Carme Ruscalleda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carme Ruscalleda

alt=Description de l'image Carme Ruscalleda Restaurant Sant Pau Catalunya.jpg.
Naissance 1952
Sant Pol de Mar, Catalogne Catalogne
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Profession
Formation
autodidacte
Distinctions

Carme Ruscalleda i Serra, née à Sant Pol de Mar en 1952, est une cuisinière catalane.

Issue d'une famille de paysans et de commerçants[1], elle fait des études de commerce et de charcuterie[2]. Cuisinière autodidacte[3], elle ouvre avec son mari Toni Balam en 1988, dans son port natal, à mi-chemin de Barcelone et de Gérone, le restaurant de cuisine catalane Sant Pau. Lequel obtient en 1991 sa première étoile au Guide Michelin, et en 2006 sa troisième étoile[4].

En 2004[5], elle ouvre à Tokyo un second restaurant Sant Pau, qui détient depuis 2007 deux étoiles Michelin[6]. Elle est actuellement la seule femme au monde récompensée de cinq étoiles par ce guide[7],[8].

Sa cuisine se veut « catalane, moderne et créative[1] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, Carme Ruscalleda écrit des livres de cuisine, dont le plus connu est Cuinar per ser feliç (Cuisiner pour être heureux), qui contient plus de 100 recettes et qui est traduit en espagnol :

  • (ca) Avec Miquel de Palol, Cuinar per ser feliç, Barcelone, Columna, 2001.
  • (es) Cocinar para ser feliz, Barcelone, Viena, 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Restaurant Sant Pau », sur relaischateaux.com.
  2. (en) « Carme Ruscalleda », sur ifood.tv.
  3. (es) « Carme Ruscalleda », sur carmeruscalleda.es.
  4. Anne-Sophie Pic, « Carme Ruscalleda, une entrée cultivée ! », sur blog.pic-valence.com, 4 février 2011.
  5. (es) « Carme Ruscalleda reconocida a nivel internacional », sur directoalpaladar.com.
  6. (es) « Carme Ruscalleda », sur hola.com.
  7. Lourdes Segade, « Carme Ruscalleda, la femme aux cinq étoiles », sur picturetank.com.
  8. « La Catalogne (Espagne) », sur television.telerama.fr, 4 avril 2011.