Cardinal secrétaire d'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cardinal secrétaire d'État préside la secrétairerie d'État du Saint-Siège, qui est un des plus anciens mais aussi des plus importants dicastères de la Curie romaine, créé par le pape Innocent VIII par la Constitution apostolique Non debet reprehensibile, le 31 décembre 1487[1].

Rôle du secrétaire d'État du Saint-Siège[modifier | modifier le code]

Chargé des affaires politiques et diplomatiques du Saint-Siège[2], le secrétaire d'État est aussi considéré comme le « premier ministre » de l'État de la Cité du Vatican, et représente le Souverain pontife, chef de cet État, dans les rapports avec les États et les autres sujets de droit international, pour les relations diplomatiques et les conclusions de traités[3]. Comme tous les autres chefs de dicastère, il est nommé par le pape.

Seul un cardinal peut être nommé secrétaire d'État. Les fonctions peuvent cependant être assumées par un archevêque, qui prend alors le titre de « pro-secrétaire d'État », soit lors du décès ou de la démission du secrétaire d'État, soit en attente de sa création cardinalice, soit parce que le pape en assume lui-même la charge[4].

À la mort du pape, le cardinal secrétaire d'État quitte ses fonctions, comme les autres chefs de dicastères. Pendant la vacance du siège apostolique (sede vacante), il est membre d'une commission avec le camerlingue[5] et le président de la Commission pontificale pour l'État de la Cité du Vatican pour exercer certaines des fonctions du chef de l'État.

Mgr Pietro Parolin, précédemment nonce apostolique au Venezuela est le secrétaire d’État depuis le 15 octobre 2013.

Liste des cardinaux secrétaires d'État[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

1pro-secrétaire d'État entre le 14 mars et le 15 août 1800

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

²pro-secrétaire d'État entre 1831 et 1836

XXe siècle[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Secrétairerie d'État sur le site du Vatican.
  2. Jean-Paul II, Constitution apostolique Pastor Bonus 28 juin 1988
  3. Jean-Paul II, Legge fondamentale dello Stato della Città del Vaticano (26 novembre 2000, art. 2 : La rappresentanza dello Stato nei rapporti con gli Stati esteri e con gli altri soggetti di diritto internazionale, per le relazioni diplomatiche e per la conclusione dei trattati, è riservata al Sommo Pontefice, che la esercita per mezzo della Segreteria di Stato.
  4. Comme c'était le cas pendant le pontificat de Pie XII.
  5. Seul le cardinal camerlingue demeure en fonction, sa charge de gestion des affaires temporelles de l'Église catholique étant exercé de manière particulière pendant la vacance du Siège pontifical.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Klaus Moersdorf, « Der Kardinalstaatssekretär; Aufgabe und Werdegang seines Amtes », Archiv für katholisches Kirchenrecht, 131 (1962), p. 103–111 ;
  • Joël-Benoît d'Onorio :
    • article « Secrétairerie d'État », Dictionnaire historique de la papauté, s. dir. Philippe Levillain, Fayard, Paris, 2003 (ISBN 2-213-61857-7),
    • Le Pape et le gouvernement de l'Église, Tardy, Paris, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]