Carcharias taurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Requin-taureau

Le Requin-taureau (Carcharias taurus ou Carcharias tricuspidatus) est un requin vivant dans l'océan Atlantique, l'océan Indien, l'océan Pacifique, la mer Rouge et la Méditerranée.

Le requin taureau mesure généralement entre 2,5 mètres et 2,8 mètres, mais on a observé des individus dont la taille atteignait 3,70 m.
Son corps est massif et allongé. Son dos et ses flancs sont gris-brun ; son ventre est plus clair, s'approchant du blanc.

Sa grande gueule et ses dents effilées et recourbées lui donnent un air agressif.

Si l'on considère les données de l'ISAF (international Shark Attack File), les statistiques s'appuyant sur les faits avérés et répertoriés montrent que le requin-taureau se classe quatrième parmi les requins les plus dangereux, pour les données mondiales de la période 1990 - 2005.

Si les agressions envers les humains sont plutôt rares, les risques restent réels.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le requin taureau vit au large des côtes australiennes, américaines et sud-africaines. Mais c'est un migrateur, et on le retrouve dans de nombreuses zones tempérées.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Comme pour tous les requins, la reproduction commence par un accouplement plutôt violent. Le requin-taureau est ovovivipare, les œufs éclosent donc dans l'utérus de la femelle. Une des particularités du requin-taureau est le cannibalisme intra-utérin ou oophagie : aussitôt éclos, les petits s'empressent de dévorer les autres œufs[1] et de s'entre-dévorer : un seul petit naîtra donc, mais mieux nourri et potentiellement plus résistant... La gestation du requin-taureau dure de neuf à douze mois.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Le requin-taureau vit notamment près des côtes et en petits groupes. Il se nourrit principalement de poissons et de seiches.

Espèce menacée[modifier | modifier le code]

Le requin-taureau est classé comme espèce vulnérable sur la liste rouge de l'UICN.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Darwin et l'oophagie, sur le site colibris.ning.com, consulté le 16 août 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :