Carl Schlechter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carl Schlechter.

Carl Schlechter (2 mars 1874 à Vienne, Autriche - 27 décembre 1918 à Budapest, Hongrie) est un joueur d'échecs autrichien qui a annulé un match contre le champion du monde Emanuel Lasker en 1910. Il était également compositeur de problèmes d'échecs.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Victoires dans les tournois[modifier | modifier le code]

Schelchter débuta aux échecs en 1890, à l'âge de 16 ans[1]. Il remporta de nombreux tournois :

Schelchter, 3e joueur assis, entre Lasker (à gauche), Rubinstein (de face) et Tarrasch (à droite) au tournoi de Berlin 1918. (L'organisateur est debout.)

Schlechter disputa une cinquantaine de tournois durant sa carrière et finit rarement au delà de la quatrième place. Lors du très fort tournoi d'Hastings 1895, il finit neuvième avec 11 points sur 21 en ayant battu le vainqueur Harry Nelson Pillsbury. En 1896, il termina deuxième à Vienne, 4e-5e du tournoi de Budapest remporté par Mikhaïl Tchigorine et Rudolf Charousek et 7e-8e du très fort tournoi de Nuremberg remporté par Emanuel Lasker. En 1898, il finit cinquième du tournoi de Vienne remporté par Tarrasch devant Pillsbury. En 1899, il fut cinquième du tournoi de Londres remporté par Lasker et deuxième à Vienne. À Monte Carol, il termina deuxième en 1901 (+9 -2 =6) derrière Janowski, puis cinquième en 1902, quatrième (+12 -4 =10) en 1903 et deuxième (+4 =6) en 1904, un demi-point derrière Maroczy. En 1905, il finit 4e-5e à Barmen et 4e à Ostende. En 1896, il termina 3e-4e à Nuremberg (victoire de Frank Marshall), puis 4e-5e à Karlsbad en 1907 (victoire de Rubinstein), deuxième du tournoi de grand-maîtres d'Ostende 1907 derrière Tarrasch. En 1911, il finit deuxième du tournoi de Karslbad (+13 -4 =8), ex æquo avec Rubinstein et derrière Teichmann. En 1912, il termina quatrième à Breslau et 4e-6e à Pistyan, puis quatrième à Vienne en 1913. Schlechter fut absent du tournoi de grands maîtres de Saint-Pétersbourg en 1914

Championnat du monde (1910) et principaux matchs[modifier | modifier le code]

Le point culminant de sa carrière est la rencontre, titre mondial en jeu, contre Emanuel Lasker en janvier-février 1910, à Vienne (parties 1 à 5) et à Berlin (cinq dernières parties). Il doit accepter les exigences du champion du monde, notamment la nécessité pour le challenger de vaincre avec deux points d'avance pour s'emparer du titre. Les deux joueurs sont à égalité après la 10e partie (+1-1=8). Lasker lui propose de continuer, mais Schlechter, fatigué, renonce.

D'un tempérament doux et peu agressif, Schlechter avait la réputation de jouer pour annuler. Tarrasch l'appela le « Maitre de la nulle ». Il fut accusé d'annuler ses parties contre les plus forts maîtres et de battre les joueurs les plus faibles. Sur 32 parties contre Geza Maroczy, il en aurait annulé 29[1] ! Cependant, lors de la dernière ronde du match contre Lasker, il attaqua au lieu de jouer pour la nulle.

En 1893, à Vienne, il annula un match contre Georg Marco (0-0, =10). En 1894, il annula un autre match contre Marco (4-4, =3). En 1896, il fit match nul avec David Janowski à Vienne (2-2, =3), puis en 1899 contre Alapine (1-1, =4).

En 1902, il battit Janowski en match à Karlsbad : 6-1 et trois nulles. En 1911, il fit match nul avec Siegbert Tarrasch : 8 à 8 (3-3, =10).

En janvier 1918, Schlechter perdit un match contre Akiba Rubinstein à Belin : 2,5 à 3,5. En avril-mai, il finit deuxième d'un tournoi à quatre à Berlin (derrière Vidmar et devant Mieses et Rubinstein). En novembre-décembre, il finit troisième d'un tournoi à quatre remporté par Emanuel Lasker Il mourut le 27 décembre 1918 d'une pneumonie ou de faim à Budapest[1].

Contributions à la théorie des ouvertures[modifier | modifier le code]

Il fut cependant un grand théoricien, rédigeant une monographie importante sur le gambit du roi accepté.

Pendant vingt ans, de 1899 à 1918, Schlechter fut l'éditeur de la revue d'échecs allemande Deutsche Schachzeitung et de la rubrique d'échecs du Allgemeine sport Zeitung.

De 1912 à 1916, Schlechter édita la huitième édition du manuel d'ouverture, le Handbuch, de Bilguer. Cette huitième et dernière édition du handbuch, longue de plus de mille page, parut en 1916. Elle devint la référence sur les ouvertures.

Parmi les contributions de Schlechter, il a innové dans

Plusieurs variantes portent son nom :

  • La variante Schlechter est une sous-variante de la variante Worrall (6. De2 b5 ; 7. Fb3 O-O ; 8. c3 d5),
  • L'attaque Schlechter est une variante de l'attaque Max Lange,
  • La défense Schlechter est une variante du gambit danois
  • La défense Schlechter est une variante de l'Espagnole ouverte (8. a4 Cxd4) jouée lors du championnat du monde 1910 contre Lasker,
  • la défense Schlechter est une variante du Gambit Allgaier analysée par Schlechter en 1899,
  • La variante Schlechter ou attaque Rubinstein est une sous-variante de la variante Tarrasch du Gambit de la Dame qui a été introduite par Schlechter dans sa partie contre Douz-Khotimirski à Prague en 1908 et fut reprise par Rubinstein l'année suivante.
  • La variante Schlechter est une variante de la défense slave (1. d4 d5 2. c4 c6 3. Cc3 Cf6 ; 4. Cc3 g6 ou 4. e3 g6) ou par transposition de la défense est-indienne ; Schlechter la joua lors de son match contre Lasker en 1910.
  • La variante Berger-Schlechter est une variante de la défense berlinoise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Harry Golombek (éditeur) The Penguin Encyclopaedia of Chess, Penguin, 1981, p.428-429

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]