Carlos Diegues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carlos Diegues

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carlos Diegues en 2014.

Naissance 19 mai 1940 (74 ans)
Maceió (Alagoas, Brésil)
Nationalité brésilien
Profession Réalisateur
Films notables Xica da Silva

Carlos Diegues est un réalisateur brésilien, né le 19 mai 1940 à Maceió (Alagoas, Brésil). C'est un des membres les plus connus du mouvement du Cinema Novo. Carlos Diegues s'est efforcé de concilier le Cinema Novo et le cinéma populaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carlos Diegues s'est inspiré à la fois du néo-réalisme italien et de la Nouvelle vague française, un cinéma d’introspection sociale et politique, engagé, s’intéressant à cette matière première qu’est l’Histoire, avec la volonté de participer à la constitution d’une conscience nationale[1].

De 1960 à 1962, il conçoit et présente plusieurs courts métrages, dont un consacré à l’une des plus populaires école de samba de Rio de Janeiro, et constituant, avec quatre autres courts métrages de quatre autres jeunes réalisateurs brésiliens, Cinco vezes Favela. En 1963, il réalise un premier long métrage, Ganga Zumba, avec Léa Garcia, plutôt conventionnel, sur un sujet qui l’est moins, la révolte des esclaves noirs dans le Brésil du XVIIe siècle. Il se passionne dès ses premières réalisations pour la communauté noire et la musique de son pays[2]. En 1966, il propose au public La Grande Ville (A grande cidade), narrant le désarroi d'une paysanne du Nord-Est, Luzia, venue chercher le bonheur dans la cité de Rio de Janeiro. Il sort en 1973 Jeanne, la Française avec Jeanne Moreau dans le rôle principal, puis en 1976, Xica da Silva , son plus grand succès [3].

Dans les années 1980, plusieurs de ses films sont sélectionnés au Festival de Cannes, dont Bye Bye Brasil en 1980, Quilombo en 1984 et Rio zone en 1987. En 1990, le président Fernando Collor de Mello étrangle les productions cinématographiques au Brésil, en fermant les institutions, les organismes et les circuits qui favorisaient cette activité. En 1993, son successeur, le président Itamar Franco remet en place des organismes et des dispositifs encourageant la production brésilienne pour le cinéma et la télévision[4]. Après avoir réalisé Regarde cette chanson en 1994 et Tieta do Agreste en 1996 , il remixe en 1999 Orfeu Negro, de Marcel Camus, en repartant du texte d'origine du poète Vinícius de Moraes, Orfeu da Conceiçâo[5]. En 2006, son seizième long-métrage, Le Plus grand amour du monde (O Maior Amor do Mundo) est présenté au public, avec la jeune actrice Taís Araújo et une autre actrice qui a participé régulièrement à ses projet depuis ses débuts, Léa Garcia.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Webographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]