Mer Caspienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Caspienne)
Aller à : navigation, rechercher
Mer Caspienne
Mer Caspienne vue de l'espace, image satellite de la NASA.
Mer Caspienne vue de l'espace, image satellite de la NASA.
Administration
Pays Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau du Turkménistan Turkménistan
Géographie
Coordonnées 40° N 51° E / 40, 51 ()40° Nord 51° Est / 40, 51 ()  
Type Endoréique, Salée, Permanent, Naturel
Origine Naturel
Superficie 371 000 km2 (Superficie en 1995)
Longueur 1 030 km
Largeur 435 km
Altitude -28 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne
 
1 025 m
184 m
Volume 78 200 km3
Hydrographie
Bassin versant 3 626 000 km2
Alimentation Volga
Émissaire(s) Évaporation
Durée de rétention 250 ans
Îles
Nombre d’îles Nombreuses

Géolocalisation sur la carte : Asie

(Voir situation sur carte : Asie)
Mer Caspienne

La mer Caspienne est une mer fermée ou un lac endoréique salé d'Asie issu de la fermeture d'une mer océanique ancienne, l'océan ou mer Paratéthys.

Elle est bordée par la Russie (avec le Daguestan, la Kalmoukie et l'oblast d'Astrakhan), l'Azerbaïdjan, le Turkménistan, l'Iran et le Kazakhstan, avec les steppes de l'Asie centrale au nord et à l'est. Dans l'Antiquité, elle était appelée l’océan Hyrcanien ; elle porta aussi le nom de mer Khvalissian (lié aux Khvali, les habitants du Khwarezm) ou de Bahr el-Qazvin selon des sources arabes. Le mot caspienne vient de Qazvin, une ville d'Iran. En Iran, elle s'appelle mer Khazar (Daryā-ye Khazar) et parfois mer Mazandaran (Daryā-ye Mazandaran, du nom d'une région qui la borde).

Son nom vient du peuple des Kassites des monts Zagros, nom dérivant d'une racine hourrite kas signifiant "montagne" dont dérive aussi le nom de Caucase.

Caractéristiques hydrographiques et géologiques[modifier | modifier le code]

La mer Caspienne est, avec une superficie de 371 000 km2, la plus grande des masses d'eau enclavées du monde (elle est plus vaste que l'Allemagne). Sa longueur maximale est de 1 030 km dans l'axe nord-sud, et sa largeur maximale est de 435 km est-ouest. Ses caractéristiques en font un phénomène hydrologique unique, qui transcende à bien des égards les classifications habituelles. L'expression « mer fermée », qu'on lui applique couramment (ainsi qu'à la mer d'Aral), est probablement la plus à même de mettre en évidence ses singularités, tant vis-à-vis des mers ouvertes que des lacs classiques.

Si on la compare à d'autres mers intérieures ou épicontinentales, elle est cinq fois plus grande que la Manche (75 000 km2), deux fois et demi plus grande que l'Adriatique (160 000 km2), deux fois plus grande que la mer Égée (180 000 km2)[1] et presque aussi grande que la mer Noire (411 000 km2). Si on la compare aux grands lacs endoréiques, elle est quatre-vingt-quatre fois plus grande que le Grand Lac Salé (4 400 km2), quarante fois plus grande que le lac Eyre (9 900 km2), vingt fois plus grande que le lac Balkhach (18 200 km2) et seize fois plus grande que le lac Baïkal (23 500 km2).

Ses dimensions et sa salinité font qu'on la dénomme toujours « mer », mais ses statuts scientifique et surtout juridique prêtent à débat. Objet des convoitises des pays riverains, qui souhaitent, selon leurs intérêts, qu'elle soit considérée comme un gigantesque lac salé ou comme une mer intérieure (la répartition des eaux territoriales et des richesses sous-marines ne se faisant pas de la même façon), elle n'a actuellement pas le statut officiel de mer, mais bien de lac, ce qui n'est pas sans poser de problèmes (tant d'un point de vue juridique que scientifique).

D'un point point de vue géologique, hydrographique et historique, la mer Caspienne est une mer résiduelle de l'océan ou mer Paratéthys. C'est la plus grande mer fermée du monde. Elle a la même origine que la mer Noire et la mer d'Aral. Durant le Pliocène l'ancienne Paratéthys se subdivisa en plusieurs mers intérieures qui finirent par ne plus être reliées les unes aux autres. Ce fut notamment le cas de la mer de Pannonie, une mer intérieure qui occupait l'actuelle plaine pannonienne. La plupart de ces mers fermées disparurent à la fin du Pleistocène. À présent seules la mer Noire, la mer Caspienne et la mer d'Aral subsistent. Elles gardent les caractéristiques scientifiques de base de la mer océanique dont elles sont issues, modifiées au fil des siècles, pour les deux dernières, par leur enclavement et leur alimentation constante en eau douce.

La salinité de la mer Caspienne est d'environ 12 psu, soit le tiers de la salinité de la plupart des mers ou océans (38 psu en Méditerranée, 35 psu dans l'Atlantique). La salinité varie de 10 psu au niveau de l'embouchure de la Volga, à 35 psu dans la baie de Kara-Bogaz où l'eau ne se mélange pratiquement pas avec celle du reste de la mer.

La mer Caspienne est située à 27,6 mètres en dessous du niveau des océans[2].

Niveau de la mer Caspienne[modifier | modifier le code]

La mer Caspienne s'est isolée de l'ancienne Paratéthys il y a environ 5,5 millions d'années, à cause d'un soulèvement tectonique et d'une diminution du niveau des océans. Lors de périodes climatiques chaudes et arides, la mer a pu s'assécher en partie, déposant des sédiments comme la halite, qui furent recouverts par des dépôts éoliens. La mer se serait ensuite remplie de nouveau lorsque le climat et l'eau douce des fleuves environnants l'ont permis.

Le niveau de la mer Caspienne fluctue au cours du temps, selon l'évaporation, mais surtout en fonction du débit de la Volga, son principal tributaire, lequel dépend de l'abondance des précipitations sur l'ensemble de son bassin versant.

Nous savons que le niveau de la mer Caspienne est descendu et monté de nombreuses fois au cours des siècles. Certains historiens prétendent qu'au Moyen Âge, une montée des eaux provoqua l'immersion des villes côtières de Khazarie, comme celle d'Itil.

Plus récemment, la mer Caspienne a vu son niveau baisser de 3 mètres de 1929 à 1977, puis remonter de 3 mètres (ou 1,5 m selon le rapport Dobris[3]) de 1977 à 1995. Depuis une vingtaine d'années, le niveau de la mer a provoqué l'immersion d'une grande partie du littoral iranien. Les experts sont partagés sur les causes de cette montée.

L'abondance de ces précipitations ayant provoqué cette montée des eaux pourrait être liée à la fréquence des perturbations nord-atlantiques qui parviennent à l'intérieur de la Russie, laquelle dépend à son tour des cycles de l'oscillation nord-atlantique.

Le niveau de la mer Caspienne est, dans tous les cas, lié aux conditions atmosphériques qui règnent en amont, à des milliers de kilomètres au nord et à l'ouest de là. Ces facteurs en font un lieu idéal pour étudier les causes et les effets du changement climatique qui affecte l'ensemble du globe[4].

Hydrographie : vents, courants et marées[modifier | modifier le code]

Mer Caspienne près d'Aktau, dans la région de Manguistaou, Kazakhstan.

Les fleuves Volga, Oural, Koura et Emba se jettent dans la mer Caspienne. La Volga assure à elle seule 80 % des apports en eau douce de la mer Caspienne. Une grande partie de l'Europe de l’Est, drainée par la Volga, appartient au bassin versant de la Caspienne.

Les précipitations atmosphériques, qui dépendent des reliefs côtiers, sont distribuées inégalement sur les littoraux de la Caspienne. La moyenne annuelle des précipitations est de 100 mm pour l'ensemble des côtes, réparties de la manière suivante[5] :

  • 300 mm dans le nord
  • Environ 300-400 mm à 600 mm à l'ouest
  • 1600 mm dans le sud-ouest
  • 90 mm dans la partie orientale de la Caspienne
  • Environ 200 mm pour la péninsule d'Absheron.

À l'instar de la Baltique, de la mer Noire et de nombreuses mers resserrées ou de faible étendue, la Caspienne n'a pas de marées véritablement appréciables[6]. Elle conserve cependant une dynamique continue en surface, avec des vagues et des courants. Pendant les deux tiers de l'année (250 jours), des vents forts et modérés s'apparentant parfois à des ouragans (35-40 m/sc) peuvent soulever des vagues de 8 à 10 mètres de haut, ayant 100 à 150 mètres de longueur. De violentes vagues peuvent être observées dans le secteur central de la Caspienne, dans la péninsule d'Absheron et la ville Mahagegala. La période allant de mai à août est considérée comme la période la plus calme de l'année.

Les eaux de la Caspienne sont en mouvement continuel, suivant la rotation antihoraire d'un cyclone. L'essentiel des courants est, comme pour les vagues, influencé par le vent. Une grande partie des courants, qui partent du Nord et descendent vers le sud, sont impulsés par le débit de la Volga. Les écarts de température entre le nord et le sud de la Caspienne causent des écarts de densité qui alimentent les flux de surface dans les secteurs centre et le sud de la mer, et causent des tourbillons cycloniques.

La vitesse moyenne des courants dans la mer Caspienne est de 15 à 20 cm/s. Cette valeur peut atteindre 100 cm/s entre les champs de pétrole de Chilov Island et Neft Dashlary.

Climat[modifier | modifier le code]

La mer Caspienne offre aux pays riverains de l'ouest et du sud une influence maritime très appréciable, de type méditerranéenne, très proche à bien des égards de celle de la mer Noire, diffusée par les vents puissants qui balayent la région, et régulée par les chaînes de montagnes voisines.

Alors que le climat de l'Iran est principalement aride ou semi-aride, la plaine côtière iranienne de la Caspienne fait exception avec un climat subtropical : les températures y tombent rarement en dessous de 0 °C en hiver et le climat reste humide toute l’année.

En Azerbaïdjan, le climat n'est tempéré que le long du littoral caspien, le reste du pays connaissant des situations et des températures plus extrêmes. Le climat est subtropical et semi-aride dans les parties centrales, orientales, et dans le sud-est du pays. Et il est continental dans l'ouest et froid dans les montagnes azerbaïdjanaises.

En Russie, le Daghestan méridional bénéficie d'un climat méditerranéen similaire à celui des côtes de l'Azerbaïdjan. Les pluies présentent un maximum d'automne le long des côtes de la mer Caspienne.

À l'est en revanche, contrairement au Lenkoran azerbaïdjanais, au Daghestan méridional et aux rivages iraniens, le littoral turkmnène apparaît comme un milieu hostile du fait des vents défavorables, qui limitent l'influence de la Caspienne : il est faiblement peuplé, et sa principale ville est le port de Türkmenbaşy (ancienne Krasnovodsk), qui fut fondé dans le cadre de la conquête tsariste à la fin du XIXe siècle.

Le climat de la mer Caspienne n'est pas homogène. La grande différence entre le climat méditerranéen de France et de l'est de la Caspienne est d'ordre thermique. « Les hivers sont beaucoup plus froids à l'est de la Caspienne, et même dans le sud azerbaïdjanais vers 40° de latitude. Il y a environ trois mois de jours de gel par an à Yalta, et un manteau neigeux continu de deux mois, janvier et février. Les vagues d'air froid continental, voire arctique, glissent facilement l'hiver jusqu'à la mer Caspienne à 40° de latitude. L'effet d'abri au sud de la Chaîne Taurique et du Caucase occidental donnent naissance à des températures moins basses à latitudes égales au bord de la mer Noire. »[7]

Faune[modifier | modifier le code]

Le Gobie de la Caspienne (Neogobius caspius) est un des nombreux poissons endémiques de la mer Caspienne

La Caspienne est une mer très poissonneuse. On y trouve des sterlets, des saumons, et surtout des esturgeons (grands esturgeons), qui fournissent du caviar. « La pêche fait vivre toute une population de pêcheurs, notamment aux environs d'Astrakhan, où l'on fabrique du caviar renommé. »[8] Depuis quelques années, la surpêche menacerait la population des esturgeons.

Le fait que la mer Caspienne soit une mer résiduelle fermée issue d'un très ancien océan, en fait à la fois un musée maritime à ciel ouvert et un écosystème fermé autonome et complexe. « On a notamment compté dans les eaux de la Caspienne une cinquantaine d'espèces de poissons endémiques qu'on ne rencontre pas dans les autres mers. Les coquillages sont peu nombreux à cause de la faible salinité des eaux. Il y a aussi des phoques. »[8]

Le phoque de la Caspienne est une espèce endémique de la mer Caspienne. Parmi les oiseaux, on peut rencontrer le goéland pontique et la sterne caspienne.

Autres ressources[modifier | modifier le code]

Les profondeurs de la mer recèlent encore d'importantes ressources pétrolières.

Les littoraux de la Caspienne permettent l'existence d'un tourisme balnéaire pour tous les pays riverains. Ils offrent un front de mer à Bakou, la plus importante ville du Caucase. Les longues plages de sable du Turkménistan ou du Nord de l'Iran sont traditionnellement très appréciées par les touristes étrangers et des locaux. En Iran, la capitale est beaucoup plus près de la Caspienne que de l'océan Indien, et les plages de Babol Sar ont été longtemps fréquentées par la bonne société de Téhéran. Aujourd'hui, les habitants se regroupent à Chalus et Ramsar, leurs stations balnéaires favorites.

La question du statut juridique de la mer Caspienne[modifier | modifier le code]

La mer Caspienne et les États riverains

Le problème du statut juridique de la mer Caspienne demande un traitement spécifique, séparé de son statut scientifique[9]. Il est l'objet d'un grand nombre d'études universitaires et d'articles critiques à travers le monde[10]. Bien que la mer Caspienne soit, sur le plan strictement juridique, considérée aujourd'hui comme un lac salé et non une mer, son statut définitif est encore en débat, et « les États riverains ont pris des positions diverses au fil de leur histoire, en fonction de leurs intérêts et des problèmes posés. » « À cet égard l’examen des documents publiés par les États riverains aux Nations Unies est tout à fait significatif et donne des indications précieuses sur la pratique des États. »

« Alors que la Russie part de l’idée que la mer Caspienne est un lac et non pas une mer, le Kazakhstan, l'Azerbaïdjan et le Turkménistan fondent leur position sur l’hypothèse que le droit de la mer, codifié en 1982, est applicable. » « Le gouvernement Iranien, qui n’emploie les qualificatifs ni de " lac " ni de " mer " pour désigner la mer Caspienne dans les documents publiés aux Nations Unies, insiste quant à lui sur la spécificité de cette étendue d’eau et de son régime juridique[11] : "La mer Caspienne est une étendue d’eau qui, par son caractère unique, présente une importance capitale pour les États riverains. Ces États sont conjointement responsables de son utilisation, de la mise en valeur de ses ressources naturelles et de la préservation de l’environnement."[12] »

Dans les faits, les positions des états riverains peuvent varier en fonction de leurs intérêts stratégiques, et « la Caspienne paraît être [encore] entourée d'un épais brouillard juridique. Son régime se situe dans un "no-man's land" ne bénéficiant guère de l'attention de ses États riverains ni de la doctrine. »[13]

Géopolitique[modifier | modifier le code]

Stenka Razine naviguant sur la mer Caspienne (Vassili Sourikov)

La mer Caspienne est, de facto, un axe de circulation maritime international et un espace stratégique militaire majeur. Elle est « la grande voie de communication entre la Russie, le Caucase, l'Iran et le Turkménistan. Plusieurs compagnies de navigation entretiennent un trafic régulier sur ses eaux. »[8]

D'importantes flottes militaires de type océanique stationnent dans ses eaux (frégates, patrouilleurs, dragueurs de mines, etc.), héritières en partie de la flotte soviétique de la Caspienne. La plus grande puissance militaire de la région est la Russie. La base principale de la flottille russe de la Caspienne est située à Astrakhan, et sa zone opérationnelle recouvre toute la mer Caspienne. La flottille russe est composée d'unités de surface, d'unités de soutien et de recherche et de sauvetage en mer, de forces aériennes, de troupes de défense des côtes, et d'unités spécialisées pour la logistique technique. Ses principales missions sont « la protection des intérêts de la Russie dans la région de la Caspienne et la lutte contre le terrorisme. »[14]

Ces dernières années, les États-Unis ont formé et armé les marines militaires des pays bordant la mer Caspienne (notamment de l'Azerbaïdjan). Certains analystes, parlant de « militarisation de la Caspienne », considèrent que la politique des Américains vise à faire reculer l'influence de la Russie et à renforcer leur mainmise sur cette région riche en ressources énergétiques[15]. En 2011, le commandant en chef de la Marine russe, l'Amiral Vladimir Vissotski, a annoncé que d'ici 2020, la flottille russe de la Caspienne serait dotée de 16 nouveaux navires de guerre. Et en 2012, le commandant adjoint de la marine iranienne, le contre-amiral Abbas Zamini, a indiqué que l'Iran avait l'intention de mettre à l'eau des sous-marins légers dans la mer Caspienne[16].

Villes et littoraux[modifier | modifier le code]

Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, est la ville la plus importante de la mer Caspienne.

La mer Caspienne a un littoral d'environ 6 000 km (7 000 km avec les Iles). La longueur du littoral dans chacun des États riverains est la suivante[5] :

Vue sur la mer Caspienne à Bakou

Les principales villes au bord de la mer Caspienne :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/%C3%89g%C3%A9e/117718
  2. Collectif, Dictionnaire illustré des merveilles naturelles du monde (1982) Reader's Digest
  3. Rapport "évaluation DOBRIS" ; Agence européenne pour l'environnement, 1994
  4. Welcome to the Caspian Sea Level Project Site
  5. a et b http://www.dayakasbl.com/?pnum=29&pt=Mer
  6. http://www.cosmovisions.com/CTmarees.htm
  7. Douguedroit Annick, Zimina R.P. Le climat méditerranéen en France et en U.R.S.S. In: Méditerranée, Troisième série, Tome 61, 2-3-1987. Alpes - Caucase. Alpes du sud • Caucase oriental • Crimée. À la mémoire de l'académicien I.P. Gerasimov. pp. 75-84. Lien url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/medit_0025-8296_1987_num_61_2_2473
  8. a, b et c http://www.cosmovisions.com/MerCaspienne.htm
  9. TAVERNIER P. - "Le statut juridique de la mer Caspienne : mer ou lac ? La pratique des États vue à travers les documents publiés par les Nations Unies". - Actualité et Droit International, octobre 1999 (http://www.ridi.org/adi). Voir le point 1.
  10. http://interetsconflits.blogspot.fr/2009/04/la-mer-caspienne-epicentre-des.html
  11. TAVERNIER P. - "Le statut juridique de la mer Caspienne : mer ou lac ? La pratique des États vue à travers les documents publiés par les Nations Unies". - Actualité et Droit International, octobre 1999 (http://www.ridi.org/adi).
  12. A/52/324 du 8 septembre 1998. Lettre de l'Iran aux Nations Unies.
  13. Cesare P.R. Romano, « La Caspienne : un flou juridique, source de conflits », Cahiers d'Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien [En ligne], 23 | 1997, mis en ligne le 26 avril 2005, consulté le 15 novembre 2012. URL : http://cemoti.revues.org/112
  14. http://www.rusnavyintelligence.com/article-la-flotille-de-la-caspienne-recevra-16-nouveaux-navires-de-guerre-73142972.html
  15. http://french.ruvr.ru/2011/11/28/61142116.html
  16. http://www.guysen.com/news_L-Iran-veut-deployer-des-sous-marins-en-mer-Caspienne_355542.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :