Carrollite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carrollite
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
Carrollite - Musonoï, Katanga – Zaïre (11x6 cm)

Carrollite - Musonoï, Katanga – Zaïre (11x6 cm)
Général
Classe de Strunz 2.DA.05
Formule brute Cu (Co,Ni)2S4
Identification
Masse formulaire 309.55 uma
Couleur gris; rouge cuivre; gris violet; gris acier
Classe cristalline et groupe d'espace Hexakisoctaédrique ; C 2/m
Système cristallin Cubique
Réseau de Bravais Faces centrées F
Macle sur {111} polysynthétique
Clivage imparfait sur {001}
Cassure subconchoïdale; irrégulière
Habitus Octaédrique; Massif; Grenue; Cubooctaédrique
Échelle de Mohs de 4,50 à 5,50
Trait gris-acier
Éclat métallique
Propriétés optiques
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité de 4,50 à 4,80
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La carrolite est une espèce minérale composée de sulfure de cobalt, de nickel et de cuivre de formule Cu (Co,Ni)2S4 avec des traces : Fe.

Elle forme avec la polydymite, la siegénite, la violarite et la linnaeïte, une série où les différents éléments (Co,Ni, Fe,Cu) se remplacent isomorphiquement dans de large proportion. Groupe d'appartenance de la linnaeïte. Le statut de cette espèce a été approuvé par l'IMA en 1980[2]. C'est un minerais de cobalt.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par W. L. Faber en 1852[3]. Le nom dérive du nom du comté du topotype.

Topotype[modifier | modifier le code]

Mine de Patapsco, Finksburg, Comté de Carroll, Maryland, États-Unis.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 8.76, b = 4.41, c = 10.15, Z = 4; bêta = 125.2° V = 320.41
  • Densité calculée= 9.37

Gîtologie[modifier | modifier le code]

C'est un minéral des veines hydrothermales. Cette espèce apparaît en début de la métasomatose des gisements de cuivre constitués principalement de sulfures.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

bornite, chalcocite, chalcopyrite, cobaltocalcite, digénite, djurleite, gersdorffite, linnaeïte, millérite, polydymite, pyrrhotite, pyrite, siegénite, sphalérite, tétraédrite, ullmannite.

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • États-Unis
Mine de Patapsco, Finksburg, Comté de Caroll, Maryland, États-Unis.
  • France
Les Clausis, Saint-Véran, Hautes-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur [4]
Mine de la Finosa (Fontana Rossa), Ghisoni, Corte, Haute-Corse, Corse[5]
  • Zaïre
Kamoya South II Mine, Kamoya, Kambove, Musonoï, Katanga[6]

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Carrolite
  • Corrolite[7]
  • Sychnodymite (Laspeyres) Initialement décrite sur des échantillons d'Eiserfeld [8]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Mineralogical Magazine, volume 043, pp. 733(1980)
  3. Faber, W. L., 1852, On Carrollite, a new Cobalt Mineral, American Journal of Science, second series, 13:418-419.8
  4. A. Sinojmeri, M. Ohnenstetter, Z. Johan : "Nouvelles données sur la clausthalite et les tellurures du gisement de Saint Véran (Hautes Alpes)", Bull. Soc. Fr. Minéral. Cristallogr. , 1987
  5. Fiche BSS N° 11183X4002/GT BRGM
  6. King, V. & R.L. Morgan (2005), Crystallograpy of Carrollite from the Kamoya South II mine, Democratic Republic of Congo, Rochester Mineralogical Symposium.
  7. Traité de minéralogie, Volume 4 Par Armand Dufrénoy P.769 1859
  8. Nouveau traité de chimie minérale: Fer, par G. Chaudron (et al) Par Paul Pascal,Adolphe Pacault,Guy Pannetier 1956