Caproni Ca.5

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caproni Ca.5
{{#if:
Image illustrative de l'article Caproni Ca.5

Équipage
4 (pilote, co-pilote, mitrailleur avant et arrière )
Motorisation
Moteur 3 × moteur à piston Fiat A.12 6-cyl.en ligne refroidi par eau 149 kW (200 ch)
Nombre 3
Dimensions
Envergure 23 4 m
Longueur 12 6 m
Surface alaire 150 m2
Masses
Maximale 4 600 kg
Performances
Vitesse maximale 160 km/h

Le Caproni Ca.5 était un bombardier lourd Italien de la Première Guerre mondiale et de l'ère post-guerre. Ce fut la version finale d'une série d'avion commencée avec le Caproni Ca.1 en 1914


Développement[modifier | modifier le code]

A la fin de la Première Guerre mondiale, l'évolution de la technique de l'aviation rend les anciens bombardiers incapables d'atteindre les objectifs défendus par des chasseurs modernes. La réponse de Caproni à ce problème était d'augmenter considérablement la puissance du Ca.3, certaines versions du Ca.5 emportant des moteurs développant près de cinq fois la puissance totale des premiers ca.1.

Outre une plus grande puissance, diverses améliorations ont été apportées, comprenant des modifications à la nacelle principale et au train d'atterrissage et des ailes complètement nouvelles. Le premier prototype a volé fin de 1917 et l'appareil est resté en production jusqu'en 1921. 659, de toutes versions, ont été construits par Caproni, et trois autres versions ont été construites sous licence aux États-Unis (deux Ca.44 par Standard, et un Ca.46 par Fisher). Les plans de production sous licence en France n'ont pas abouti.

Pendant la guerre, la désignation de ces avions par Caproni était fonction de fonction de la puissance moteur totale. Ensuite, la société a rebaptisée ces versions.

Description[modifier | modifier le code]

Le Ca.5 était un trimoteur biplan d'une construction en bois, toilée. L'équipage de quatre personnes était placé dans une nacelle centrale ouverte (mitrailleur avant, deux pilotes et mitrailleur-mécanicien à l'arrière). Le mitrailleur arrière opérait les mitrailleuses supérieures, debout sur le moteur central dans une «cage» de protection, juste devant l'hélice. L'armement se composait de deux à quatre mitrailleuses Revelli 6,5 mm ou 7,7 mm , une montée à l'avant et une, deux ou parfois même trois en montage supérieur. Les bombes étaient suspendues sous la coque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié