Carosello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carosello est une émission télévisée italienne qui fut diffusée sur Rai 1[1], du 3 février 1957 au 1er janvier 1977. Pendant toutes ces années, le mot « Carosello » fut synonyme, en Italie, de « spot publicitaire ».

Résumé[modifier | modifier le code]

L'émission qui était diffusée quotidiennement[2] pendant 10 minutes, entre 20h50 et 21h00, s'adressait d'abord aux enfants, et l'expression « E dopo Carosello tutti a nanna » (« et après Carosello, tous au lit ») était passée dans le langage courant. Son succès fut énorme car on estime qu'en 1976, à l'époque où la RAI décida d'en arrêter la diffusion, elle était regardée par 19 millions de spectateurs[3].

Nombreux sont les experts et les spécialistes italiens de la publicité qui évoquaient encore, plus de trente ans après l'arrêt de l'émission, le « syndrome de Carosello » comme une « mauvaise recette italienne ». C'est-à-dire, du point de vue des techniques de la communication, une manière étrange de faire de la publicité en produisant des supports divertissants mais qui ne portent que peu d'attention à la marque et au produit dont ils devraient porter les valeurs et les promesses[4].

Carosello a néanmoins constitué un espace éducatif pour une société qui effectuait une transition vers la société de consommation et une manière d'associer les entreprises de Cinecittà et les métiers du dessin animé au succès de la télévision[5], sa production artistique fait partie de la mémoire collective et de nombreux slogans qui avaient été inventés pour cet espace télévisuel sont devenus des expressions populaires de la langue italienne[6].

« Carosello a éduqué nos enfants, elle a été, depuis le lointain 1957, un rendez-vous et une pause dans l'angoisse quotidienne. Elle montrait un monde qui n'existe pas, un italien fantastique, extraordinaire : alcoolisé et toujours à la recherche d'un apéritif ou de quelque chose qui le ferait digérer; empuanti, qui avait toujours besoin de déodorants et de détergents, lavant toujours plus blancs; incapable de faire la différence entre la laine vierge et l'autre, chargée d’expérience; dévoreur de portions de fromages et de boîtes de conserves, et qui sait quelles douleurs il aurait éprouvé s'il n'y avait eu certaines confections, qui, justement à l'heure du diner, venaient rappeler comment, sur cette terre, tout passe vite. »

— Enzo Biagi, Corriere della Sera, 22 juillet 1976[7],[8]

Historique[modifier | modifier le code]

La naissance du projet[modifier | modifier le code]

En 1957, la RAI voulait transmettre des messages publicitaires et cette innovation rencontrait l'opposition des éditeurs de la presse écrite représentés par la FIEG (Fédération Italienne des Éditeurs de Journaux (it) - Federazione Italiana Editori Giornali) car le programme national de la télévision publique était supposé être financé par la « Redevance Télévisuelle » (it) ou « Canone televisivo » qui avait été créée à cet effet par le parlement. La direction de la RAI cherchait aussi à soutenir les efforts des sociétés de production cinématographique de Cinecittà qui espéraient que ce nouveau marché permettrait de consolider leurs finances[4].

L'idée originale consistait à penser que la RAI, au travers de la SACIS, sa filiale dédiée aux ventes et au marketing des produits dérivés, produirait ou sous-traiterait à des entreprises de Cinecittà la production des films de publicité. Mais l'on se rendit rapidement compte que produire 120 films par mois, en en discutant les spécifications et en contrôlant la qualité avec les commanditaires ou les agences dont ils achetaient les services, constituait une tâche trop complexe à gérer. Et la SACIS finit par se contenter d'exercer le rôle de censeur préventif[4].

Histoire de la diffusion[modifier | modifier le code]

Le Programme National diffusa 7 261 épisodes de Carosello.

L'émission fut suspendue à plusieurs reprises. La première eut lieu du 31 mai au 6 juin 1963 suite à la mort du Pape Jean XXIII, la seconde 3 jours du 12 au 15 décembre 1969 suite à l'attentat de la Piazza Fontana. Les interruptions suivantes furent plus brèves : pour la mort du Pape Pie XII en octobre 1958 ; pour la mort des frères Kennedy en 1963 puis 1968 : et enfin en 1971 pour le lancement de la navette spatiale Apollo 14.

Pour la réalisation de Carosello plusieurs illustres réalisateurs y ont participé : Luciano Emmer (qui est considéré comme l'initiateur du projet), Age et Scarpelli, Luigi Magni, Gillo Pontecorvo, Ermanno Olmi, Sergio Leone, Ugo Gregoretti, Pupi Avati, Pier Paolo Pasolini, Federico Fellini et l'americain Richard Lester. En qualité d'acteurs : Totò, Erminio Macario, Gilberto Govi, Vittorio Gassman, Dario Fo, Mina, Ernesto Calindri, Nino Manfredi, Virna Lisi, Gino Bramieri, Raimondo Vianello, Gino Cervi et persino Fernandel, Eduardo De Filippo et Jerry Lewis.

Le format de l'émission[modifier | modifier le code]

Le principe consistait en une série de saynettes (souvent des films comiques d'un style léger ou d'interludes musicaux) suivies de messages publicitaires. Le format très rigide de l'émission fut créer pour fonctionner parfaitement : Il n'y eut ni erreur, ni interruption vingt ans durant (exceptions faites des événements cités ci-dessus et quelques mouvements sociaux à la RAI). Carosello n'était pas et ne pouvait pas seulement être un conteneur de messages publicitaires.

La règle principale de Carosello était la part de spectacle ( les saynettes devait durer de 45 secondes à 1 minute). Elles devaient être très clairement distinguables des spots publicitaires classiques. Seule une phrase-clef évoquait les produits, puis petit à petit les articles pouvaient être nommés (dans la partie finale). Toutes les saynettes de Carosello des six premières années furent tournée dans un contexte théâtral. Elles étaient introduites par une ouverture de rideau et une fanfare.

Les quatre premiers sketches de Carosello furent les suivants :

  • Shell
  • L'Oréal
  • Singer
  • Cynar

Dans les premières années de l'émission seuls quatre sketches furent présentés, mais à partir des années 1970, cinq le furent chaque soir.

La fin d'un grand projet[modifier | modifier le code]

Définit comme assez déséducative la publicité de Carosello était peu pratique et dépendante d'une commission. Suite à une trop longue durée des sketches, eut lieu la dernière transmission, le jour du premier de l'an 1977. Les 5 derniers sketchs furent les suivants:

  • Stock 84
  • Bticino
  • Amaro Ramazzotti
  • Tè Ati
  • Dual Blu Gibaud

Ensuite, l'émission fut remplacée par Sapio F.

Le succès[modifier | modifier le code]

Cette façon de faire eut un énorme succès ; Carosello resta, pour de nombreuses années, l'une des émissions télévisées les plus appréciées du public, et un rendez-vous quotidien pour les familles italiennes. À tel point qu'encore aujourd'hui la phrase «  au lit après Carosello » est très utilisée dans le langage parlé italien. La manière, dont était présentée la publicité, la rendait appréciée du public. Il s'agissait aussi d'innover, créer un nouveau langage télévisé. Sa caractéristique principale était l'extrême brièveté de ses spots. C'est pour cette raison qu'ils devaient être directs, simples, toujours attachés à des lieux communs et proche de la culture populaire. Une relecture actuelle montrerait d'ailleurs qu'à l'époque les régions du Nord-Ouest italien (Milan, Turin) étaient le théâtre d'un renouveau économique. On pouvait trouver alors de nombreux stéréotypes, les accents des personnages, le dernier produit ménager à la mode. Contrairement à la publicité moderne, la plus grande différence reste réellement la tentative de la RAI d'intégrer la nouveauté d'une société de consommation croissante (ceci en gardant la tradition populaire nationale). Le message prétendait être rassurant avec quelques traits pédagogiques. À travers certains slogants on recevait une promesse de la qualité d'un produit. La Sipra qui gérait la publicité de la RAI, vit en Carosello un instrument qui leur échappait des mains. Le personnage et l'histoire étaient plus important que le message publicitaire. Ce qui annonça le déclin du programme.

Les dessins animés[modifier | modifier le code]

L'utilisation des dessins animés en tant que porteurs de messages publicitaires fut l'une des grandes originalités de Carosello. L'émission encourgea ainsi le développement de l'école italienne d'animation. Plusieurs personnages de dessins animé, dont le plus célèbre est sans aucun doute Calimero, qui furent conçus dans le cadre des spots publicatires devinrent des héros véritables de bande dessinée. Les plus fameux furent les suivants :

Angelino (figurine des années 1960)

Angelino[modifier | modifier le code]

Angelino fut dessiné par Paul Campani Paul Campani (it), sur des scénarios de Giorgio Garnier, pour animer les spots publicitaires du détergent Super Trim de la société Agip. La mise en scène des «Disavventure di Angelino» (les mésaventures d'Angelino), dont la bande originale était la Marche Turque de Mozart, était réalisée par Romano Scarpa et leur animation assurée notamment par Secondo Bignardi. Elles furent, en 1958, l'un des premiers dessins animés jamais diffusés par la télévision publique italienne[9].

Calimero[modifier | modifier le code]

Calimero, le poussin noir qui se promène sous sa coquille, est le principal personnage qui connait une notoriété internationale et qui fit sa première apparition dans Carossello, le 14 juillet 1963 dans le cadre d'une publicité pour la lessive Ava de la société Mira Lanza (it) qui produisait des détergents à usage domestique.

Cimabue[modifier | modifier le code]

Cimabue était un moine brouillon mais volontaire qui fut conçu par la société Gamma Film (it) pour servir de support publicitaire à l'Amaro Dom Bairo (it). « Le avventure di Cimabue » (les aventures de Cimabue), dessinées en noir et blanc, avaient pour cadre un couvent dans lequel le moine Cimabue ratait tout ce qu'il entreprenait et tandis que les autres moines chantaient en chœur « Cimabue, Cimabue, fai una cosa, ne sbagli due » (Cimabue, Cimabue, tu fais une chose, et tu te trompes sur deux), lui répondait « Eh, che cagnara, sbagliando si impara! » (hé, qué grabuge ? C'est en se trompant qu'on apprend).

La Linea[modifier | modifier le code]

La Linea fut créée par Osvaldo Cavandoli et fit de la publicité pour les autocuiseurs Lagostina de 1969 à 1976. Elle est l'un des rares personnages qui a eu aussi une carrière totalement indépendante de sa présence dans l'émission sur les télévisions étrangères.

Ulisse e l’ombra[modifier | modifier le code]

Ulisse e l’ombra (Ulysse et l'ombre) est un personnage irascible qui fut créé par la société Gamma Film (it) des frères Gino (it) et Roberto Gavioli (it) pour les Cafés Hag (it). Il apparut dans Carosello de 1959 à 1966.

Acteurs[modifier | modifier le code]

En plus des dessins animés, de nombreux sketches publicitaires furent interprétés pas des acteurs, chanteurs ou autres personnages du monde du spectacle, aussi bien italiens qu'étrangers, comme Jerry Lewis, Jayne Mansfield, Orson Welles et Yul Brynner. Certains ont ainsi lié leur nom de manière permanente au monde de la publicité.

  • Cesare Polacco (acteur de théâtre)
  • Franco Cerri (musicien de jazz)
  • Mimmo Craig (acteur de théâtre et de télévision)
  • Nicola Arigliano (chanteur de jazz)
  • Paolo Ferrari (acteur et doubleur)
  • Gino Bramieri (comique publicitaire)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Ceserani, Storia della pubblicità in Italia, Laterza 1988
  • G. L. Falabrino, Pubblicità serva padrona, cap.5: La rivoluzione di Carosello, Il Sole 24 Ore 1999
  • M. Giusti, Il grande libro di Carosello, Sperling & Kupfer, Milano 1995
  • A. Grasso, Storia della televisione italiana, Garzanti 1992
  • A. Grasso, Enciclopedia della televisione, Garzanti, 2008
  • Croce, Guia, Edmondo Berselli, Aldo Nove, Tutto il meglio di Carosello, 1957-1977, Torino: Einaudi, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rai 1 se nommait pendant cette période le «Programme National»
  2. Sauf le Vendredi saint et le « Jour des Morts »
  3. (it) Présentation de la thèse de licence de Francesca Lodigiani%5D « Breve storia di Carosello:la pubblicità diventa amica degli italiani, Tesi di laurea di Francesca Lodigiani, Relatore Vincenzo Buccheri, Corso di laurea in Comunicazione Interculturale e Multimediale, Università degli studi di Pavia, sans date. », sur CIM_ECM - piattaforma esami (consulté le 21 janvier 2012)
  4. a, b et c (it) « Una cattiva ricetta italiana, La sindrome di Carosello, Il nuovo libro della pubblicità, I segreti del mestiere, Luis Bassat et Giancarlo Livraghi, troisième édition, Il Sole 24 Ore, novembre 2005, (ISBN 9788883637254). », sur Gandalf (le site officiel de Giancarlo Livraghi (it)) (consulté le 21 janvier 2012)
  5. (it) « Carosello compie 50 anni, Giuseppe Mazza, 6 février 2007. », sur .commeurope.com (consulté le 21 janvier 2012)
  6. (it) « E dopo Carosello tutti a nanna, Roberto Tartaglione e Giulia Grassi, materiali didattici di italiano per stranieri. », sur Scudit, Scuola d'Italiano a Roma (consulté le 21 janvier 2012)
  7. (it) « La storia dei caroselli Stock 84 (I), Marta Zacchigna, 1 marzo 2010, Tesi di laurea. », sur Revue en ligne « Fucine Mute » (consulté le 31 janvier 2012) : « Carosello ha educato i nostri figli, è stato, dal lontano 1957, un appuntamento e una pausa nell’angoscia quotidiana. Mostrava un mondo che non esiste, un italiano fantastico, straordinario: alcolizzato e sempre alla ricerca di aperitivi o di qualcosa che lo digestimolasse; puzzone, perennemente bisognoso di deodoranti e detersivi, sempre più bianchi; incapace di distinguere fra la lana vergine e quell’altra, carica di esperienze; divoratore di formaggini e scatolette, e chi sa quali dolori se non ci fossero stati certi confetti, che, proprio all’ora di cena, venivano a ricordare come, su questa terra, tutto passa in fretta. (Enzo Biagi, Corriere della Sera, 22 juillet 1976). »
  8. (en) « Advertising across cultures : a linguistic-semiotic analysis of British and Italian TV commercials, Nicola Borrelli, Aracne editrice S.r.l. Roma, 1st edition: January 2010, (ISBN 978–88–548–3034–9[à vérifier : isbn invalide). »], sur Aracne editrice S.r.l. (consulté le 21 janvier 2012)
  9. (it) « Il carosello del detersivo Supertrim con Angelino, Giulio Regosa, 15 novembre 2010. », sur Anima mia, la nostra memoria bambina (nos souvenirs d'enfance) (consulté le 21 janvier 2012)

Sources[modifier | modifier le code]