Carreau d'arbalète

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir carreau.
Carreau d'arbalète du XIVe siècle.

Le carreau d'arbalète est le projectile utilisé avec une arbalète, dont le fer pyramidal à quatre pans a une base carrée. Plus court (environ 30 cm) que la flèche et également plus lourd, il a un empennage réduit, fait de cuir ou de parchemin. Ces caractéristiques traduisent un usage en tir tendu dont l'objectif est de pénétrer les armures, pour lequel les qualités balistiques (de masse et de forme) du carreau sont excellentes.

Les carreaux d'arbalète célèbres[modifier | modifier le code]

Le carreau d'arbalète de Guillaume Tell, avec lequel, selon la légende, il perça une pomme posée sur la tête de son fils.

Le carreau d'arbalète tiré du château de Châlus par Pierre Basile qui, blessant mortellement Richard Cœur de Lion, changea la face de l'histoire de l'Europe, permettant à Philippe II Auguste de donner au royaume de France l'essentiel de ses frontières actuelles.

La dondaine[modifier | modifier le code]

La dondaine est un type de projectile tiré par les arbalètes médiévales communément regroupés sous le nom de carreau. D'un usage exclusivement militaire, la dondaine se caractérise par la forme renflée de son fût, destinée à augmenter son poids et donc sa force de pénétration. Elle est traditionnellement équipée d'une pointe à lames de forme triangulaire, avec ou sans barbelures.

Le mot dondaine (ou dondon) est encore utilisé aujourd'hui pour désigner une grosse femme, le projectile ayant une forme similaire. On le retrouve dans le refrain connu des anciennes chansons : « La féri dondon, la féri dondaine » – férir signifie toucher sa cible (dans ce cas, avec une dondaine) ; il s'agit peut-être d'un reste de chanson d'arbalétrier, qui pendant le vol de la dondaine, l'encourage de la voix "féri donc !" et ayant réussi se réjouit d'un "elle a féri, dondaine"[1].

Le vireton[modifier | modifier le code]

Le vireton est un type de trait d'arbalète, destiné à un usage militaire au Moyen Âge. Se rapprochant de la dondaine par la forme renflée de son fût, il s'en distingue par la disposition hélicoïdale de son empennage. Celle-ci lui impose lors de son vol une rotation autour de son axe (d'où son nom : virer signifie tourner), qui augmente la stabilité de sa trajectoire (effet gyroscopique analogue à celui donné à un projectile par un canon rayé) et provoque (couplée à l'usage de pointes à barbelures) des blessures terribles.

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. J.-F. Demange, Glossaire historique et héraldique, Atlantica, 2004, ISBN 2-84394-772-3. p. 208