Cassianus Bassus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bassus.

Cassianus Bassus surnommé Scholasticus est un agronome et écrivain grec mal connu dont l’œuvre est à l’origine, en grande partie du recueil plus tardif connu sous le nom de Géoponiques. On ne connaît de lui que ce qui est dit dans ce recueil. Il était originaire de Maroton, lieu inconnu et que l’on a voulu chercher en Bithynie et même en Numidie. Le surnom de Scholasticus laisse penser, avec le plus de probabilité qu’il vivait vers le VIe dans l’empire byzantin.

On le présente souvent comme l’auteur d’un traité grec sur l’agriculture : Les Géoponiques qui sont une des seules encyclopédies rurales à nous être parvenue depuis l’Antiquité. L’histoire de l’élaboration progressive du texte est assez complexe. Dans leur dernier état, les Géoponiques ont été composées au Xe sur l’ordre de l’empereur Constantin VII Porphyrogénète (913-959), à ce titre elles appartiennent au grand mouvement de compilation encyclopédique qui marqua le règne de cet empereur et le climat intellectuel de son époque. Cette compilation en vingt livres s’appuya essentiellement sur l’œuvre, antérieure de quatre siècles environ, de Cassianus et qui s’appelait Morceaux choisis sur l’agriculture. Cassianus lui-même n’avait fait qu’étoffer et réviser une compilation antérieure, la Collection (Synagoge) des pratiques agricoles écrite au quatrième siècle par Vindonius Anatolius de Beyrouth, juriste et ami de Libanios.

Les Géoponiques ont été imprimées pour la première fois en 1539, et contient d’intéressants détails sur l’agriculture chez les anciens. La dernière édition commentée de cet ouvrage est celle de Johann Nicolaus Niclas, grec-lat., Leipzig, 1781 ; il a été traduit en français dès 1543 par Antoine Pierre de Narbonne, et en 1812 par Charles Ambroise de Caffarelli du Falga. L’édition scientifique de référence est celle de Heinrich Beckh en 1895.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les XX Livres de Constantin Cesar, ausquelz sont traictez les bons enseignemens d’Agriculture : traduictz en Francoys par M. Anthoine Pierre, licentié en droict, chez Jehan et Enguilbert de Marnef, 1543. Première traduction en français des Geoponica, traité d’agriculture publié d’abord en grec en 1539 (Bâle, d’après un manuscrit qui porte comme auteur le nom de l’empereur Constantin VII Porphyrogénète). Son traducteur français est un certain Antoine Pierre qui se disait aussi Pierre de Rieux (d’après son lieu d’origine) qui semble avoir résidé à Poitiers. L’auteur donne des conseils y des recettes de culture, de jardinage, d’élevage d’animaux domestiques ; gros bétail, basse-cour, travaux du métayer et du laboureur, recettes de cuisine : salaisons de lièvres, cerfs, pourceaux, recettes d’huiles, confiture d’olives, pain, légumes, miel, fromage, confection de la sauce appelée garum (très prisée des anciens et qui s’apparente à la sauce concentrée de poissons des Chinois). Les livres XIV et XX concernent la chasse et la pêche. D’autres chapitres parlent de la plantation et de la taille des arbres fruitiers, du jardinage, des herbes aromatiques et médicinales, des oliviers, des maladies des arbres, etc. La vigne est elle aussi abordée : les différentes sortes de vignes, viticulture, le pressoir, la place et la structure des tonneaux, la poix ; vendanges, œnologie, maladies et soins, vins poux, vins nouveaux, recettes pour les ivrognes, vins aromatiques : de roses, d’anis, de poires, de laurier, de fenouil, de sariette, de persil, d’hysope, de pommes, de miel ; recettes de vinaigre.
  • Cassianus Bassus, Geoponica sive Cassiani Bassi Scholastici De Re Rustica Eclogae, Heinrich Beckh éd., Teubner, 1895 (1994).

Références et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stella Georgoudi, Des chevaux et des bœufs dans le monde grec. Réalités et représentations animalières à partir des livres XVI et XVII des Géoponiques, Préface de Marcel Détienne, Paris-Athènes 1990 (compte rendu [1]).
  • Robert Rodgers, « Képopoiïa : Garden Making and Garden Culture in the Geoponica », in Antony Littlewood, Henry Maguire, and Joachim Wolschke-Bulmahn, Byzantine Garden Culture, Dumbarton Oaks Research Library and Collection, Washington DC, 2002 [2]
  • Christophe Guignard, « Sources et constitutions des Géoponiques à la lumière des versions orientales d'Anatolius de Béryte et de Cassianus Bassus », dans M. Wallraff, L. Mecella éd., Die Kestoi des Julkius Africanus und ihre Überlieferung. Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur Bd 165, Walter de Gruyter, New York - Berlin, 2009, p. 243-344

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Deux articles de dictionnaires historiques sur les Géoponiques [3] et [4]
  • (en) Traduction anglaise par Thomas Owen (1805-06) accessible en ligne [5], des liens sont aussi proposés.


  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.