miraculeuse réputée pour soigner les rhumatismes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au château d'argent maçonné de sable, au chef cousu du même[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Cazauran, Castelnau-d'Auzan et N.-D. de Pibèque, Auch, F. Soulé,‎ 1893, in-8°, 81 p. (lien notice BnF?)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. II : Arrondissement de Condom, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers,‎ 2004, 469 p. (ISBN 2-9505900-7-1, lien notice BnF?)
  2. Site de la préfecture - fiche de Castelnau-d'Auzan
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. Armagnac Baron de Sigognac
  6. Banque du blason.