Carbone Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carbone Savoie est une société, filiale à 100 % du Groupe Rio Tinto Alcan, spécialisée dans la fabrication des cathodes en carbone et en graphite, utilisées dans la fabrication et la maintenance des cuves d’électrolyse de l’aluminium. Elle emploie 550 personnes environ, sur les sites de Notre-Dame-de-Briançon (Dépt. Savoie), de Vénissieux (Rhône) et de Lannemezan. En 2007, son chiffre d'affaires net a atteint 168 M $US[1].

Initialement connue sous le nom de SERS (Société des Electrodes et Réfractaires de Savoie), filiale de Pechiney en 1971, la société fabriquait des électrodes et des cathodes en carbone à Notre-Dame-de-Briançon. Elle prend le nom de « Carbone Savoie » en 1984. En 1997, la branche graphite d’Union Carbide, UCAR, rachète 70 % des parts de la société à Pechiney.

La société américaine Graftech entreprend en 2006 la restructuration de ses activités, en recentrant sur le site de Notre-Dame-de-Briançon la production de cathodes pour l’industrie de l’aluminium. La production de spécialités graphites pour la métallurgie et la chimie, et la production de « nipples » (raccords d’électrodes pour la sidérurgie) sont supprimés.

En 2004, Alcan rachète Pechiney, et en 2006, rachète à Graftech la totalité des parts de Carbone Savoie. Alcan réalise en 2007 un important investissement de 17 M $US afin de moderniser les usines de production. À la suite du rachat d'Alcan par Rio Tinto en octobre 2007, Carbone Savoie devient filiale de Rio Tinto Alcan. 2007[2],[3]. En janvier 2014, la société Carbone Savoie a annoncé l'arrêt de ses activités sur le site de Lannemezan, entraînant la perte de 60 emplois[4].

Le procédé de fabrication d'une cathode comporte les principales étapes suivantes :

  • la préparation des matières premières : les matières premières, composées principalement de coke de pétrole ou d’anthracite, sont mélangées à un liant, le brai, et ensuite filées dans une presse pour former la cathode crue.
  • la cuisson, dans un four chauffé au gaz ou au fioul ;
  • éventuellement, en fonction de la nature de la cathode, la graphitation : la cathode est placée dans un four, parcourue par un courant électrique, et portée à très haute température : 3 000 °C environ; à cette température, les molécules sont réalignées, et le matériau acquiert les propriétés très spécifiques du graphite.
  • l'usinage de la cathode aux dimensions demandées par le client;
  • et son expédition.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]