Carlos Finlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Finlay.
Carlos J. Finlay.

Carlos J. Finlay est un médecin cubain né le 3 décembre 1833 à Puerto Principe (la ville actuelle de Camagüey), à Cuba[1], et mort le 20 août 1915 à La Havane. Il naît sous le nom de Juan Carlos Finlay et il changera l’ordre de ses prénoms à l'adolescence, à son retour d'études à l'étranger.

Carlos est le fils d’Edward Finlay, ophtalmologiste écossais, et de la Française Eliza de Barrès, qui ont officiellement changé de prénom pour s'appeler Edouardo et Isabel peu après leur arrivée à Cuba[1]. Il commence ses études en Allemagne à l'âge de 13 ans, puis étudie au lycée de Rouen et obtient son titre de docteur à l’École de médecine Jefferson de Philadelphie en 1855. Il complète sa formation à La Havane et, de 1860 à 1861, à Paris.

Après avoir brièvement exercé à Lima, il part vivre à Trinité en 1868, lorsque la guerre des Dix Ans éclate, les Espagnols le sachant sympathisant des rebelles. Il retourne à Cuba en 1870.

En 1865, Finlay fait parvenir un article à l’Académie des sciences de La Havane où il expose une théorie esquissant un lien entre les conditions météorologiques et la fièvre jaune. Carlos Finlay devient célèbre pour ses travaux pour identifier le moustique responsable de la transmission du virus de la fièvre jaune. Il complète sa théorie par la préconisation du contrôle des populations de moustiques comme méthode de lutte contre la maladie. Si son travail paraît dans les années 1870, il n’est reconnu qu’en 1900. Il est le premier à affirmer, en 1881, qu’un moustique est nécessaire pour la transmission de la fièvre jaune. Un moustique piquant une personne infectée peut ensuite infecter une personne saine. La vérité de sa théorie est démontrée par une commission médicale américaine dirigée par le docteur Walter Reed en 1900, ce qui permet d'enrayer la maladie grâce au lancement de programmes de lutte contre les moustiques dans tout Cuba et la zone du canal de Panama, où les travaux ont été arrêtés.

Il fait partie, en 1881 et en 1903, de la délégation représentant Cuba à la Conférence internationale sur la santé qui se tient à Washington. Il préside la commission sur les maladies infectieuses de La Havane de 1899 à 1902. En 1909, il devient président d’honneur de la Junta Nacional de Sanidad y Beneficencia. Le gouvernement de l’île crée, en son honneur, l’Institut de recherche Finlay de médecine tropicale.

Le général Leonard Wood (1860-1927), médecin et gouverneur militaire de Cuba en 1900, déclara : « La confirmation de l’hypothèse du docteur Finlay est la plus grande étape de la médecine depuis la découverte, par Jenner, de la vaccination. »

Le docteur Reed n'ayant pas mentionné les théories et les études de Finlay dans son premier rapport, ce n'est qu'en 1954 que le Congrès international de l'histoire de la médecine reconnaît le mérite de la contribution de Finlay.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) J.A. Sierra, « Dr. Carlos Finlay », sur historyofcuba.com (consulté le 3 décembre 2013).