Carol (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carol[1]
Auteur Patricia Highsmith
Genre Roman policier
Version originale
Titre original The Price of Salt / Carol
Éditeur original Coward-McCann
Langue originale anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1952
Version française
Traducteur Emmanuelle de Lesseps
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Calmann-Lévy
Date de parution 1985
Nombre de pages 294

Carol (The Price of Salt ou Caroll, dans l'édition originale américaine), est un roman lesbien de Patricia Highsmith, d'abord publié sous le pseudonyme de Claire Morgan en 1952 dans une première version censurée. En France, le roman est traduit sous le titre Les Eaux dérobées, puis sous son titre actuel.

Résumé[modifier | modifier le code]

À New York, Thérèse, une jeune décoratrice de théâtre qui ne trouve pas de travail, accepte un emploi à Frankenberg, un magasin de vêtements. Une autre employée, Mme Robichek, tente de la séduire, mais Thérèse sombre dans une sorte de torpeur.

Le compagnon de Thérèse, Richard, lui fait rencontre Phil, qui peut l'aider à trouver un emploi dans le théâtre. Cependant, lors de son travail au magasin, apparaît une grande femme blonde en manteau de fourrure. La cliente lui achète une poupée pour sa fille. Thérèse ne peut l'oublier et lui envoie une carte avec son numéro de service. La cliente téléphone au magasin pour la remercier et lui propose de prendre un verre ensemble pour le lendemain.

Thérèse fait ainsi la connaissance de Carol, une femme mariée en instance de divorce. Elles se découvrent leurs sentiments réciproques, mais Carol craint que son mari ne se serve de leur relation pour lui retirer la garde de leur enfant.

Réception[modifier | modifier le code]

Deuxième roman de Patricia Highsmith, après L’Inconnu du Nord-Express, Carol n'est pas un roman policier, pour cette raison Highsmith choisit de le publier sous pseudonyme, d'autant que son éditeur, Harper & Brothers refusa de le publier, car il doutait du succès d'une œuvre sur une relation lesbienne. La romancière dut se résoudre à trouver un nouvel éditeur. Dans l'avant-propos de 1989, la romancière indique les circonstances de sa rédaction, la bonne réception critique du livre et les succès rencontrés par la première édition, en partie auprès du lectorat lesbien, et l'édition de poche qui se vendit « à presque un million d'exemplaires »[2]. Patricia Highsmith souligne aussi les nombreuses lettres de lesbiennes qui témoignèrent de leur reconnaissance pour avoir écrit un roman lesbien qui se terminait bien, à la différence des représentations négatives et pessimistes courantes à l'époque.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roman paru d'abord en France sous le titre Les Eaux dérobées, puis sous son titre actuel pour toutes les éditions ultérieures.
  2. Préface de Patricia Highsmith à Carol, Paris, Le Livre de poche no 4424, 1991, p. 10.