Carl Joseph Begas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carl Joseph Begas

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carl Joseph Begas dans le cercle de famille

Naissance 30 septembre 1794
Heinsberg
Décès 24 novembre 1854 (à 70 ans)
Berlin
Pays de résidence Drapeau de la Confédération germanique Confédération germanique
Profession Peintre
Distinctions
Peintre de la cour de Frédéric-Guillaume IV
Descendants

Carl Joseph Begas, né le 30 septembre 1794 à Heinsberg et mort le 24 novembre 1854 à Berlin, est un peintre allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carl Joseph Begas (ou Begasse) descend d'une famille huguenote. Il fait son apprentissage à Cologne et à Bonn et se rend à Paris pendant l'année 1813 pour étudier dans l'atelier de Gros. L'année suivante il est appelé à Berlin et reçoit une bourse du roi Frédéric-Guillaume III. Il fait un voyage en Italie en 1822 et fait partie du groupe des Nazaréens. C'est à cette époque qu'il signe désormais Begas, forme plus germanique que Begasse, et qu'il est admis à l'Académie des arts de Berlin. Il en est nommé professeur en 1826. On compte parmi ses élèves Frédérique O'Connell, connue alors sous son nom de jeune fille Émilie-Auguste Miethe[1].

Il évolue ensuite vers le mouvement romantique de Düsseldorf et devient l'un des représentants les plus significatifs du romantisme pictural. En plus de sujets historiques, il peint de plus en plus des portraits.

Frédéric-Guillaume IV le nomme peintre de la cour en 1846. Ses quatre fils seront aussi artistes: le peintre et sculpteur Reinhold Begas (1831-1911), le sculpteur Carl Begas (1845-1916), le peintre Oskar Begas (1828-1883) et Adalbert Begas.

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Vers l'âge de dix-huit ans, Émilie-Auguste Miethe entra dans l'atelier du peintre le plus en renom dans Berlin, Charles-Joseph Bégas. Ce professeur la fit dessiner pendant quelque temps sous ses yeux, et lui permit bientôt de prendre la palette. Elle commença chez lui son premier tableau. » Philippe Burty « L'atelier de Madame O'Connell » dans la Gazette des beaux-arts Tome V, Paris 1860, pp.350-351