Carlson's patrol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carlson's patrol
Des guides originaires des Îles Salomon assistent les Marine Raiders à la poursuite des force japonaises à Guadalcanal en novembre 1942
Des guides originaires des Îles Salomon assistent les Marine Raiders à la poursuite des force japonaises à Guadalcanal en novembre 1942
Informations générales
Date 6 novembre 1942 - 4 décembre 1942
Lieu Guadalcanal, Îles Salomon
Issue Victoire alliée
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Protectorat britannique des Îles Salomon
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau des États-Unis Alexander Vandegrift
Drapeau des États-Unis Evans Carlson
Drapeau : Japon Hyakutake Haruyoshi
Drapeau : Japon Toshinari Shōji
Forces en présence
Drapeau des États-Unis ~700 Drapeau : Japon ~2 500
Pertes
Drapeau des États-Unis 16 morts,
17 blessés,
environ 225 malades
Drapeau : Japon 488 tués,
plus environ 200 morts de maladies, d'épuisement ou de faim
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Campagne de Guadalcanal
Terrestres

Tulagi et Gavutu–Tanambog · Tenaru · Edson's Ridge · Rivière Matanikau · Henderson Field · Offensive de la Matanikau · Koli Point · Carlson's patrol · Monts Austen

Navales
Île de Savo · Salomon orientales · Cap Espérance · Îles Santa Cruz · Bataille navale de Guadalcanal · Tassafaronga · Ke · Îles de Renell


Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Japon : Raid de Doolittle · Bombardements stratégiques sur le Japon · Iwo Jima · Okinawa · Opération Ten-go · Bombardements navals alliés sur le Japon · Bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki · Invasion des îles Kouriles · Reddition du Japon

Pacifique central : Pearl Harbor · Guam (1941) · Wake · Raid sur les îles Gilbert et Marshall · Mer de Corail · Midway · Raid de Makin · Tarawa · Makin · Kwajalein · Eniwetok · Saipan · Mer des Philippines · Guam (1944) · Tinian · Peleliu · Angaur

Pacifique du sud-ouest : Nauru · Invasion des Philippines (1941-1942) · Invasion des Indes orientales néerlandaises · Opérations de l'Axe dans les eaux australiennes · Campagne des îles Salomon · Campagne de Nouvelle-Guinée · Leyte · Golfe de Leyte · Mindoro · Luçon · Visayas · Palawan · Mindanao · Campagne de Bornéo (1945)

Asie du sud-est : Invasion de l'Indochine (1940) · Guerre franco-thaïlandaise · Invasion de la Thaïlande · Invasion de la Malaisie · Hong Kong · Singapour · Campagne de Birmanie · Raid sur Ceylan · Opération U-Go · Opératio Kita · Indochine (1945) · Détroit de Malacca


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

La Carlson’s patrol (Patrouille Carlson), également connue sous le nom de The Long Patrol ou Carlson's long patrol, est une opération menée par le 2nd Raider Battalion des Marine Raiders sous le commandement d'Evans Carlson à Guadalcanal durant la bataille de Guadalcanal contre l'armée impériale japonaise du 6 novembre au 4 décembre 1942. Au cours de cette opération, les Raiders ont marché à travers les lignes japonaises pour empêcher toute possibilité de retraite aux forces commandées par Toshinari Shōji, qui tentaient d'échapper à l'encerclement durant la bataille de Koli Point.

Dans une série d'engagements de petites unités sur plus de 29 jours, les Marine Raiders tuèrent près de 500 soldats japonais, déplorant seulement 16 tués dans leur camp. Les Raiders ont également capturé un canon d'artillerie japonais qui livrait des tirs de harcèlement sur « Henderson Field », le terrain d'aviation allié à Lunga Point.

Contexte[modifier | modifier le code]

Carte de Guadacanal.

Le 7 août 1942, les forces alliées (principalement des Marines) débarquèrent à Guadalcanal, sur les îles Salomon. Leur mission était d'empêcher les Japonais d'utiliser l'île comme base pour menacer les routes d'approvisionnement entre les États-Unis et l'Australie, et d'assurer les îles comme points de départ pour une campagne visant à isoler la grande base japonaise de Rabaul, tout en soutenant l'allié dans la campagne de Nouvelle-Guinée.

Entre le 1er et le 17 octobre, les Japonais ont perdu 15.000 soldats à Guadalcanal. Hyakutake a décidé que le principal objectif de son plan d'attaque serait le sud de Henderson Field. Sa 2e Division (augmentée par les troupes de la 38e Division), du lieutenant-général Maruyama Masao ont marché à travers la jungle et attaqué les défenses américaines du sud.

Alors que d'autres forces japonaises attaquent à l'ouest à Matanikau (à gauche), la 2e division Maruyama attaque le périmètre de Lunga du sud (à droite) Le 23 octobre, les forces de Maruyama par la jungle ont atteint les lignes américaines. Kawaguchi, de sa propre initiative, a commencé à passer sur l'aile droite à l'Est, estimant que les défenses américaines étaient plus faibles dans ce domaine. Ce soir-là, après avoir appris que les forces de gauche et de droite ont encore du mal à atteindre les lignes américaines, Hyakutake reporte l'attaque à 19h00 le 24 Octobre.

Le 24 octobre, les forces de Maruyama ont atteint les Américains à Lunga. Durant deux nuits, les forces de Maruyama ont mené de nombreuses attaques frontales sur les positions défendues par les troupes du 1er Bataillon des Marines du lieutenant-colonel Chesty Puller et 3e bataillon de l'armée américaine, du 164e régiment d'infanterie, commandé par le lieutenant-colonel Robert Hall. Plus de 1.500 soldats de Maruyama ont été tués dans les attaques tandis que les Américains ont perdu environ 60 soldats. Les unités de Shoji n'ont pas participé à ces attaques, choisissant de rester en place pour couvrir le flanc droit de Nasu contre une éventuelle attaque dans cette zone par les forces américaines.

Débarquement à Aola Bay en 1942.

À 08:00, le 26 octobre 1942, Hyakutake a annulé une nouvelle attaque et a ordonné à ses forces de se retirer.

À 05:30 le 4 novembre, deux compagnies du 2nd Marine Raiders Battalion, commandées par le lieutenant-colonel Evans Carlson, débarquent par bateau à Aola Bay, à 64 km à l'est de la pointe Lunga. Les troupes d'infanterie de l'armée américaine 147e Régiment devaient assurer la sécurité de la région alors qu'ils tentaient de construire un terrain d'aviation. L'effort de construction de l'aérodrome de Aola Bay avait été approuvé par William F. Halsey, commandant des forces alliées dans le Pacifique Sud zone et du contre-amiral Richmond K. Turner, de la marine américaine commandant des forces amphibies pour le Pacifique sud.

Le 2nd Marine Marine Raider Battalion était une unité unique dans le Corps des Marines. Contrairement au 1st Raider Battalion, qui mettait l'accent sur les tactiques de commandos, le bataillon de Carlson était formé pour opérer comme une force de guérilla. La formation comprenait l'accent sur les tactiques d'infiltration et menaient des exercices tactiques pendant la nuit. Le bataillon a été organisé en six compagnies d'infanterie autonomes et une compagnie de commandement. Avant d'atterrir à Guadalcanal, des éléments du bataillon s'était battus à la bataille de Midway en mai 1942.

Au début de novembre, Vandegrift craignait que les Japonais planifie une attaque sur le périmètre vers Lunga. À partir du 4 novembre, deux bataillons de Marines et deux bataillons de l'US Army ont attaqué et tenté d'encercler les hommes de Shoji à Gavaga Creek, près du village de Tetere dans le secteur de la pointe Koli. Pendant que ces troupes tentaient de détruire les forces de Shoji, Vandegrift ordonna à Carlson et à ses hommes de marcher à partir de Koli Point vers Aola Bay, à travers les lignes japonaises, pour couper toute possibilité de retraite aux soldats nippons.

La patrouille[modifier | modifier le code]

Carte des opérations de la patrouille de Carlson.

Au premières lueurs du jour, le 6 Novembre, Carlson et deux de ses compagnies, accompagnés un groupe d'éclaireurs et de transporteurs indigènes locaux commandés par le major John Mather de l'armée australienne et le sergent-major Jacob C. Vouza de la Force de police des îles Salomon, partirent d'Aolo et entamèrent la patrouille. Le groupe marchait le long d'un sentier dans la jungle au nord-ouest de la rivière Reko, et arrivent le 7 novembre. Au Reko, Carlson a appris que la mission chrétienne locale avait récemment été attaquée par les troupes japonaises qui avaient tué deux des missionnaires avant de passer à l'ouest. Remontant la rivière avec un peloton de soldats, Carlson a rencontré un petit groupe de Japonais qui a tiré et blessé grièvement l'éclaireur de la colonne. Les tirs de riposte des Marines ont tué deux soldats japonais et sont repartis. Le corps principal de Carlson est alors arrivé et la colonne à bivouaqué pour la nuit.

Le 8 novembre, la colonne a continué à travers la jungle au nord-ouest, en longeant la berge de la rivière Kena, et a passé la nuit au village de Tasimboko, 15 mi (24 km) de Aola Bay. Le lendemain, ils ont traversé les rivières et Berande Balasuna et atteint le village de Binu-10 mi (16 km) au sud-ouest de Tasimboko dans l'après-midi. Au Binou, à environ 3 km (4,8 km) au sud-est de Koli Point, Carlson a établi son camp de base et a bloqué le mouvement de toutes les forces japonaises de Koli, à l'est et au sud.

Les trois autres compagnies du 2nd Marines Raiders Battalion sont arrivées à Aola le 8 novembre. Le 9 novembre, ils ont débarqué à Tasimboko et, le 10 novembre ont marché vers le camp Binu pour rejoindre le reste du bataillon. Sur le chemin, les Marines ont rencontré un petit groupe de soldats japonais avant d'arriver à Binu dans l'après-midi du même jour. Pendant ce temps, Hyakutake a abandonné ses positions à Koli et à rejoint les forces japonaises à Kokumbona dans la région de Matanikau. Bien que les forces américaines avaient presque complètement encerclé les troupes Shoji, le long du ruisseau Gavaga à Koli, un chemin existait par le biais d'un ruisseau marécageux dans la partie sud des lignes américaines. Profitant de cette route, les hommes de Shoji ont commencé à s'échapper. Les Américains ont comblé la brèche dans leurs lignes, le 11 novembre, mais entretems, Shoji et 3.000 de ses hommes s'étaient échappés dans la jungle au sud.

Le 11 novembre, Carlson a envoyé quatre de ses compagnies les «C», «D», «E» et «F» pour patrouiller dans la zone située au nord et à l'ouest du Binou. La compagnie «B», est resté derrière pour assurer la sécurité du camp de base de Binu. À 10h00, la Compagnie C, ce qui avait marché directement à l'ouest vers le village de Asamana, a rencontré les troupes de Shoji près de la rivière Metapona et a été rapidement clouée au sol. Carlson a répondu en dirigeant les compagnies D et E pour attaquer les forces japonaises dans deux directions différentes.

Alors que les groupes D et E se déplaçaient dans la direction du C, il s ont rencontré de grandes concentrations de soldats japonais. À 15:00, la compagnie D commandée par le capitaine Charles-McAuliffe avec neuf de ses hommes entrait de façon inattendue dans le camp de base de Binu. McAuliffe a signalé à Carlson que, peu après, il état entré en contact avec les forces japonaises, lui et un de ses escadrons étaient coupés du reste de sa compagnie. McAuliffe et les hommes avec lui avaient décidé de battre en retraite vers le camp de base. McAuliffe a signalé que, dans la mesure où il le savait, le reste de sa compagnie avait été anéantie. Peu de temps après, cependant, le reste de la compagnie D est arrivé au camp de base, dirigé par le sergent George Schrier, après avoir réussi à se dégager de l'échange de tirs.

Avec la compagnie F, qui était rentrée au camp de base, Carlson s'est dirigé vers l'endroit où la compagnie C a été engagée, arrivant sur les lieux à 16:30. Carlson a ordonné à F d'attaquer les positions japonaises face à la compagnie C à 17:15. Dans le même temps, les troupes japonaises quittaient la zone.

Carlson a ensuite pris la compagnie B et retourné à la zone de la compagnie F, en arrivant à l'aube du 12 novembre. Les Marines ont perdu 10 soldats dans des actions durant la journée et ont estimé qu'ils avaient tué 120 soldats japonais.

Carlson et les deux compagnies, ont marché vers l'ouest en direction du village d'Asamana sur la rivière Metapona. Lors de la traversée de la rivière, les Marines Raiders ont capturé deux soldats japonais et ont tué un troisième qui se trouvait dans un bateau, puis ont attaqué et occupé Asamana, surprenant et tuant plusieurs soldats japonais dans le village. Les panneaux en japonais dans le village indiquaient qu'il était utilisé comme un lieu de ralliement pour les forces Shoji. Occupant des positions défensives autour du village et de la rivière, les Marines ont tué 25 soldats japonais qui approchait du village pendant le reste de la journée.

Marine Raiders traversant un terrain à découvert durant la patrouille

La bataillon de Carlson reçoit l'ordre de se rendre à la partie supérieure du fleuve Tenaru et de patrouiller autour de la rivière Lunga-Lunga, au sud du périmètre de la piste, les Japonais avaient utilisé pour positionner leurs hommes et du matériel pour leurs assauts pendant la bataille d'Henderson Field. Les Raiders de Carlson ont détruit plusieurs pièces d'artillerie japonaise qui avaient lancé des tirs de harcèlement contre Henderson pendant plusieurs semaines. Les Raiders ont par ailleurs mis en place le nouveau camp de base à environ 2 km (3,2 km) au sud-est du périmètre de Lunga. le 20 novembre, ils se sont reposés jusqu'au 24 novembre.

Le 27 novembre, le bataillon a déménagé six kilomètres en amont de la rivière Tenaru et a construit deux bases auxiliaires en amont et en aval.

Le 30 novembre, les Raiders ont trouvé un canon japonais de 75 mm de montagne et canon anti-char de 37 mm mis en place sur une crête à environ 4 km (6,4 km) au sud du périmètre de Lunga. Une escouade de six Marines de la compagnie F patrouillait près du lieu où les armes à feu ont été découvertes, ils sont entrés dans un camp japonais et se sont retrouvés parmi les quelque 100 soldats japonais se reposant sous des abris avec leurs armes empilées autour des arbres dans le centre du camp. Dans la mêlée qui en résulta, les Américains ont tué environ 75 Nippons.

Les attaquants se reposèrent le 1er décembre et ont reçu du ravitaillement par largage. Le 2 décembre, Carlson déploya ses patrouilles autour de la rivière Lunga. La compagnie B a découvert 10 Japonais qui campaient près de la rivière. Les autres compagnies n'ont rencontré aucun Japonais, mais ont découvert un autre canon de 75 mm de montagne. En fin de journée, Carlson reçut l'ordre de mettre fin à la patrouille et de ramener ses troupes dans le périmètre de Lunga.

Le 3 décembre, Carlson a envoyé les compagnies C, D, et E vers la rivière de Tenaru et les compagnies A, B, F vers l'ouest en direction du mont Austen. Les compagnies C, D, et E ont atteint le bas de Tenaru et entrèrent dans les lignes amies à la pointe Lunga sans incident. Les compagnies A, B et F, ont rencontré une patrouille japonaise près du sommet du mont Austen. Dans un combat très rapproché dans la jungle, 25 Japonais ont été tués et quatre Marines ont été grièvement blessés, dont l'un est décédé plus tard.

Le lendemain, les compagnies A, B, F sont retournés dans le périmètre de Lunga près de la rivière Matanikau. Sur le chemin, la colonne de Marine a été pris en embuscade par une mitrailleuse japonaise qui a tué quatre Raiders. Sept Japonais furent également tués au cours de ce combat. La patrouille ne rencontra plus d'opposition et est rentrée dans les lignes alliées à la pointe Lunga dans l'après-midi.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Alors que Carlson terminait sa patrouills, Les survivants des troupes de Shoji réussirent à atteindre les lignes de défenses nippones à l'ouest de la rivière Matannikau. En plus des pertes exclusivement dues aux attaques du 2nd Marine Raiders Battalion, ces troupes souffrirent gravement de la faim et des maladies tropicales, sur les 1300 soldats qui avaient entamé la retraite seulement entre 700 et 800 d'entre eux parvinrent ainsi à rejoindre ces lignes.

Le bataillon de Carlson, au cours de sa patrouille de 29 jours et d'environ 240 kilomètres à pied parcours, perdant de son côté 16 hommes et 17 blessés, affirma avoir tué 488 Japonais. Les Américains souffrirent également diverses maladies, comme la malaria, la dysenterie ou la dermatophytose mais aussi d'épuisement physique. En raison d'une importante partie de ses hommes désormais déclarés inaptes au combat consécutivement à la patrouille, le 2nd Raider Battalion, une fois évacué de Guadalcanal vers Espiritu Santo, ne participa à nouveau des opérations des combats qu'en novembre 1943 sur Bougainville.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]