Castagnède (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castagnède.
Castagnède
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Saint-Gaudens
Canton Canton de Salies-du-Salat
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Salies-du-Salat
Maire
Mandat
Martine Canal
2014-2020
Code postal 31260
Code commune 31112
Démographie
Gentilé Castagnétois
Population
municipale
178 hab. (2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 03′ 17″ N 0° 58′ 47″ E / 43.0547222222, 0.97972222222243° 03′ 17″ Nord 0° 58′ 47″ Est / 43.0547222222, 0.979722222222  
Altitude Min. 312 m – Max. 442 m
Superficie 3,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Castagnède

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Castagnède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castagnède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castagnède

Castagnède est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Castagnétois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le Comminges à 26 km au sud-est de Saint-Gaudens et à 20 km à l'ouest de Saint-Girons, Castagnède se trouve dans la vallée du Salat, entre les contreforts jouxtant le Massif de l'Estelas, et les pré-collines du massif du Plantaurel. C'est une commune limitrophe du département de l'Ariège.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des vestiges du moustèrien indiquent que le territoire est occupé dès la Préhistoire. La localité est mentionnée à partir du XIVe siècle dans la seigneurie d'Aspet et de Prat. Des vignes implantées sur les collines avoisinantes ont été exploitées pendant le Moyen Âge, mais dès le XIVe siècle, l'absence de dîme sur la vigne symbolise l'abandon de cette activité agricole. En 1789 la seigneurie appartient à Henri Jean Joseph de Vendômois seigneur de Saleich. Sous la Révolution, l'histoire religieuse de la commune est liée au diocèse de Comminges et à l'archiprêtré de Salies. Le village prend son essor au XIVe siècle avec l'installation de deux usines de chaux. Jusqu'au XXe siècle, elles assurent l'essentiel des ressources nécessaires à la communauté. En 1867, la construction de la voie de chemin de fer contribue alors au développement et à l'exportation des productions industrielles locales.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom vient du patois gascon qui veut dire « bois de châtaigniers » en raison de la présence importante de cet arbre (le Patrimoine des communes de la Haute-Garonne).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2009 Jean-Marie Fournier    
2009 en cours Martine Canal    
Les données manquantes sont à compléter.

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 178 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
154 155 165 186 187 215 234 219 212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
216 206 200 173 203 189 194 186 197
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
168 173 171 172 192 243 229 208 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
206 198 210 183 175 185 176 175 178
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité villageoise est surtout agricole : élevage bovin, polyculture traditionnelle. Elle fait partie du rural profond français en déclin même si grâce au tourisme vert sa population augmente sensiblement l'été.

Castagnède a construit un réseau Wi-Fi d'initiative publique (Aménagement numérique) qui permet depuis 2007 aux habitants de bénéficier d'offres Internet haut débit via le FAI als@tis.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption de 1830.

L'église est bâtie sur le site d'une ancienne chapelle. Elle est la réplique de l'ancienne église de Castelbiague (Saint-Sigismond), paroisse avec laquelle en compagnie de Francazal, elle a partagé le ministère du curé. Les habitants se sont cotisés pour financer la construction de cette église dans l'espoir de stopper l'épidémie de choléra qui touchait le village. L'élément principal de cette église est son clocher-mur à trois cloches disposées dans les niches en plein cintre. La plus petite, qui a été enlevée, était disposée dans le haut du pignon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :