CARMAT

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Carmat)
Aller à : navigation, rechercher

CARMAT SA

Description de l'image  Logo CARMAT SA.jpg.
Création 30 Juin 2008
Fondateurs Alain Carpentier
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : ALCAR[1]
Slogan Au cœur de la technologie
Siège social Drapeau de France Vélizy-Villacoublay (France)
Direction Marcello Conviti, Directeur Général
Actionnaires EADS, Truffle Capital, le Pr A. Carpentier et l'ARSFAC(Association de Recherche Scientifique de la Fondation Alain Carpentier)
Activité Biomédical, Dispositif médical
Produits Bioprothèse totale cardiaque implantable, source d'alimentation pour la bioprothèse et les outils d'implantation
Effectif 38 (31 décembre 2013)
Site web www.carmatsa.com
Capitalisation 499.45 M d' (31 décembre 2013)
Fonds propres 21.98 M d' (31 décembre 2013)

CARMAT (acronyme résultant des noms de ses fondateurs, le chirurgien cardiaque Alain Carpentier et la société Matra Défense)[2] est une entreprise du secteur biomédical, développant un cœur artificiel orthotopique, autorégulé et bioprothétique.

Société[modifier | modifier le code]

"CARMAT" est née de la rencontre, dans les années 1990, des initiateurs du projet: le professeur Alain Carpentier et Jean-Luc Lagardère (alors président de la société Matra Défense). Après plusieurs années de recherche et développement collaboratifs via un groupement d’intérêt économique (GIE CARMAT), la société a été créée en juin 2008 sous forme de Société par Actions Simplifiée (SAS) par trois actionnaires fondateurs : le Professeur Alain Carpentier (apports en brevets), Matra Défense (Airbus Group) et Truffle Capital, représentée par le Dr Philippe Pouletty, dans le cadre de fonds communs de placement  dans l’innovation (FCPI). En juillet 2010, la société entre en Bourse sur le marché Alternext d’Euronext Paris et devient une société anonyme (ticker : ALCAR).

Secteur[modifier | modifier le code]

L’insuffisance cardiaque est une pathologie grave et souvent fatale. Au stade le plus avancé de la maladie (classe NYHA 4, Intermacs 1 à 3)[3], le seul traitement possible est la transplantation cardiaque[4]. Les critères très stricts d’éligibilité à une transplantation et l’inadéquation entre le nombre de cœurs de donneurs disponible et le nombre de patients nécessitant un traitement entraine une mortalité importante dans cette population[5]. L'objectif de la société CARMAT est de proposer une alternative crédible à la transplantation aux patients non-éligibles ayant épuisé toutes les autres options thérapeutiques.  

Pour établir la crédibilité du projet en tant que traitement définitif de l'insuffisance cardiaque terminale, la société devra démontrer lors d'essais cliniques une amélioration significative du statut fonctionnel des patients (de deux classes NYHA au moins), un taux de complications acceptable, et une survie à moyen-long terme significativement supérieure à l’espérance de vie attendue dans cette population.

Financement[modifier | modifier le code]

En 2009, CARMAT s'est vue attribuer une subvention de 1,5 million d'euros par le Conseil général des Yvelines pour la création d’une salle blanche (environnement de production contrôlé). La même année, suite à l'aval de la Commission Européenne, la société CARMAT signe avec Oséo (devenu Bpifrance) un accord lui permettant d'obtenir – au fur et à mesure du franchissement d’étapes – 33 millions d'euros pour le développement de son projet jusqu’à l’obtention du marquage CE. Cette aide est répartie entre subventions et avances remboursables en cas de succès commercial du projet[6],[7]

En juillet 2010, la société devient une société anonyme (SA) à la suite de son introduction en Bourse sur le marché Alternext d’Euronext Paris dans le but de financer son développement et de réaliser les essais cliniques du cœur CARMAT sur l'homme. Elle obtient 18 millions d’euros[8] lors de cette introduction.

En 2011, Carmat lève 29,3 millions d'euros dans le cadre d'une augmentation de capital avec droit préférentiel de souscription[9].

Enfin en 2013, la société souscrit avec un organisme financier une ligne optionnelle de financement en fonds propres lui permettant de créer 200 000 actions nouvelles[10].

En juin 2014, la société participera aux "French Life Sciences Days"[11],[12] organisés par France Biotech et à la "French Touch Conference"[13] à New York,  afin de rencontrer des investisseurs nord-américains spécialisés.

Description[modifier | modifier le code]

La prothèse comprend 2 cavités ventriculaires droite et gauche, chacune étant séparée par une biomembrane souple en 2 volumes, un pour le sang, un pour le liquide d’actionnement. Un sac externe souple contient le liquide d’actionnement et bat au rythme cardiaque.

Par actionnement hydraulique via deux groupes moto-pompes miniatures, le liquide d’actionnement déplace cette biomembrane en reproduisant le mouvement de la paroi ventriculaire du cœur humain lors de la contraction. Ce mouvement provoque l’admission et l’éjection du sang. Un dispositif électronique embarqué régule le fonctionnement de la prothèse en fonction des besoins des patients à partir d’informations données par des capteurs et traitées par un microprocesseur, pour obtenir  le débit sanguin nécessaire sans augmenter systématiquement la fréquence de fonctionnement. 

Un système d’alimentation, de suivi et de contrôle à l’hôpital et un système d’alimentation et de communication porté pour le retour à domicile du patient sont aussi prévus[14].

La technique d’implantation est très proche de celle d’un greffon cardiaque : un dispositif d’interface biocompatible est suturé aux oreillettes, puis la prothèse est encliquetée sur ce dispositif.[15][16]

Le développement du cœur total artificiel a conduit CARMAT à détenir à ce jour 10 brevets en nom propre (à l'Office européen des brevets) concernant notamment la création de matériaux hémocompatibles et leurs utilisations dans un cœur artificiel total.

Essais cliniques[modifier | modifier le code]

Initialement prévu fin 2011, les essais cliniques n'ont débuté que 2 ans plus tard, bien que le Comité de Protection des Personnes (CPP) ait délivré un avis favorable dès novembre 2011[17]. Un premier délai était dû à des difficulté de mise en place de la production[18]. En octobre 2012, Marcello Conviti, le directeur général du groupe, esperait que le dossier complet de demande d'essais serait soumis à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, anciennement Afssaps) avant la fin 2012, pour un lancement d'ici janvier 2013 des premiers essais cliniques, sous réserve de l'accord des authorités[19],[20].

Après avoir requirs des resultats complémentaires de tests sur animaux[21], l'ANSM a finalement approuvé un essai de faisabilité portant sur 4 patients en septembre 2013[22].

Le 18 décembre 2013, un premier cœur artificiel est implanté par les équipes des professeurs Christian Latrémouille et Daniel Duveau (Nantes) à l'Hôpital européen Georges-Pompidou à Paris[23]. Le patient décède le dimanche 2 mars 2014, 74 jours après l'implantation , soit au-delà du critère de 30 jours de survie requis par l'ANSM[24]. L'essai est suspendu pendant l'analyse approfondie des nombreuses données enregistrées durant l'implantation du cœur[25], [26] .

Comité scientifique [27][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Action ALCAR.PA
  2. Acronyme de Carpentier et Matra, du nom du GIE créé en 1993. Source : Dates clés de CARMAT
  3. http://www.uab.edu/medicine/intermacs/images/protocol_4.0/protocol_4.0_MoP/Appendix_O_Intermacs_Patient_Profile_at_time_of_implant.pdf
  4. http://www.heart.org/HEARTORG/Conditions/HeartFailure/AboutHeartFailure/Classes-of-Heart-Failure_UCM_306328_Article.jsp
  5. http://circ.ahajournals.org/content/92/12/3593.long
  6. Armelle Bohineust, « Carmat fait le pari d'un cœur artificiel français », sur Le Figaro
  7. http://ec.europa.eu/competition/state_aid/cases/229064/229064_968128_46_2.pdf
  8. « Carmat entre tambour battant en Bourse », sur La Tribune.fr,‎ 13 juillet 2010 (consulté le 13 juillet 2010)
  9. « Une levée de fonds réussie pour Carmat malgré la crise boursière », sur www.boursier.com
  10. https://www.euronext.com/en/content/carmat
  11. http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140523trib000831601/comment-devenir-une-eti-simplement-en-seduisant-les-investisseurshellipamericains-.html
  12. http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa-croissance/0203503427478-france-biotech-valorise-les-entreprises-cotees-a-new-york-64119.php
  13. http://lafrenchtouchconference.net/programFr.html
  14. Registre OEB pour CARMAT
  15. http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-coeur-artificiel-carmat-ca-marche-51157/
  16. « Prothèse », sur www.carmatsa.com
  17. http://www.lequotidiendumedecin.fr/information/coeur-artificiel-total-carmat-avis-favorable-francais-pour-un-essai
  18. http://www.tradingsat.com/carmat-FR0010907956/actualites/carmat-quelques-explications-sur-les-decalages-de-planning-200367.html
  19. « Carmat : Regain de spéculation, 1re implantation en janvier 2013 ? » Tradingsat, 3 octobre 2012
  20. Noëlle Mennella et Alice Cannet. « Carmat vise une 1re implantation de cœur d'ici janvier 2013 » Usine Nouvelle, 2 octobre 2012
  21. http://www.tradingsat.com/carmat-FR0010907956/actualites/carmat-quelques-precisions-concernant-l-ansm-447372.html
  22. http://www.tradingsat.com/carmat-FR0010907956/actualites/carmat-l-ansm-donne-son-feu-vert-pour-implanter-le-coeur-artificiel-474639.html
  23. http://www.franceinfo.fr/sciences-sante/un-coeur-artificiel-implante-en-france-une-premiere-mondiale-1256839-2013-12-20
  24. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/03/03/22065-premier-patient-porteur-dun-coeur-artificiel-est-mort
  25. LesEchos.fr 04/03/2014
  26. http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/carmat-l-essai-clinique-continuera-apres-analyse-des-donnees-958315.php
  27. Comité scientifique de Carmat, Site de Carmat

Liens externes[modifier | modifier le code]