Caractère (typographie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Caractère typographique)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caractère.
Caractère mobile en plomb typographique de la ligature du s (s long) et du i dans la fonte de caractères Garamond 12 points.
Caractères mobiles en plomb typographique dans une casse et composteur posé dessus.
Caractère Didot.

En typographie, un caractère ou type (mobile, typographique ou d'imprimerie) est une petite pièce, généralement en plomb typographique (alliage de plomb, d'étain et d'antimoine), dont la partie supérieure en relief, l'œil, qui forme le glyphe d'un caractère (au sens abstrait) d'un système d'écriture (alphabet, syllabaire, etc.) est destinée à recevoir de l'encre grasse avant d'être pressée sur un support, généralement en papier, pour y laisser son empreinte. Les très gros caractères mobiles peuvent être en bois.

L'ensemble des caractères mobiles de même corps, graisse et style qui composent un caractère (au sens de famille) complet est une fonte de caractères. Le document écrit qui fait l'inventaire d'une fonte de caractères (liste des caractères et de leurs quantités respectives) dont a besoin un imprimeur est la police de caractères[1].

Histoire des caractères mobiles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Imprimerie.

Caractères mobiles en terre cuite[modifier | modifier le code]

La typographie avec ses caractères mobiles débute au XIe siècle en Chine avec l'invention de Bi Sheng qui employa, dès 1040, des caractères mobiles en terre cuite[2], plus de 500 ans après les premières traces d'imprimeries, au nord-ouest de la Chine, dans l'actuelle province du Gansu.

Caractères mobiles en métal[modifier | modifier le code]

Les caractères mobiles en métal auraient vu le jour en Corée vers 1234, inventés par Choe Yun-ui[3]. Le plus ancien exemplaire encore existant de livre imprimé à partir de caractères métalliques date de 1377. Il s'agit du Jikji Simkyong conservé à la Bibliothèque nationale de France[4]. Deux siècles après les coréens, l'imprimerie à caractères mobiles arrive en Europe. Johannes Gutenberg crée vers 1450 un ensemble de techniques conjointes : les caractères mobiles en plomb typographique (un alliage composé d'environ 70 % de plomb, 25 % d'antimoine et 5 % d'étain) et leur technique de fabrication (un moule à fondre les caractères), de l'encre grasse adéquate et la presse typographique (une presse à vis). Ces techniques continuerons à évoluer dans l'industrie jusqu'a l’avènement de la photocomposition dans les années 1970[5]. Certaines presses, généralement à vocation artistique continuent d'utiliser des caractères métalliques.

Composition typographique[modifier | modifier le code]

Les différents caractères mobiles étaient rangés, dans un grand tiroir en bois, la casse, compartimenté en cassetins de dimensions variables. Le quart supérieur gauche de la casse recevait les lettres grandes capitales (A, B, C, etc.). Le quart supérieur droit recevait les caractères les moins utilisées, comme les lettres accentuées (à, ê, ï, etc.), les lettres doubles (Æ, Œ), les ligatures (ff, fl, etc.), d'autres lettres (Ç, W, etc.) et éventuellement les lettres petites capitales (, ʙ, , etc.). La moitié inférieure de la casse recevait les lettres bas de casse (a, b, c, etc.), les chiffres, les espaces, les cadratins, les cadrats, les signes de ponctuation (?, !, —, « », [ ], etc.) et le trait d'union.

Le typographe composait ses textes ligne par ligne, en disposant les caractères mobiles, de gauche à droite mais tête en bas, dans un composteur permettant de respecter la justification (la largeur définie pour la page). Pour atteindre cette justification, il devait répartir judicieusement les espaces (fines lamelles de plomb typographique) entre les mots. Ces espaces ont conservé jusqu'à aujourd'hui le genre féminin en typographie (on dit une espace). Quand une, deux ou trois lignes, en fonction du corps du caractère, avaient été composées dans le composteur, elles étaient déposées dans la galée, une simple planche ou plaque de métal munie d'un léger rebord sur deux ou trois côtés.

Une fois la galée remplie de toutes les lignes de la page à composer, l'ensemble de ces dernières, appelé alors un paquet, était entouré de trois tours de ficelle et transporté sur le marbre afin d'y recevoir, par le metteur en page, leurs derniers éléments (foliotage [numérotation], notes ou illustrations éventuelles) et d'être serrés dans un châssis. Ce châssis recevait en fait plusieurs pages en fonction de l'imposition prévue, chaque page étant séparée des autres par une garniture faite de morceaux de bois ou de plomb.

On appelait fonte de caractères l'ensemble des caractères de même corps, graisse et style d'un caractère, livré en une seule fois par le fondeur à l'imprimeur (ex. : Garamond romain medium 12 points). Chaque fonte de caractères différente était rangé dans une casse différente. On appelait police de caractères la document écrit rédigeait par le fondeur pour l'imprimeur faisant l'inventaire d'une fonte de caractères (liste des caractères et de leurs quantités respectives) dont il a besoin lors de la vente. Par extension, la police de caractères désignait l'assortiment lui-même, la fonte de caractères. Les derniers fondeurs à avoir exercé en France sont Deberny & Peignot, FTF (Fonderie typographique de France) à Paris, et la fonderie Olive, à Marseille, sous la direction du célèbre créateur de caractères Roger Excoffon.

Anatomie d'un caractère mobile[modifier | modifier le code]

Schéma du caractère mobile en plomb typographique de la lettre F grande capitale.
  • 1 : contreforme ou contrepoinçon (espace intérieur « vide » de certains signes) ;
  • 2 : œil (partie saillante du caractère mobile qui reçoit l’encre et laisse son empreinte sur le support à imprimer) ;
  • 3 : approche (distance entre l’œil et les bords latéraux du caractère mobile ; c’est donc le blanc latéral fixe qui est ménagé de part et d’autre de l'œil, afin que ce dernier ne touche pas celui de ses voisins latéraux) ;
  • 4 : talus (1re définition : flanc de l'œil ; il est oblique, plus épais à la base, pour donner aux parties fines le maximum de solidité. 2de définition : distance entre l’œil et les bords du caractère mobile ; c’est donc le blanc fixe qui est ménagé de part et d’autre de l'œil, afin que ce dernier ne touche pas celui de ses voisins) ;
  • 5 : épaule (partie supérieure du moule sur laquelle repose l'œil) ;
  • 6 : moule ;
  • 7 : cran (permet au typographe, par simple toucher, de placer le caractère mobile dans le bon sens dans son composteur, c'est-à-dire tête en bas ; dans certains pays le cran est du côté du pied de l'œil — cf. l'illustration — donc cran dessus dans le composteur ; en France, le cran est du côté de la tête de l'œil donc cran dessous dans le composteur) ;
  • 8 : gouttière ;
  • a : hauteur d’œil ;
  • b : hauteur de moule ;
  • a + b : hauteur en papier ou hauteur typographique (hauteur anglaise : 23,31 mm ; hauteur française : 23,56 mm ; hauteur belge : 23,68 mm ; hauteur hollandaise : 24,85 mm[6]) ;
  • c : chasse ;
  • d : corps.

Caractères numériques[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, avec la disparition de la typographie au plomb et l'arrivée de la publication assistée par ordinateur (PAO) et de ses fournisseurs anglo-saxons, le vocabulaire a changé. La PAO a introduit, en la traduisant de l'anglais, la notion de glyphe, c'est-à-dire du dessin numérique des caractères. Les fichiers numériques de caractères que l'on installe sur l'ordinateur s'apparentent à une liste (police de caractères) de codes renvoyant à des glyphes (fonte de caractères). Ces fichiers sont donc à la fois des polices de caractères et des fontes de caractères. L'usage aujourd'hui a retenu polices de caractères pour nommer ces fichiers numériques[7].

Du temps du plomb, un même caractère ne comportait qu'un romain (lettre droite) et un italique (lettre penchée), plus rarement un gras, chacun rangé dans une casse différente. La PAO, et avant elle la photocomposition, a permis la multiplication des styles et des graisses pour un même caractère (au sens de famille).

Anatomie d'un glyphe[modifier | modifier le code]

Les typographes utilisent un vocabulaire varié et précis pour désigner les différentes parties des glyphes et leur dimension.

Figure résumant les principaux termes typographiques

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Parties de la lettre[modifier | modifier le code]

Forme de la lettre[modifier | modifier le code]

Position de la lettre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Fournier, Traité de la typographie, Imprimerie H. Fournier, Paris, 1825, [1].
  • Théotiste Lefevre, Guide pratique du compositeur d’imprimerie, Firmin-Didot Frères, Paris, 1855, [2].
  • Jean-Pierre Lacroux, Orthotypo, Orthographe & Typographie françaises, Dictionnaire raisonné, Quintette, Paris, 2008.
  • Martin-Dominique Fertel, La Science pratique de l'imprimerie, Fertel, Saint-Omer, 1723.
  • les Caractères de l’Imprimerie nationale, Imprimerie nationale, Paris, 1990.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]