Carl Hirschmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carl Hirschmann, né le 5 septembre 1980[1], est un homme d'affaires franco-suisse multi-millionaire[2]. Personnalité de la vie nocturne zurichoise, il a été impliqué dans plusieurs scandales sexuels.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carl Hirschmann est le petit-fils du fondateur de la compagnie aérienne Jet Aviation, Carl W. Hirschmann, dont il a hérité en 2009 plusieurs centaines de millions de francs suisses[3].

En 2007, Hirschmann a ouvert le nightclub Saint Germain dans la Bahnhofstrasse de Zurich, qu'il a fermé à la fin 2011 après plusieurs scandales et la mort de son père[4], autorisant le Theater Neumarkt à l'utiliser comme salle provisoire[5]. En octobre 2011, la presse suisse a rapporté qu'Hirschmann avait l'intention d'ouvrir un nouveau nightclub, Le Baron, à Mayfair (Londres)[6]. Il a démenti être impliqué dans ce projet[2].

Poursuites criminelles[modifier | modifier le code]

Hirschmann a été accusé de plusieurs crimes[7], qu'il a tous niés[8].

En 2004, il a été arrêté pour avoir eu des relations sexuelles avec sa petite amie de 14 ans. L'enquête a été abandonnée car ils ont tous deux déclaré que ces relations n'avaient eu lieu qu'en Allemagne, où l'âge de consentement est de 14 ans[9]. En 2009, une cour de Bâle a condamné Hirschmann pour avoir agressé une femme et son ami dans un nightclub l'année précédente ; il a reçu une amende de 55 000 francs[10]. Cette condamnation a été annulée en 2010, après que les victimes ont retiré leur plainte[8]. En 2010, Hirschmann a été accusé d'avoir battu une femme avec ses poings et une barre de fer, et il a dû quitter l'hôtel Dolder Grand (en), où il résidait[9].

En septembre 2011, la cour de district de Zurich a condamné Hirschmann pour de multiples charges de relations sexuelles sous contrainte, relations sexuelles avec des mineurs, coercition et blessures, et lui a infligé une peine de 33 mois d'emprisonnement, dont 19 avec sursis. Sa caution a été fixée à 5 millions de francs suisses[11]. La cour a jugé qu'Hirschmann avait obligé deux femmes à pratiquer des fellations et qu'il avait eu des relations sexuelles avec une adolescente de 15 ans[11]. Hirschmann a plaidé non-coupable, affirmant que les relations sexuelles en question étaient librement consenties et que les accusations de violences étaient fausses[12]. Il a fait appel de sa condamnation[6].

Le Tribunal fédéral (TF) déboute Carl Hirschmann et le condamne, en février 2014, à trente-deux mois de prison, dont vingt avec sursis. Il lui est reproché, à l'encontre d'une mineure de quinze ans, des actes d'ordre sexuel et de la contrainte sexuelle[13],[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « VIP-Lexikon: Carl Hirschmann », sur Schweizer Illustrierte (consulté le 10 septembre 2011)
  2. a et b (de) (en) Sacha Ercolani, « Jetzt redet Carl Hirschmann », Der Sonntag,‎ 5 novembre 2011 (lire en ligne)
  3. Le millionnaire Carl Hirschmann condamné à 33 mois de prison, 9 septembre 2011
  4. (en) « Hirschmann schliesst das Saint Germain », Aargauer Zeitung,‎ 26 octobre 2010 (lire en ligne)
  5. (en) « Hirschmann auf Theater-Schiene », Neue Zürcher Zeitung,‎ 15 mars 2011
  6. a et b (de) (en) « Carl Hirschmann macht in London weiter », Tages-Anzeiger,‎ 30 octobre 2011 (lire en ligne)
  7. (en) Thomas Knellwolf, « Das Ende des Systems Saint Germain », Tages-Anzeiger,‎ 10 septembre 2011 (lire en ligne) :

    « Jahrelang hatten Betroffene Anzeigen gegen Hirschmann zurückgezogen und erhielten dafür Geld. Strafverfahren mussten reihenweise eingestellt werden. »

  8. a et b (en) Vincenzo Capodici, « Die Strafverfahren gegen Carl Hirschmann », Tages-Anzeiger,‎ 6 septembre 2011 (lire en ligne)
  9. a et b (en) « Carl Hirschmann in Bedrängnis », Neue Zürcher Zeitung,‎ 30 mars 2010 (lire en ligne)
  10. (en) Marcel Gyr, « Carl Hirschmann schuldig », Neue Zürcher Zeitung,‎ 3 décembre 2009 (lire en ligne)
  11. a et b (en) Vincent Capodici, « Hirschmann muss 14 Monate Haft absitzen », Tages-Anzeiger,‎ 9 septembre 2011 (lire en ligne)
  12. (en) Vincent Capodici, « Hirschmanns Anwältin zerpflückt die Opfer-Aussagen », Tages-Anzeiger,‎ 8 septembre 2011 (lire en ligne)
  13. http://www.rts.ch/info/regions/autres-cantons/5590271-deboute-par-le-tf-le-jet-setteur-zurichois-carl-hirschmann-ira-en-prison.html
  14. Carl Hirschmann purgera bel et bien un an de prison ferme 6 février 2014, Le Matin

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]