Cartophilie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo d'une carte postale japonaise publiée par Kamigataya à Tokyo en 1904.
Carte postale japonaise publiée par Kamigataya à Tokyo en 1904.

La cartophilie est la pratique de la collection des cartes postales.

Les collectionneurs de cartes postales sont appelés « cartophiles ».

Brève histoire de la cartophilie[modifier | modifier le code]

Les illustrations des cartes postales suscitent leur collection par thèmes (les métiers, les villages d'un département etc.), par usage (envoyées par les soldats depuis le front).

Au cours des années 1900-1920, en France, la pratique de la collection des cartes postales prend un grand essor, et de très nombreux albums familiaux sont remplis. Retrouvés après la mort de leurs propriétaires et présentés dans les vide-greniers et foires à tout, ils fournissent aux nouveaux collectionneurs des années 1980, un champ de recherche important de cartes souvent bon marché. Les Français se passionnent alors pour l'histoire de leur village natal ou encore d'adoption (périurbanisation et rurbanisation) ; les cartes postales du début du XXe siècle illustrent ce passé.

Des catalogues sont publiés, donnant des cotations. Des marchands spécialisés ouvrent leur commerce et des ventes aux enchères amplifient le phénomène, faisant ainsi monter les prix.

Au milieu des années 1970, les collectionneurs comprennent vite l’intérêt de la carte postale. Nous sommes à la fin des « Trente Glorieuses » (selon l'expression de Jean Fourastié) : trente années de croissance économique sans précédent qui suivent la Seconde Guerre mondiale. Une croissance admise à l’époque comme le remède à tous les maux. Une croissance qui a mis en mouvement l’ascenseur social. Mais une croissance qui a nécessité un exode rural et éloigné une grande partie de la population de ses racines. Quand la machine se grippe, il faut revenir aux vraies valeurs. L’intérêt pour la carte postale s’inscrit dans ce cadre là. Elles sont les derniers témoins d’un monde disparu car elles ont su arrêter, un instant, le temps qui passe vraiment trop vite.[réf. nécessaire]

En 1975, Gérard Neudin, un polytechnicien amateur de cartes postales, va publier pour la première fois un annuaire qui va devenir au fil du temps la référence des cartophiles. Des clubs de collectionneurs vont se constituer et la carte postale va atteindre des prix jusque là inconnus dans les ventes publiques. Ce sera un nouvel âge d'or pour la carte postale.

La collection de cartes postales, contrairement à celle de timbres, est de plus en plus populaire.[réf. nécessaire]

Collections[modifier | modifier le code]

Autour de la carte postale[modifier | modifier le code]

  • Les maximaphiles essaient de constituer des documents postaux qui superposent autour d'un même thème une carte postale, un timbre-poste et une oblitération.
  • Certains internautes mettent en ligne leurs collections de cartes postales anciennes sous forme d'albums à consulter.

Par éditeur[modifier | modifier le code]

  • François-Edmond Fortier - AOF 1900-1905; 1906-1910; 1914-1924.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Neudin, L’Officiel international des cartes postales de collection (parution annuelle de 1976 à 2001)
  • Martin Willougby, La Carte postale, une histoire illustrée, Bookking International, Paris, 1993
  • PN et PY Armand, Dictionnaire de la cartophilie francophone, 1990, Édition Cartes Postales et Collection
  • James Eveillard, L’Histoire de la carte postale et la Bretagne, Editions Ouest-France, Rennes, 1999

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]