Carnosine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carnosine
Carnosine
Identification
No CAS 305-84-0 (L)
No EINECS 206-169-9
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C9H14N4O3  [Isomères]
Masse molaire[1] 226,2325 ± 0,0099 g/mol
C 47,78 %, H 6,24 %, N 24,77 %, O 21,22 %,
Propriétés physiques
fusion 260 °C
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La carnosine est un peptide résultant de la digestion des viandes. On la trouve particulièrement concentrée dans les tissus musculaires et cérébraux.

Structure[modifier | modifier le code]

La carnosine est un dipeptide de la bêta-alanine et de l'histidine. C'est un isomère de l'ansérine. On en trouve de fortes concentrations dans les tissus musculaires et dans le cerveau.

Antioxydant[modifier | modifier le code]

Les recherches conduites en Grande-Bretagne[2], Corée du Sud[3], Russie[4],[5] et dans d'autres pays[6],[7] ont montré que la carnosine possède un certain nombre de propriétés antioxydantes qui pourraient être bénéfiques.Il a été prouvé que la carnosine piégeait les espèces réactives de l'oxygène (les radicaux libres), ainsi que les aldéhydes alpha-bêta insaturés formés par la peroxydation des acides gras de la membrane cellulaire au cours du stress oxydatif. La carnosine peut s'opposer à la glycation et elle peut chélater les ions métalliques divalents. La glycolyse chronique est soupçonnée d'accélérer le vieillissement. On a trouvé que la carnosine inhibait la néphropathie diabétique, en protégeant les podocytes et les cellules mésangiales. En raison de ses propriétés antioxydantes, et ses propriétés antiglycation chélateur de métaux, les suppléments de carnosine ont été proposés comme une thérapie générale anti-vieillissement. Des produits contenant de la carnosine sont également utilisés dans les préparations topiques pour réduire les rides sur la peau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Aruoma OI, Laughton MJ, Halliwell B, « Carnosine, homocarnosine and anserine: could they act as antioxidants in vivo? », The Biochemical Journal, vol. 264, no 3,‎ décembre 1989, p. 863–9 (liens PubMed? et PubMed Central?)
  3. (en) Choi SY, Kwon HY, Kwon OB, Kang JH, « Hydrogen peroxide-mediated Cu,Zn-superoxide dismutase fragmentation: protection by carnosine, homocarnosine and anserine », Biochimica et Biophysica Acta, vol. 1472, no 3,‎ novembre 1999, p. 651–7 (liens PubMed? et DOI?)
  4. (en) Klebanov GI, Teselkin YuO, Babenkova IV, et al., « Effect of carnosine and its components on free-radical reactions », Membrane & Cell Biology, vol. 12, no 1,‎ 1998, p. 89–99 (lien PubMed?)
  5. (en) Babizhayev MA, Seguin MC, Gueyne J, Evstigneeva RP, Ageyeva EA, Zheltukhina GA, « L-carnosine (beta-alanyl-L-histidine) and carcinine (beta-alanylhistamine) act as natural antioxidants with hydroxyl-radical-scavenging and lipid-peroxidase activities », The Biochemical Journal, vol. 304, no 2,‎ décembre 1994, p. 509–16 (liens PubMed? et PubMed Central?)
  6. (en) Chan KM, Decker EA, « Endogenous skeletal muscle antioxidants », Critical Reviews in Food Science and Nutrition, vol. 34, no 4,‎ 1994, p. 403–26 (liens PubMed? et DOI?)
  7. (en) Kohen R, Yamamoto Y, Cundy KC, Ames BN, « Antioxidant activity of carnosine, homocarnosine, and anserine present in muscle and brain », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 85, no 9,‎ mai 1988, p. 3175–9 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)