Cartouche multi-jeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans le langage vidéo-ludique, une cartouche multi-jeux est une cartouche qui contient plusieurs jeux. Généralement les différents jeux présents sur cette cartouche sont disponibles à la vente individuellement (comme dans les compilations Sega Smash Pack) ou l'étaient précédemment (comme pour les compilations Final Fantasy: Dawn of Souls). Pour cette raison les collections, anthologies et compilations sont considérées comme des cartouches multi-jeux. L'opportunité de la cartouche multi-jeux pour les consommateurs est qu'elle offre un meilleur rapport quantité/prix, un plus grand confort et (dans le cas de jeux portables) davantage de mobilité que les jeux séparés pouvaient offrir. L'intérêt pour les développeurs est qu'elle permet de vendre deux ou plusieurs petits jeux au prix d'un grand jeu, et offre une opportunité pour reconditionner et vendre d'anciens jeux une nouvelle fois, souvent avec peu voire pas de changements.

Les cartes multi-jeux ne doivent pas être confondues avec les mini-jeux tels que Mario Party, Game & Watch Gallery, ou WarioWare. Ces titres contiennent plusieurs mini-jeux distincts créés spécialement pour offrir une expérience de jeu globale. Exception faite des cartouches multi-jeux comme Super Mario Bros. / Duck Hunt sur NES qui contient deux jeux complets, chacun d'eux étant disponible à l'achat à l'unité par ailleurs.

Bien que le plus souvent associées à la NES et la Super NES, les cartouches multi-jeux sont apparues sur différentes consoles à base de cartouche, parmi lesquelles on trouve l'Atari 2600, l'Intellivision, la Videopac, la Master System, la Mega Drive, la Game Boy, et la Super NES. Comme la capacité des cartouches ne cesse d'augmenter et qu'elles deviennent de moins en moins cher, la popularité des cartouches multi-jeux a été renforcée sur les dernières consoles à base de cartouches existantes, comme les Game Boy Advance et DS de Nintendo. Depuis leur lancement, ces consoles ont vu une augmentation du nombre de jeux "2-en-1" et "3-en-1" proposés, dont certaines rééditions de titres populaires précédemment vu sur la même plate-forme, comme Castlevania de Konami.

Le terme "cartouche multi-jeux" peut être renommé en "disque multi-jeux" pour les consoles utilisant le support disque, tels que la GameCube, la Wii, les consoles de la gamme PlayStation et de la gamme Xbox.

Cartouches pirates[modifier | modifier le code]

Parmi les jeux pirates sur NES, les cartouches multi-jeux annoncent souvent un nombre gonflé de jeux sur le support (comme des "76-en-1", des "200-en-1", des "1200-en-1" ou encore des "9999999-en-1"), mais ne proposent en réalité qu'entre cinq à une centaine de jeux uniques. La liste est complétée par différentes variantes de ces jeux, piratés pour commencer à différents niveaux ou pour débuter avec des bonus supplémentaires. Les jeux sont généralement des titres de la première génération de la NES, plusieurs d'entre eux n'ayant d'ailleurs jamais été édités officiellement en Amérique, et ces jeux pirates ont soit leurs noms volontairement mal orthographiés, ou bien leur manuels/logos officiels supprimés, ou bien les deux.

Les autres consoles populaires ont elles aussi leur lot de cartouches multi-jeux pirates. Contrairement à la NES, les cartouches multi-jeux de la Game Boy possèdent une variété de différentes et innovantes conceptions. Les cartouches de taille standard de la Game Boy proposent soit un menu comme les cartouches multi-jeux de la NES, ou nécessitent d'appuyer rapidement sur l'interrupteur de la Game Boy pour sélectionner un jeu. La plupart intègre un bouton de réinitialisation externe (non disponible sur une cartouche originale), afin de pouvoir réinitialiser le jeu sans éteindre la console. Pour passer outre la limitation de stockage d'une cartouche standard, de nombreuses astuces furent trouvées. Des cartouches de taille et d'épaisseur inhabituelle, plus de 2 fois les dimensions d'une cartouche standard, permettent de stocker sans problème beaucoup des nouveau jeux gourmands en espace mémoire, comme Donkey Kong Land. L'inconvénient de ces cartouches est qu'elles ne permettent pas l'enregistrement des parties, faute d'espace de sauvegarde. Mais en cherchant bien, il est possible de trouver des cartouches pirates d'un format standard et contenant le bon nombre de jeux indiqué on pense notamment à la "32-en-1" et à l'exceptionnelle "55-en-1", toutes deux sur Game Boy. La plupart de ces cartouches multi-jeux sont produites en Chine, Singapour et Hong Kong, et sont disponibles illégalement en Europe surtout dans les pays du sud et de l'est.

Plus récemment des cartouches multi-jeux pour Game Boy Advance proposant plusieurs jeux de GBA ainsi que plusieurs centaines de ROMs NES sont apparues. Ces cartouches sont connues pour intégrer certains bootlegs, des jeux pirates ou des variantes de jeux, tout en les vantant comme étant des jeux différents et en leur associant des illustrations contrefaites sur la jaquette principale.

Cartouches sans licence[modifier | modifier le code]

Les cartouches multi-jeux suivantes ont été éditées avec l'accord des propriétaires des droits des jeux eux-mêmes, mais sans le consentement du fabricant de la console:

  • Action 52 d'Active Enterprises. Cet ambitieux projet avait pour but de placer quelques 52 jeux uniques sur une seule cartouche, mais une programmation de mauvaise qualité et une importante réutilisation de code entre les jeux, combiné à un prix de vente élevé (200$), a fait que les joueurs ont boudés la cartouche[1],
  • Caltron 6-in-1 un grand classique des cartouches multi-jeux NES,
  • Maxivision 15-in-1 qui contient quinze jeux de développeurs non licenciés sur NES comme Color Dreams et American Video Entertainment,
  • Myriad 6 in 1 un autre grand classique des cartouches multi-jeux NES,
  • Sunday Funday de la société de développement de jeux religieux Wisdom Tree. Il s'agit du dernier jeux NES sorti commercialement aux États-Unis depuis plusieurs années. Cette cartouche "3-en-1" comprend le titre éponyme (une reprise graphique d'un autre jeu de Color Dreams, Menace Beach), Fish Fall (un jeu inédit du style Tetris), et un programme de karaoké incluant une chanson chrétienne pop, "The Ride", écrite par 4Him groupe musical chrétien,
  • Bible Adventures pour NES,
  • King of Kings: The Early Years pour NES,
  • Les versions nord-américaines des séries Quattro de Codemasters éditées par Camerica.

Cartouches officielles[modifier | modifier le code]

Atari 2600[modifier | modifier le code]

  • 32 in 1: Seulement commercialisé en Europe (console PAL), inclus les premiers titres Atari comme Blackjack, Boxing et Combat[2]
  • 2005 Minigame Multicart: Édité par AtariAge après la fin d'exploitation de la 2600, cette collection inclus sept entrées de la 2005 MiniGame Competition[3][note 1]

Nintendo Entertainment System / Famicom[modifier | modifier le code]

Game Boy[modifier | modifier le code]

Game Boy Advance[modifier | modifier le code]

Nintendo 64[modifier | modifier le code]

Nintendo DS[modifier | modifier le code]

Sega Master System / Mark III[modifier | modifier le code]

Mega Drive / Genesis[modifier | modifier le code]

Super Nintendo / Super Famicom[modifier | modifier le code]

Disques officiels[modifier | modifier le code]

Nintendo GameCube[modifier | modifier le code]

PlayStation[modifier | modifier le code]

PlayStation 2[modifier | modifier le code]

Autres consoles[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À cause de la relative facilité à copier des cartouches Atari 2600, un grand nombre de cartouches multi-jeux pirates furent développées pour cette console. La plupart furent éditées en dehors des États-Unis et de l'Europe (le plus souvent au Brésil).
  2. Les cartouches multi-jeux Master System officielles sont sous-titrées "Combo Cartridge" sur la boîte de jeu, à l'opposé des étiquettes "Mega Cartridge" et "Two-Mega Cartridge" placées sur les bôites contenant un seul jeu.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Multicart » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]