Cap des Aiguilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cap des Aiguilles
Le phare de Cape Agulhas
Le phare de Cape Agulhas
Localisation
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province Cap-Occidental
Coordonnées 34° 50′ 00″ S 20° 00′ 00″ E / -34.833349, 20.00009434° 50′ 00″ Sud 20° 00′ 00″ Est / -34.833349, 20.000094  
Océans Atlantique et Indien

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

(Voir situation sur carte : Afrique du Sud)
Cap des Aiguilles

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Cap des Aiguilles

Le cap des Aiguilles (Cabo das Agulhas en portugais, Kaap Agulhas en afrikaans) est le point de relief le plus méridional du continent africain. Il est aussi le point de repère officiel pour marquer le passage de l'océan Atlantique à l'océan Indien[1]. Toutefois, la répartition effective des courants océaniques à cet endroit est une autre question. En effet, le point où le courant des Aiguilles rejoint le courant de Benguela varie selon les saisons entre le cap des Aiguilles et Cape Point.

Aujourd'hui, le cap des Aiguilles appartient à la municipalité de L'Agulhas (en), dans le district d'Overberg de la province du Cap-Occidental, en Afrique du Sud.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il se trouve à l'extrémité sud d'une plaine humide, à 177 km au sud-est de la ville du Cap.
À cet endroit se trouve également l'aérodrome le plus au sud du continent africain, Andrew's Field (nommé d'après l'aérodrome historique de l'US Air Force)[2].

Selon l'Organisation hydrographique internationale, le cap des Aiguilles constitue le point de démarcation entre les océans Indien et Atlantique.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du mot Agulhas est portugaise : découvert en 1488 par l'explorateur portugais Bartolomeu Dias, le cap fut dénommé ainsi quelques années plus tard, en 1500, en raison de l'observation faite par les navigateurs portugais de la coïncidence dans cette région entre le nord magnétique et le nord géographique[3]. Une autre théorie raconte que les marins lui auraient donné ce nom pour ses nombreux rochers et récifs. La rencontre de courants océaniques différents conduisant souvent à de hautes vagues, ce qui est le cas pour les alentours du Cap des Aiguilles, les écueils en sont rendus d'autant plus dangereux.

L'origine du phare du cap des Aiguilles[modifier | modifier le code]

Le littoral très découpé et bordé de dangereux récifs de la région d’Agulhas provoquait plus de naufrages que n'importe où ailleurs sur la côte sud-africaine. La circulation maritime était rendue si difficile que l’édification d'un feu de navigation sur ce cap apparaissait comme une nécessité. Le colonel CC Michell, inspecteur-général à la ville du Cap, décida d’étudier la question en 1837. Afin d'éviter de nouvelles catastrophes maritimes, ce dernier soumit un projet d’installation de lanterne au gouverneur de la Colonie du Cap, Sir Benjamin d'Urban . Le gouverneur autorisa immédiatement Michell à procéder à une inspection du site et à préparer un devis pour la construction d'un phare. Michell visita L’Agulhas en mars 1839 et rapporta: "La nature a, semble-t-il, fourni une colline isolée, dont la hauteur au-dessus de la mer est d’environ 270 pieds à l'extrémité du promontoire... la colline est constituée d'un excellent calcaire, facilement extractible et aisément taillable... Ainsi seront évitées des dépenses de transports de pierres et de briques"[4]. Le phare ne sera cependant achevé qu'en décembre 1848 et mis en service le 1er mars 1849.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M101/Clieux.pdf donne 34°49'S; http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3546,36-657592@51-657596@45-100,0.html donne « Cap des Aiguilles. Situé à 140 km à l'est et 50 km plus au sud que le cap de Bonne-Espérance, le point le plus méridional de l'Afrique (34° 49' 58»). Les océans Atlantique et Indien y convergent, mais son rivage sans charme et sans relief a nui à sa notoriété ».
  2. http://weather.gladstonefamily.net/site/FAAF
  3. Michel Chandeigne (dir), Lisbonne hors les murs. 1415-1580. L'invention du monde par les navigateurs portugais, Autrement, 1992, p. 24.
  4. D'après Historical Media Cape Agulhas Lighthouse Site Internet: http://www.historicalmedia.co.za/?p=731

Sur les autres projets Wikimedia :