Cassaigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cassaigne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Condom
Canton Condom
Intercommunalité Communauté de communes de la Ténarèze
Maire
Mandat
Henri Boué
2014-2020
Code postal 32100
Code commune 32075
Démographie
Gentilé Cassagnais, Cassagnaise
Population
municipale
226 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 32″ N 0° 20′ 12″ E / 43.9088888889, 0.33666666666743° 54′ 32″ Nord 0° 20′ 12″ Est / 43.9088888889, 0.336666666667  
Altitude 104 m (min. : 74 m) (max. : 168 m)
Superficie 8,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative de Gers
City locator 14.svg
Cassaigne

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique de Gers
City locator 14.svg
Cassaigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cassaigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cassaigne

Cassaigne (Cassanha en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de Gascogne située au nord-ouest de Valence-sur-Baïse en Armagnac dans la Ténarèze. La commune est arrosée par le Ruisseau de la Nevère affluent de l'Osse sous-affluent de la Baïse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Cassaigne est issu du gaulois cassanos, signifiant chêne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ADSL est arrivé le 23/12/2005.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Bernard Rozès[2] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 226 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
480 429 377 404 380 489 502 469 472
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
456 430 400 390 421 407 316 341 289
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
300 281 265 250 260 255 246 244 210
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
202 172 169 201 186 185 190 218 226
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Cassaigne[5] est l'ancienne résidence de campagne et d'été des évêques de Condom. Il était aussi un refuge lors des périodes troubles. Le château a été construit au début du XVIe siècle sur les murailles d'un ancien château gascon. Le premier château a été construit en 1247 et il a pu participer à la ligne de défense des Français, avec les châteaux de Mansencôme et Lagardère, face aux territoires défendus par les Anglais et leurs alliés. Le château du XVIe siècle a été ultérieurement remanié.

Il est possible de visiter les chais d'armagnac aménagés dans l'ancienne salle d'armes ainsi que la cuisine du XVIe siècle, voutée en cul de four. Cette dernière est remarquable de par son four à pain, sa potence où l'on découpait les cochons et le gros gibier, son tournebroche à trois niveaux, sa vaisselle, ses étains, ses cuivres et ses faïences.

Le château a accueilli dans ses murs Blaise de Monluc, auteur des Commentaires qui selon Henri IV constituait « le meilleur ouvrage militaire jamais écrit ». Jean Du Chemin, poète contemporain de Du Bellay et de Ronsard, vécut aussi au château.

Cassaigne est aujourd'hui une propriété viticole de 35 ha et une vitrine de la production d'eau-de-vie d'Armagnac et de floc de Gascogne.

Le château abrite dans ses murs un petit musée de la vigne.

Il est le troisième château le plus visité du Gers, classé au titre des monuments historiques en 1987[6]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]