Carlos Chagas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carlos Chagas (homonymie).

Carlos Justiniano Ribeiro Chagas

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carlos Chagas

Naissance 9 juillet 1879
Oliveira (Minas Gerais)
Décès 8 novembre 1934
Rio de Janeiro, Brésil
Profession
Famille

Carlos Justiniano Ribeiro Chagas, ou Carlos Chagas (né à Oliveira, (Minas Gerais, Brésil) le 9 juillet 1879 – décédé à Rio de Janeiro le 8 novembre 1934), est un médecin brésilien. Il découvre en 1909 la maladie de Chagas, aussi appelée trypanosomiase américaine, alors qu'il travaille à l'Institut Oswald-Cruz de Rio de Janeiro. Le travail de Chagas est unique dans l'histoire de la médecine, il fut en effet le seul chercheur à décrire complètement une nouvelle maladie infectieuse en allant du vecteur (Triatominae) jusqu'à l'épidémiologie en passant par l'agent pathogène, l'hôte et les manifestations cliniques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chagas est le fils de José Justiniano das Chagas, un cultivateur de café du Minas Gerais, et Mariana Cândida Chagas. Après ses études secondaires à Itu, São Paulo et São João del-Rei, il rejoint l'École des Mines à Ouro Preto, mais change en 1897 pour l'École de Médecine de Rio de Janeiro, poussé par son oncle, médecin et propriétaire d'un hôpital de la ville. Il obtient son diplôme en 1902 et son doctorat en médecine l'année suivante avec une thèse sur l'hématologie du paludisme, puis travaille au nouvel institut de recherche médicale créé par Oswaldo Cruz (1872-1917), médecin réputé et, plus tard, ami et collègue.

Après une brève période en tant que médecin dans l'arrière-pays, Chagas accepte un poste dans les autorités portuaires de Santos (São Paulo) avec comme mission de combattre l'épidémie de paludisme qui affecte les travailleurs. C'est là qu'il a l'ingénieuse idée d'utiliser du pyrèthre, un insecticide naturel, pour désinfecter les habitations. Il obtient avec cette méthode d'étonnants succès. La publication de ses travaux sur cette méthode sert ensuite de base pour la prévention du paludisme partout autour du monde et est adoptée par un service du ministère de la Santé du Brésil, établi précisément pour cet objectif.

La découverte de la maladie de Chagas[modifier | modifier le code]

Trypanosoma cruzi, découvert par Carlos Chagas

En 1906, Chagas retourne à Rio de Janeiro et rejoint l'Institut Oswald-Cruz, où il travaillera le reste de sa vie. En 1909, il est envoyé par l'Institut dans la petite ville de Lassance, à côté du Rio São Francisco, pour combattre un début d'épidémie de paludisme parmi les travailleurs d'une nouvelle voie de chemin de fer reliant la ville de Belém dans l'Amazone. Il y reste les deux années suivantes et observe rapidement la curieuse infestation des maisons rurales par un insecte hématophage du genre Triatoma, une sorte de « punaise assassine » ou punaise « embrassante » (barbeiro ou "barbier" en portugais, appelé ainsi parce qu'il suce le sang la nuit en mordant le visage de ses victimes). Il découvre que les intestins de ces insectes contiennent un protozoaire flagellé, une nouvelle espèce du genre Trypanosoma, et est capable de prouver expérimentalement qu'il peut être transmis à des ouistitis mordus par un insecte infecté. Chagas nomme ce nouveau parasite Trypanosoma cruzi[1] en l'honneur de Oswaldo Cruz et plus tard cette année Schizotrypanum cruzi[2] puis à nouveau Trypanosoma cruzi[3].

La forte présence de l'insecte vecteur dans les habitations et sa capacité à mordre les humains laissent à penser, selon Chagas, que le parasite pourrait être la cause de maladies humaines. Il fait ainsi des prélèvements sanguins et, le 23 avril 1909, découvre pour la première fois le même parasite dans le sang d'une petite fille de trois ans. Il observe également des inclusions parasitiques dans le cerveau et le myocarde, ce qui peut expliquer un certain nombre de manifestions cliniques chez les personnes malades. Il termine de plus la proposition de cycle de vie du parasite en suggérant que le tatou pouvait être son réservoir naturel. Afin de compléter son travail sur la pathologie de la nouvelle maladie, Chagas décrit 27 cas de la phase aiguë de la maladie et réalise plus de 100 autopsies sur des patients victimes de la phase chronique.

Son travail en protozoologie et en médecine tropicale lui vaut rapidement une renommée aussi bien locale qu'internationale. Élu à l'Académie nationale de médecine, il reçoit le 22 juin 1912 le prestigieux prix Schaudinn, devant d'autres brillants scientifiques comme Paul Ehrlich (1854-1915), Émile Roux (1853-1933), Ilya Mechnikov (1845-1916), Alphonse Laveran (1845-1922), Charles Nicolle (1866-1936) ou Sir William Boog Leishman (1865-1926) (nombre d'entre eux ont déjà ou obtiendront le prix Nobel de médecine).

Chagas est également le premier à découvrir un genre de champignon parasite, Pneumocystis, dans les poumons des animaux infectés par le trypanosome sur lesquels il mène ses expériences. Mais sur le moment, il ne le distingue pas comme un organisme différent de T.cruzi et rassemble les deux organismes sous le genre Schizotrypanum, accommodant de ce fait les deux cycles biologiques. Mais, cette découverte amène d'autres scientifiques à une investigation plus poussée et finalement à décrire Trypanosoma comme un genre distinct de Pneumocystis, maintenant classé parmi les fungi. Chagas, suit de près la littérature spécialisée et confirme rapidement la distinction, adoptant à nouveau le nom Trypanosoma cruzi donné à l'origine. Pneumocystis est actuellement lié à une autre maladie, la pneumocystose, causée par une espèce (P. jirovecii).

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Carlos Chagas vers 1925, in: Pasteuriens et personnalités du monde médical, 1868- 1970, disponible sur Gallica

.

Après la mort de son mentor Oswaldo Cruz en 1917, Chagas accepte la place de directeur de l'Institut Oswald-Cruz, poste qu'il garde jusqu'à son décès en 1934. De 1920 à 1924, il est également directeur du département de la Santé du Brésil. Chagas est très actif dans l'organisation de soins spéciaux, dans les services de prévention et dans les campagnes contre les épidémies de grippe espagnole, les maladies sexuellement transmissibles, la lèpre, en pédiatrie, la tuberculose et les maladies rurales endémiques. Il crée une école d'infirmière et est le créateur du concept de médecine sanitaire, de la première chaire de médecine tropicale et des études du troisième cycle en hygiène.

La découverte de Chagas est reconnue chez lui et à l'étranger comme l'un des plus importants succès en parasitologie. Il est pressenti deux fois pour le prix Nobel de médecine (en 1913 et 1921) mais ne le reçoit jamais, probablement à cause la position hostile de l'institution médicale brésilienne vis-à-vis de la distinction à l'époque.

Il meurt d'une crise cardiaque aiguë à l'âge de 55 ans.

Un de ses fils, le docteur Carlos Chagas Filho (1910-2000), était un éminent scientifique internationalement reconnu dans le domaine de la neurophysiologie et président de l'Académie pontificale des sciences. Un autre fils, Evandro Chagas (1905-1940), mort accidentellement à l'âge de 35 ans, fut également médecin et chercheur en maladies tropicales. Un important institut biomédical de Belém, dans l'État du Pará, porte son nom (Instituto Evandro Chagas).

Carlos Chagas était membre de l'Académie roumaine.

Abréviation en botanique[modifier | modifier le code]

Pour ses travaux en mycologie et phycologie, une abréviation en botanique lui est attribué.

Chagas est l’abréviation botanique officielle de Carlos Chagas.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chagas C (1909a). "Neue Trypanosomen". Vorläufige Mitteilung. Arch. Schiff. Tropenhyg. 13: 120-122.
  2. Chagas C (1909b). "Nova tripanozomiase humana: Estudos sobre a morfolojia e o ciclo evolutivo do Schizotrypanum cruzi n. gen., n. sp., ajente etiolojico de nova entidade morbida do homem". Mem Inst Oswaldo Cruz 1 (2): 159-218 (New human trypanosomiasis. Studies about the morphology and life-cycle of Schizotripanum cruzi, etiological agent of a new morbid entity of man.
  3. Redhead SA, Cushion MT, Frenkel JK, Stringer JR (2006). "Pneumocystis and Trypanosoma cruzi: nomenclature and typifications". J Eukaryot Microbiol 53 (1): 2-11. PMID 16441572.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]